Traduire

Notes



L’Affaire Monica Zelinsky


20 oct, 2019 Bruno Husquinet

Dans la tourmente américano-ukrainienne

L’affaire Monica Lewinsky avait secoué le bureau ovale du président Clinton en 1998 et est aujourd’hui le sujet d’une nouvelle série télévisée, intitulée "Impeachment : an American Crime Story". Les Ukrainiens, à l’humour légendaire, ont rebaptisé la situation issue du coup de téléphone entre les présidents ukrainien et américain "l'affaire Monica Zelinsky" qui pourrait amener à une mise en accusation du président Trump.

Lire la suite

Une OTAN de plus en plus englobante


18 oct, 2019 Hajnalka Vincze

Depuis plus de vingt ans, les Etats-Unis poussent à « globaliser » l'Alliance, au motif qu'elle doit s'adapter aux nouveaux risques et menaces si elle veut, soi-disant, « rester pertinente » (en d'autres termes : prouver son utilité pour les intérêts américains et s'assurer, en échange, le maintien de l'engagement US sur le vieux continent). Le raisonnement est, somme toute, logique. Sauf que pour les Européens il aboutirait mécaniquement à abandonner toutes leurs politiques. Le défi consiste à empêcher, autant que faire se peut, que le champ de compétences de l'organisation s'étende à d'autres domaines (non-militaires) et à d'autres zones géographiques (au-delà de l'espace euro-atlantique). Car l'objectif des efforts de « globalisation » est de faire en sorte que les Européens – qui dans l'OTAN se trouvent dans une position de subordination par rapport à l'Amérique – formulent leurs politiques diverses et variées non plus en dehors, mais au sein de l'Alliance atlantique. 



Lire la suite

Sahel : une cécité volontaire ?


15 oct, 2019 Leslie Varenne

Au cours des quinze derniers jours, les événements dramatiques se sont succédé à une vitesse effrénée dans la Bande sahélo-saharienne (BSS). Paradoxalement, les communications officielles des gouvernements malien, burkinabè sont déconcertantes d'optimisme. Quant à celle du Conseil de sécurité, le 12 octobre, elle ne pourrait être plus lénifiante. Les populations, elles, ne sont pas dupes, l'inquiétude se lit sur les visages. Elles ont compris que la crise s'inscrivait dans un temps long. Elles ne comptent plus que sur leur propre force pour survivre et sécuriser leur famille, leur village, leur zone. Les échecs militaires assortis d'une absence de réponse politique les poussent à s'interroger sur les raisons de leurs malheurs et sur les agendas des acteurs nationaux et internationaux. Cette situation provoque également la colère des habitants de la BSS. La manifestation qui a tourné à l'émeute le 12 octobre à Sévaré contre la MINUSMA, co-accusée avec l'opération française Barkhane « d'inertie face à la situation sécuritaire dans le centre du pays », est un signal fort, exprimant le niveau d'exaspération et d'élévation de la température. Le même jour, à Ouagadougou était organisé, par plusieurs associations, une journée anti-impérialiste pour demander le départ des forces étrangères. La gronde pourrait se propager…   

Lire la suite

OTAN : l'allié US est-il encore fiable ?


14 oct, 2019 Général Dominique Delawarde

Depuis sa création, et plus encore depuis l'effondrement de l'Union Soviétique, l'hégémonie US sur la gouvernance de l'OTAN et sur sa composante militaire intégrée a été sans partage. De nombreux témoignages d'officiers européens ayant travaillé dans des états-majors de l'Alliance, soit à Mons, en Belgique, soit en opération, montrent que les résultats de leurs travaux d'état-major, analyses, rapports, pouvaient être très sensiblement revus et corrigés par les Américains, avant validation, pour mieux correspondre à « leur » vision, à « leurs » objectifs, à « leurs » intérêts.

Lire la suite

Offensive turque en Syrie : les Kurdes contraints de prendre le chemin de Damas


14 oct, 2019 Patricia Lalonde

Quels sont les obstacles à la fin de la guerre en Syrie ? 

L'Etat Islamique ayant été quasiment vaincu, la seule justification du maintien des troupes américaines sur le sol syrien est l'appui apporté aux forces kurdes des PYD dans le combat pour l'autonomie que le pouvoir syrien leur refuse. Il ne serait donc pas impossible que l'Iran et la Russie, acteurs, avec la Turquie, du Groupe d'Astana, aient fermé les yeux devant le plan d'Erdogan d'affronter les Kurdes pour récupérer une zone de 30 km de profondeur en territoire syrien ; il ne serait pas impossible, non plus, que ce plan ait été discrètement avalisé par la Maison Blanche. S'il est incontestable que les Kurdes ont été le fer de lance de la défaite de Daesh et en première ligne dans la bataille de Kobané, la réalité sur le terrain aurait dû les pousser à négocier avec un Bachar el-Assad désormais vainqueur de cette guerre. Les Russes, qui ont largement contribué à cette victoire, les y ont d'ailleurs encouragés ces dernières années.

Lire la suite

OTAN versus OCS : un bras de fer feutré mais réel


11 oct, 2019 Général Dominique Delawarde

C'est bien en réaction à la malheureuse campagne de l'OTAN dans l'ex-Yougoslavie que la Russie et la Chine, humiliées et impuissantes à l'époque, ont résolu de s'organiser pour tenter de s'opposer plus efficacement aux ingérences unilatérales de l'Alliance Atlantique qui pointaient leur nez. Leurs efforts conjoints ont abouti à la création, en 2001, de l'Organisation de Coopération de Shangaï (OCS). Au départ peu puissante, cette organisation a pris, petit à petit, du poids avec son élargissement et le développement économique très rapide de certains de ses membres, la Chine et l'Inde notamment. Cette montée en puissance de leur économie a permis à ces pays d'augmenter considérablement leurs budgets de défense et d'inscrire ces hausses dans la durée.

Lire la suite

Carrefour cible des Etats-Unis sur le marché brésilien ?


30 sept, 2019 Maxime Chaix

Dans un précédent article, l'auteur de ces lignes a publié une enquête indiquant que le groupe Casino semble être, depuis 2015, la cible d'une opération de déstabilisation concertée et multiforme. Celle-ci implique des offensives spéculatives coordonnées regroupant 18 fonds activistes anglo-saxons, une campagne médiatique hostile, ainsi que plusieurs intrusions mystérieuses dans les boîtes mail des cadres dirigeants de cette société. Le caractère inhabituel, multiforme et coordonné de ces attaques nous rappelle les différentes manœuvres de déstabilisation contre l'entreprise Alstom, qui avaient abouti à la cession de la branche énergie de ce fleuron industriel français à la firme américaine General Electric en 2014.   

Lire la suite

Proposition indécente ? Ce que l’idée de Trump d’acheter le Groenland nous dit sur l’OTAN


22 sept, 2019 Hajnalka Vincze

En jetant son dévolu sur l'île de Groenland, le président Trump a provoqué, comme à l'accoutumée, un mélange de consternation, d'opprobre et de franche rigolade sur la scène internationale. La plupart des commentaires se contentaient de critiquer son style et sa bouderie : il a parlé d'une « grosse transaction immobilière » et, face au refus de vente, il a annulé sa visite prévue et traité les propos du Premier ministre danois de « méchants ». Des observateurs plus avisés ont fait remarquer que l'initiative de Trump est moins fantasque qu'elle n'y paraît au prime abord – elle s'inscrit dans une politique américaine poursuivie de longue date dans la région. Quoi qu'il en soit, pour l'Europe l'essentiel n'est pas là. Il est plutôt dans la mise à nu, pour la énième fois depuis l'arrivée de Trump au pouvoir, d'un raisonnement américain aussi implacable qu'inconfortable.

Lire la suite

Le désert et la source


10 sept, 2019 Leslie Varenne

Djihad et contre-djihad en Asie centrale

René Cagnat est certes un ancien colonel et un spécialiste de la réflexion stratégique reconnu, mais c'est aussi et surtout un homme de terrain et un amoureux de l'Asie centrale où il vit d'ailleurs depuis des décennies. Son livre à double entrée, poétique et géopolitique, est une sorte de grand voyage. Le lecteur, peu familier de l'Asie centrale, région méconnue, se retrouve assis dans un train et voit défiler des paysages qui lui ouvrent des horizons de compréhensions.

Lire la suite

Guerre du Yémen : états des lieux


04 sept, 2019 Patricia Lalonde

Comment la coalition saoudo-émiratie, en se lézardant, a renforcé la position iranienne au Yémen ?

Après une première phase qui aura duré plus de quatre années et fait des milliers de morts, une guerre dans la guerre, où la coalition saoudo-émiratie aux manettes joue un jeu pervers et se fissure, se dessine. En effet, les Emirats Arabes Unis ont décidé de jouer leur propre partition en mettant en œuvre le plan qui était en réalité le leur depuis le début de cette guerre : appuyer les groupes séparatistes du Conseil de Transition du Sud (STC), pour prendre Aden puis Abyane, appeler à l'indépendance du Sud et ramener ainsi le Yémen à la situation des années qui précèdent 1990.

Lire la suite

L'Afrique dans le viseur de l'OTAN


02 sept, 2019 Leslie Varenne

Sorti en avril 2019, le projet de rapport intitulé « SÉCURITÉ ET STABILITÉ EN AFRIQUE – DÉFIS ET PRIORITÉS POUR L'OTAN » rédigé par le Portugais Julio Miranda Calha est édifiant. Il est pourtant passé totalement inaperçu. 

Comme tous les projets de la Commission Politique de l'OTAN, les grandes lignes directrices sont tracées, puis soumises aux commentaires des Etats membres, avant d'être approuvées par l'Assemblée annuelle, qui se tiendra, cette année, à la mi-octobre à Londres.

D'ici là, il n'y a pas l'ombre d'un suspense. D'une part, le rapport a été salué, lors de la dernière Assemblée parlementaire, en juin à Bratislava. Le communiqué final de cette réunion, tout aussi éclairant que le texte de Miranda Calha, est titré « l'AP-OTAN  presse ses Alliés de jouer un plus grand rôle en Afrique ». D'autre part, il correspond à une stratégie élaborée sûrement depuis fort longtemps, mais officialisée au sommet de Varsovie en 2016 ; la création du Pôle OTAN pour le Sud basé à Naples, inauguré en 2017, étant une des pierres de l'édifice.

Lire la suite

Côte d'Ivoire : l'aveu


26 aout, 2019 Leslie Varenne

L'année qui précède une élection présidentielle en Afrique subsaharienne est toujours particulièrement tendue. C'est la raison pour laquelle, à partir de la rentrée 2019, les Etats concernés par un scrutin présidentiel en 2020, soient le Togo, le Burkina-Faso, le Niger, la Guinée Conakry et la Côte d'Ivoire seront à scruter à la loupe. La situation sera d'autant plus volatile que la situation régionale est chaotique et que tous les pays cités marchent déjà sur la corde raide.  Dans l'index annuel des Etats fragiles du think tank Fund for Peace, le Togo et le Burkina-Faso sont sous haute surveillance, les trois autres ont déjà atteint la cote d'alerte. La Côte d'Ivoire se place un cran au-dessus de la Libye, c'est dire, la Guinée, elle, se trouve deux marches avant l'Afghanistan ! En général, ce type de classement ne présente pas grand intérêt, il faut les lire de manière extrêmement mesurée. Néanmoins, l'indice de Fund for Peace mérite attention puisque dans la longue liste de ces généreux donateurs figurent des institutions bien informées : AFRICOM, OTAN, Département de la Défense américaine, Agence Américaine de Renseignement de Défense, etc. 

Lire la suite

InQarcéré


19 aout, 2019 Leslie Varenne

Ce livre sorti depuis quelques mois déjà, en février 2019, n'a pas fait l'objet d'un emballement médiatique et pourtant... L'auteur, Jean-Pierre Marongiu, fait partie de ces hommes d'affaires, industriels, à l'instar de Frédéric Pierucci, qui se retrouvent pris au piège, incarcéré, alors que rien ne les avait préparés à vivre un tel basculement de vie, une pareille descente aux enfers.

Lire la suite

Afghanistan : le pari perdant-perdant de Trump


07 aout, 2019 Patricia Lalonde

 9 Septembre 2001, 28 Juillet 2019 :

18 ans après l'assassinat d'Ahmed Shah Massoud par El Qaida, Amrullah Saleh, l'ancien puissant patron des services Afghans a été victime d'un attentat auquel il a échappé par miracle. Un attentat préparé minutieusement en plein cœur de Kaboul dans la permanence de son parti : "Green Trend", un des lieux les plus sécurisés de Kaboul et qui fait une quarantaine de victimes.

Lire la suite

La guerre de l'huile


02 juil, 2019 Leslie Varenne

Cette étude, réalisée seulement avec des sources ouvertes, est née après avoir lu un post sur les réseaux sociaux. Une internaute, dont le pseudonyme Célestine anticolonialiste parle de lui-même, pestait contre la diabolisation de l'huile de palme « les industriels impérialistes aiment trop mentir. Moi, je la mange et en plus j'ai une belle peau ! ». Et son ami, Bakary, de lui répondre « Depuis quand l'huile de palme est mauvaise ? Pour que nous achetions leur huile d'olive ? Je ne le ferai pas. » N'ont-ils pas raison ?  Pourquoi tant de haine versée sur l'huile de palme et rien ou presque sur les autres oléagineux ? L'IVERIS a fait des recherches, a tiré le fil du mensonge et tout est venu… (1)

Lire la suite

Les guerres de Syrie


28 juin, 2019 Leslie Varenne

« Ils mentent… et ils savent qu'ils mentent… et ils savent que nous savons qu'ils mentent… Et malgré cela, ils continuent à mentir de plus en plus fort. » En choisissant de mettre en exergue de son livre, cette phrase écrite par Naguib Mahfouz, Michel Raimbaud donne le LA, celui d'une volonté de rétablir la vérité concernant un conflit qui a été si mal traité par les médias et certains experts. Le diplomate n'épargne pas ces intellectuels qui se sont « déconsidérés à force de respecter la doxa plutôt que la vérité et ceci au prétexte d'éviter marginalisation et isolement. » Lui, décrit « la guerre de Syrie telle qu'elle s'est déroulée dans sa réalité crue et cruelle et non la fiction martelée à coups d'intox par la communauté internationale. »

Lire la suite

Dénouement inattendu sur la scène moldave


18 juin, 2019 Bruno Husquinet

Après une semaine d'incertitudes durant laquelle un gouvernement mis en place par la cour constitutionnelle et un autre issu des urnes se sont fait face, la Moldavie est sortie sans heurt de cette tragi-comédie ubuesque. Ce qui vient de se produire à Chisinau augure vraisemblablement de changements plus profonds en Europe. 

Lire la suite

Pour en finir avec l’euro


11 mai, 2019 Jean-Luc Baslé

A l'occasion du 20ème anniversaire de l'euro, ses partisans se félicitent de son succès (1). Mais, son avenir est loin d'être assuré. Au plan pratique, c'est un succès. Son adoption facilite les transactions commerciales et financières, et abaisse leur coût. Les touristes y trouvent leur compte par la facilité qu'il leur accorde de voyager à travers l'Europe. Au plan économique, c'est un échec (2). A quoi cela tient-il ? A ses défauts structurels, et aux autorités nationales et européennes qui temporisèrent au lieu d'y porter remède. Ce qui pose la question de son avenir : l'euro survivra-t-il ou est-il condamné ?

Lire la suite

Partie de poker au Moyen-Orient


30 avril, 2019 Jean-Luc Baslé

Il se dit que Donald Trump, l'ancien magnat de l'immobilier, négociait toujours avec une main forte pour obliger la partie adverse à accepter ses conditions. Dans une partie de poker, vous pouvez gagner avec une main faible si vous parvenez à convaincre les autres joueurs que vous avez un beau jeu. Au Moyen-Orient, John Bolton et Mike Pompeo, les Laurel et Hardy de la diplomatie américaine, jouent au poker avec une paire de deux. Ils vont perdre, car les autres joueurs savent qu'ils bluffent.

Lire la suite

Le grand malaise des Peuls du Sahel


04 avril, 2019 Leslie Varenne

Pendant les 27 ans où Blaise Compaoré est resté au pouvoir, le Burkina Faso a été un acteur engagé dans de multiples conflits et dans les résolutions des dits conflits, façon pyromane-pompier : Sierra Léone (1991-2002) ; Libéria (1989-1997), rébellion en Côte d'Ivoire (2002-2011), Mali (1991 à 2014). Pour autant, le territoire des hommes intègres avait toujours été préservé.
Depuis 2015, le pays doit faire face à ce qu'on pourrait appeler un « conflit multiforme » où se mélange terrorisme, banditisme, opportunisme, ce qui entraine une dégradation sécuritaire inquiétante. A cela, il faut ajouter une situation économique délicate qui a commencé en 2011, lorsque la fin de la rébellion ivoirienne et la réunification du pays ont stoppé net le transfert d'une partie de l'économie de Côte d'Ivoire (cacao, coton, diamant, etc.) vers le voisin burkinabé. Elle s'est accentuée en 2014, avec le départ de Blaise Compaoré et des riches barons du pouvoir qui sont partis avec leurs fortunes. L'argent a donc arrêté de « circuler ». 



Lire la suite

De la Syrie au Sahel


28 mars, 2019 Leslie Varenne

Il y a plus d'un an, en octobre 2017, le chef d'Etat-major US, le général Dunford, annonçait un déplacement de la guerre en Syrie : « La guerre est en train de se déplacer. Je ne suis pas sûr qu'on puisse dire qu'elle se déplace vers l'Afrique seulement. Nous sommes confrontés à un défi qui s'étend de l'Afrique de l'Ouest à l'Asie du Sud-Est. » 

Lire la suite

Les États-Unis en faillite… et alors !


11 mars, 2019 Jean-Luc Baslé

Dans les livres d'une entreprise, il y a des actifs et des passifs. La différence entre les deux est sa valeur nette, c'est-à-dire sa valeur du point de vue comptable. Si le chiffre est négatif, la société est en faillite. Les nations ont aussi des actifs et des passifs. Le solde entre les deux est appelé « solde net d'investissement international ». Le chiffre pour les États-Unis est négatif. Pire encore, il est passé de moins 34 milliards de dollars en 1979 à moins 7 725 milliards (40% du PIB) en 2017. Les États-Unis ne sont pas seulement en faillite, ils sombrent dans un territoire inconnu. Est-ce que cela a une importance ?  La suprématie du dollar est-elle menacée ?

Lire la suite

Prochain sommet USA/Corée du Nord, nucléaire ou affaires ?


20 févr, 2019 Stéphane Lefevre

Après de multiples rencontres entre les émissaires des deux pays, Donald Trump et Kim Jung Un se rencontreront lors d'un nouveau sommet, les 27 et 28 février prochains, à Hanoï. A en croire la communication officielle, ce second sommet devrait être dédié à la dénucléarisation de la Corée du Nord (RPDC), pourtant rien n'est moins sûr. Plus la date du sommet approche et plus les déclarations des deux parties s'éloignent de la thématique nucléaire et glissent vers le domaine de l'économie. 

Lire la suite

Bilan annuel 2018 des bombardements US


18 févr, 2019 Général Dominique Delawarde

Une fois n'est pas coutume, l'année 2018 a été marquée par une réduction très sensible des bombardements US ayant affecté la planète. 16 500 bombes "seulement " ont été larguées sur six pays, toujours sous le prétexte commode et bien connu de la « guerre contre le terrorisme » (1). On est donc loin des 43 938 bombes larguées en 2017. On retrouve, sans surprise, la Syrie, l'Irak, l'Afghanistan, le Yémen, la Somalie et la Libye comme victimes de ces bombardements US, pays cités dans l'ordre du nombre de bombes reçues.


Lire la suite

Le piège américain


14 févr, 2019 Leslie Varenne

Connaissant l'affaire Alstom et l'histoire de Frédéric Pierucci, « l'otage économique », je m'attendais à lire un livre sur la perte d'un fleuron industriel français et sur l'extraterritorialité du droit américain. En réalité, « Le piège américain » de Fréderic Pierucci co-écrit avec Mathieu Aron est beaucoup plus vaste que cela. C'est un pamphlet contre l'injustice, la trahison et la lâcheté.

Lire la suite

Refus de la fusion Alstom/Siemens, une chance pour la France ?


07 févr, 2019 Loïk Le Floch-Prigent

Lorsque le 6 Février, Margrethe Vestager, la Commissaire Européenne à la Concurrence met son veto à l'absorption d'Alstom-Transports par Siemens, c'est peu de dire qu'elle ne reçoit les félicitations ni de la presse ni des gouvernements de l'Union européenne. Cependant cette position, attendue depuis quelques semaines, peut donner en cette année d'élections européennes une nouvelle chance à la fois à la France et à l'Europe de devenir sérieux en matière de politique industrielle. 

Lire la suite

De Tripoli à Caracas


06 févr, 2019 Leslie Varenne

Ce qui est surprenant dans le scénario vénézuélien qui se dessine c'est à quel point les similitudes sont grandes avec celui qui s'est déroulé en Libye en 2011.  

Lire la suite

La jurisprudence Gbagbo


29 janv, 2019 Leslie Varenne

Désormais, dans tous les cours de droit international, les étudiants devront ferrailler avec la jurisprudence Gbagbo. La Cour pénale internationale vient en effet d'inventer un nouveau concept juridique tout à fait révolutionnaire : le maintien en détention d'une personne acquittée et donc reconnue innocente des faits qui lui étaient reprochés. Les universitaires et les futurs avocats qui plancheront sur cette jurisprudence-là, se préparent des nuits blanches, des migraines, des « nervous breakdown ».

Lire la suite

Grand débat national et politique africaine


26 janv, 2019 Leslie Varenne, Emmanuel Dupuy

La politique africaine de la France est le parent très pauvre du grand débat national, pourtant ce sujet était inscrit dans la toute première charte des Gilets jaunes. Parmi ces revendications figuraient « la fin du franc CFA et des ingérences politiques et militaires ; le rapatriement des soldats français et l'établissement de rapports d'égal à égal avec les Etats africains ».

Lire la suite

Le trésor nord-coréen


17 janv, 2019 Stéphane Lefevre

Le secrétaire d'Etat, Mike Pompéo, doit recevoir vendredi 18 janvier 2019, trois hauts responsables nord-coréen, dont le général Kim Yong-chol, pour préparer un second sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un. Comme lors du premier sommet, le nucléaire ne sera pas l'unique objet des discussions entre les deux chefs d'Etat. En effet, si la Corée du Nord est très courtisée ce n'est pas seulement à cause de ses capacités de nuisances nucléaires, mais en raison de la richesse de son sous-sol, minerais et terres rares, dont les Etats-Unis manquent cruellement.

Lire la suite

Plaidoyer pour un monde multipolaire


09 janv, 2019 Boris Laurent

En février 2007, à Munich, Vladimir Poutine prononçait un discours fleuve sur la sécurité et les perspectives de développement de la politique internationale dans lequel il critiquait ouvertement l'unilatéralisme américain. Beaucoup ont vu dans cet événement munichois des relents de Guerre froide. Retour sur ce célèbre discours qui nous en dit beaucoup sur la Russie et qui reste, plus que jamais, d'actualité.

Lire la suite

L'avenir de l'euro n'est pas assuré


02 janv, 2019 Jean-Luc Baslé

A l'occasion du 20ème anniversaire de l'euro, ses partisans se félicitent de son succès (1). Mais, son avenir est loin d'être assuré. Au plan pratique, c'est un succès. Son adoption facilite les transactions commerciales et financières, et abaisse leur coût. Les touristes y trouvent leur compte par la facilité qu'il leur accorde de voyager à travers l'Europe. Mais, économiquement, c'est un échec. De 2000 à 2017, la croissance moyenne de la zone euro (1,3%) est plus faible que celle de l'Union européenne (1,7%), de la Grande-Bretagne (1,9%) et des Etats-Unis (2,0%). Le chômage (9,5%) y est plus élevé qu'en Union européenne (9,0%), qu'en Grande-Bretagne (5,9%) et qu'aux Etats-Unis (6,1%). Le taux de chômage des moins de 25 ans est alarmant : 34% pour l'Espagne, 29% pour l'Italie et 24% pour la France. Seuls, l'Allemagne (9,8%) et les Pays-Bas (10,2%) font mieux. Ces chiffres sont à comparer avec ceux des Etats-Unis (12,8%) et de la Grande-Bretagne (15,3%) (2). Les gilets jaunes sont l'expression de cet échec, même si d'autres facteurs sont à l'œuvre. A quoi tient-il ? A trois causes principales : politique, idéologique et structurelle. En refusant de faire les réformes qui s'imposent pour le sauver, les autorités nationales et européennes le condamnent.

Lire la suite

Elections en RDC


31 déc, 2018 Leslie Varenne

 

Lire la suite
Quid du mouvement des Gilets jaunes ?


06 déc, 2018 Leslie Varenne

Cette courte note est destinée aux nombreux lecteurs étrangers francophones de l'IVERIS qui se questionnent sur les événements en France. 

Lire la suite

CPI : bilan et perspectives


05 déc, 2018 Leslie Varenne

Le 30 novembre dernier, l'IVERIS a eu le plaisir d'être convié par le cercle Jean Dodin pour animer une conférence sur la justice internationale.

Lire la suite
En République Démocratique du Congo, l'opposition se déchire


16 nov, 2018 Leslie Varenne

Retour en images sur la République Démocratique du Congo à quelques semaines de l'élection présidentielle.

Lire la suite
Pourquoi la France achète-t-elle de la dette américaine ?


05 nov, 2018 Leslie Varenne, géneral Dominique Delawarde, Jean-Luc Baslé

Cette note a été modifiée par ses auteurs le 8/10/2018.

De nombreux analystes financiers alertent sur une probable crise financière en provenance des Etats-Unis, à l'horizon 2020. Elle serait plus catastrophique que celle de 2008 (voire la note de Jean-Luc Baslé). Dans la crainte d'un krach financier, des nations se délestent de leurs obligations du Trésor américain. A l'inverse, la France augmente ses achats. Son stock qui était de 3,8 milliards de dollars en février 2008, s'élève désormais à 118,4 milliards. Entre avril 2017 et août 2018, Paris a acheté plus de 51 milliards de dollars de dettes américaines...

Lire la suite

Kiev-Moscou : un schisme politique et religieux


26 oct, 2018 Bruno Husquinet

La désunion politico-religieuse des Slaves de l'Est qui vient de se produire entre Kiev et Moscou suite à la décision du Patriarche de Constantinople de donner l'autocéphalie à l'Eglise ukrainienne orthodoxe, est un moment historique. Etait-il opportun et comment réagiront les autres églises orthodoxes ? Le politique pense en années alors que l'église pense en siècles. Ce schisme est une lame de fond qui fera peu de vague en surface mais entraînera un changement profond de la carte politico-religieuse dans le monde orthodoxe et donc chrétien. Il marque également une rupture dans l'histoire des peuples slaves.

Lire la suite

Au Cameroun, l'après Biya a commencé


24 oct, 2018 Leslie Varenne

 Retour en images sur l'élection présidentielle au Cameroun qui s'est déroulée le 7 octobre dernier. 

Lire la suite
OIF : quatre ans de malheurs


14 oct, 2018 Leslie Varenne

Le 5 octobre dernier, Denis Mukwege reçoit le prix Nobel de la Paix, c'est une grande nouvelle, c'est une bonne nouvelle. Ce médecin congolais est trop souvent réduit à son activité de gynécologue : « l'homme qui répare les femmes », alors que son action s'inscrit dans un contexte plus large, celui de la reconstruction des blessés d'une guerre qui se déroule dans l'Est du Congo depuis 24 ans. Ce prix est donc une reconnaissance, certes tardive, de toutes les victimes de la République Démocratique du Congo (RDC), ce pays dont la chair est à vif depuis de trop longues années. Mais les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Le 12 octobre, Louise Mushikiwabo, ministre des Affaires Etrangères du Rwanda, de décembre 2009 à octobre 2018, est nommée à la tête de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Cette désignation est une gifle infligée à tous les Congolais. Personne n'ignore ou ne peut ignorer, il suffit de lire les rapports de l'ONU, le rôle central qu'a joué et que joue encore le Rwanda dans la déstabilisation et les crimes perpétrés en RDC. Ce n'est pas le moindre des paradoxes que d'offrir le siège de la francophonie à un petit Etat, devenu anglophone, en insultant le plus grand pays francophone au monde (la RDC compte 80 millions d'habitants). Mais cet affront ne concerne pas uniquement les Congolais, il touche également tous les Africains avides d'alternance, de liberté et de développement. Comment expliquer une telle bourde de la diplomatie française qui a œuvré à cette nomination ? Sûrement pas par l'exemplarité supposée de Kigali en matière de droits de femmes ou de nouvelles technologies, comme Emmanuel Macron le déclare à l'envi.

Lire la suite

De la crise de 2008 à celle de 2020


08 oct, 2018 Jean-Luc Baslé

Exceptionnellement, l'IVERIS reprend un papier paru dans un autre média, Les Echos, car cet article très clair et très argumenté de Jean-Luc Baslé, ancien directeur de Citigroup New-York, alerte sur la crise financière à venir. A la fin de cette note, nous publions également les commentaires pertinents du Général Dominique Delawarde

Les annonces d'une prochaine crise économique et financière se multiplient aux Etats-Unis. Après l'ancien gouverneur de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, c'est au tour de Nouriel Roubini, professeur à la New York University de prévoir une crise pour 2020 (2). En soi, ce n'est pas un scoop, les crises sont récurrentes dans le système capitaliste, et le cycle actuel d'expansion est le second le plus long après celui des années 2000. Mais, la qualité du premier, et la crédibilité du second qui fut l'un des rares à prévoir la crise de 2008, confèrent une résonnance particulière à leurs annonces.

Lire la suite

Le Sahel est-il une zone de non-droit ?


06 oct, 2018 Leslie Varenne

La CIA a posé ses valises dans la bande sahélo-saharienne. Le New-York Times l'a annoncé, le 9 septembre dernier. Le quotidien US, a révélé l'existence d'une base de drones secrète non loin de la commune de Dirkou, dans le nord-est du Niger. Cette localité, enclavée, la première grande ville la plus proche est Agadez située à 570 km, est le terrain de tir parfait. Elle est éloignée de tous les regards, y compris des autres forces armées étrangères : France, Allemagne, Italie, présentes sur le sol nigérien. Selon un responsable américain anonyme interrogé par ce journal, les drones déployés à Dirkou n'avaient « pas encore été utilisés dans des missions meurtrières, mais qu'ils le seraient certainement dans un proche avenir, compte tenu de la menace croissante qui pèse sur le sud de la Libye. » Or, d'après les renseignements recueillis par l'IVERIS, ces assertions sont fausses, la CIA a déjà mené des opérations à partir de cette base. Ces informations apportent un nouvel éclairage et expliquent le refus catégorique et systématique de l'administration américaine de placer la force conjointe du G5 Sahel (Tchad, Mauritanie, Burkina-Faso, Niger, Mali) sous le chapitre VII de la charte des Nations Unies.

Lire la suite

CPI : le film n'est pas fini...


27 sept, 2018 Leslie Varenne

A la tribune de l'assemblée générale des Nations Unis, Donald Trump, s'est livré à une sévère saillie contre la Cour Pénale Internationale (CPI). Cette institution n'a à ses yeux « aucune légitimité, aucune autorité », les USA « n'abandonneront jamais la souveraineté américaine à une bureaucratie mondiale non élue et irresponsable ». Ces propos confortent ceux tenus quelques jours plus tôt, par son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton. Cette institution est d'autant plus fragilisée par ces déclarations tonitruantes, que les principaux Etats qui la financent, Japon, Royaume-Uni, Allemagne, France, ne l'ont pas ou peu soutenu lors de ces attaques. En attendant, de savoir à quelle sauce elle va être mangée, la CPI poursuit ses travaux et a un rendez-vous très attendu le 1er octobre avec la Côte d'Ivoire.

Lire la suite

Arctique : l'autre route de la soie


20 sept, 2018 Boris Laurent

Pékin, Karakorum, Samarkand, Boukhara, Astrakhan… ces noms évoquent encore aujourd'hui les cités-relais de la route de la soie par où transitaient d'innombrables richesses. Depuis plusieurs années, la Chine reconstitue cette célèbre route et bâtit plusieurs grands axes qui débouchent notamment sur le marché européen. Dernier projet en date : une route de la soie polaire, passant par l'Arctique.

Lire la suite
CPI : John Bolton a raison !


16 sept, 2018 Leslie Varenne

Lorsque John Bolton déclare, le 11 septembre dernier, que la Cour Pénale Internationale est « inefficace, irresponsable et dangereuse », il a raison. Lorsque l'ancien conseiller de Georges W.Bush, désormais conseiller à la Sécurité Nationale de Donald Trump, dit que la CPI est déjà morte pour eux, il a encore raison. En décembre 2016, l'IVERIS ne signifiait pas autre chose en écrivant : « la CPI n'a aucune chance de sortir de l'unité de soins palliatifs dans laquelle elle s'est elle-même installée ». Pour autant, partager les constats ne signifie pas nécessairement être en accord avec les causes.

Lire la suite

Mali : et maintenant la crise postélectorale...


09 sept, 2018 Yehia Ag Mohamed Ali

L'IVERIS initie une série d'articles courts sur le temps forts de l'été en Afrique francophone. Le premier article est dédié à l'élection présidentielle malienne. 

Le premier tour de l'élection présidentielle, qui opposait 24 candidats, s'est déroulé le 29 juillet 2018. Ce scrutin a été fortement contesté par 20 candidats et un consensus semblait se dégager pour que tous boycottent le deuxième tour. A la surprise des autres candidats contestataires, Soumaïla Cisse, arrivé juste après le président sortant Ibrahim Boubakar Keïta (IBK) a décidé d'aller au second tour, qui a eu lieu le 12 août. Ce scrutin a confirmé la victoire d'IBK avec 67% des voix.
Soumaïla Cisse et une partie des candidats (environ une dizaine) refusent de reconnaître ces résultats et ont engagé une série de marches et meetings pour dénoncer la fraude et la corruption.

Lire la suite

La Russie opére un retour spectaculaire en Afrique subsaharienne


03 sept, 2018 Leslie Varenne

En octobre 2016, dans le cadre de l'activité de son Institut, l'IVERIS avait reçu, lors d'une réunion privée, un diplomate russe. Aux questions posées sur la place de la Russie en Afrique, le représentant de la Fédération de Russie, s'était montré un brin nostalgique, déplorant la disparition de l'influence de Moscou sur le continent depuis la fin de la guerre froide. A peine deux ans plus tard, il est difficile d'établir une liste exhaustive des dizaines de coopérations russo-africaines, dans les domaines militaires, énergétiques, miniers ou encore nucléaires, signées ou en passe de l'être. Le mémorandum paraphé, en juillet 2018 lors du sommet des BRICS à Johannesburg, avec la Communauté de Développement de l'Afrique australe (SADC) est sans doute l'un des accords les plus marquants. Cette organisation régionale très influente compte 16 pays et non des moindres, comme l'Afrique du Sud, la République Démocratique du Congo (RDC) ou encore l'Angola. Ce qui surprend, c'est la vitesse avec laquelle ces partenariats ont été effectués, la plus grande partie ayant été ratifiée entre 2017 et le premier semestre 2018. Avant la chute du mur, Moscou avait signé 37 pactes d'assistance technique et économique et 42 accords commerciaux, aujourd'hui, elle n'est pas loin de renouer avec ses scores d'antan.

Excepté en RDC où les Congolais voient d'un mauvais œil un soutien russe au président Kabila, après l'accord de coopération militaire passé entre les deux Etats, la majorité des opinions publiques des pays concernés regarde goguenarde cette avancée, pas fâchée de voir les anciens colonisateurs et les USA se faire coiffer au poteau. Les dirigeants occidentaux, eux, déjà passablement agacés de ne pouvoir contenir la Chine sur le continent, s'irritent et s'alarment. Faut-il comprendre les récents voyages de Theresa May et d'Angela Merkel en Afrique à l'aune de cette sourde inquiétude ? (1)


Lire la suite

Il ne faut pas se tromper


09 juil, 2018 Leslie Varenne

Le dernier livre de Loik Le Floch-Prigent, consacré à l'industrie, s'intitule « Il ne faut pas se tromper ». Pour l'ancien PDG d'Elf, de la SNCF et de Gaz de France, cette formule est devenue un leitmotiv, une manière diplomatique d'alerter et de prévenir : l'heure est grave, arrêtons les bêtises. Tout au long de cet essai, l'auteur pointe les erreurs, les incohérences, les balivernes et les frivolités en vogue dans ce domaine. L'industrie, la science, les technologies, sont des choses sérieuses, c'est l'avenir du pays et celui de nos enfants qui se joue, « il ne faut pas se tromper » ! 

Lire la suite

De l’EaU dans le gaz entre Washington et Moscou


01 juil, 2018 Bruno Husquinet

Dans un article récent de géo-économie, le spécialiste de la Russie Gordon Hahn dénonce une guerre du gaz, dans laquelle les trois protagonistes, l'Europe, la Russie et les Etats-Unis ont des intérêts différents. Comme l'avait déclaré le ministre belge des Affaires Etrangères Didier Reynders, le 14 novembre 2016, l'élection de Donald Trump représentait une occasion pour l'Europe de s'unir et de définir ses propres priorités face à une économie américaine pesant dix-neuf billions de dollars

Lire la suite

Mali : comment survivre à l’élection présidentielle ?


24 juin, 2018 Yehia Ag Mohamed Ali

L'élection présidentielle doit se tenir le 29 juillet prochain. De nombreuses voix, parmi les candidats de l'opposition, mais également au sein de la population, s'élèvent pour questionner la capacité et la volonté du pouvoir en place d'organiser un scrutin juste, crédible, transparent. Ces doutes sont-ils fondés ? Pour répondre à cette question, il est nécessaire de revisiter l'histoire du Mali depuis la chute de Moussa Traoré en 1991 et le rôle joué, depuis cette date, par le tandem formé de l'actuel Président, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) et son Premier ministre, Soumeilou Boubèye Maïga. 

Lire la suite

Alstom-General Electric : qu’a fait l’Etat ?


15 juin, 2018 Loïk Le Floch-Prigent

On a peine à se rappeler tous les épisodes de la débandade d'Alstom depuis l'annonce de la cession du département Energie à General Electric suivie de l'absorption par Siemens du département Transports. La conclusion est claire, General Electric n'a pas tenu les engagements dont l'Etat était le garant : où est donc le maintien d'activités et les créations d'emplois promises ? Et ce soir, sans rire, on nous annonce que l'on a fait les gros yeux et que si General Electric ne crée pas les emplois en fin d'année …elle subira une pénalité de 34 millions d'eurox ! Une société de 100 milliards de chiffre d'affaires qui achète Alstom Energie pour quelques milliards, et voilà la menace, 34 millions d'euros ! une rigolade !

Lire la suite

Pourquoi les Américains s’incrustent-ils en Afghanistan ?


12 juin, 2018 René Cagnat

Conférence de René Cagnat, docteur en sciences politiques et chercheur associé à l'IRIS, lors du festival de géopolitique de Grenoble en mars 2018.

« Nous ne savons pas pourquoi nous sommes en Afghanistan ! Comment peut-on vaincre dans ces conditions ? » Telle est la déclaration faite, en début d'année, par un sous-officier américain. Pour "s'incruster", le dictionnaire donne la définition suivante : « adhérer fortement à un corps, s'y implanter ». Les Etats-Unis ont fait leur trou en Afghanistan, mais comme le disait Winston Churchill « Quand on est au fond du trou, il est grand temps d'arrêter de creuser et de regarder ce qui se passe en haut… »

Lire la suite

Commerce international : une querelle dérisoire


12 juin, 2018 Jean-Luc Baslé

Donald Trump a bousculé l'échiquier mondial au nom de son slogan « America First ». Il l'applique en priorité à l'économie en vue de faire revenir aux Etats-Unis des emplois partis à l'étranger. C'est une mauvaise querelle qui repose sur une mécompréhension des faits. Ceci dit, avant d'entamer notre propos, reconnaissons qu'il a raison au sujet de l'Allemagne. Sa politique est mercantile depuis la fin du 19ème siècle. Elle se conduit en passager clandestin en termes de défense ce qui bien sûr favorise son commerce extérieur. Avec l'euro, elle bénéficie d'un Deutschemark mark dévalué d'environ 10%. Sa politique mercantile est en infraction des règles du Fonds monétaire international, de l'Organisation Mondiale du Commerce et de l'Union européenne. Elle a été condamnée par l'OCDE et le Trésor américain sans résultat. Voilà pourquoi Angela Merkel est si prudente dans sa réaction aux propos de Donald Trump.

Lire la suite

Les lettres d'Alep


31 mai, 2018 Leslie Varenne

L'ouvrage de Nabil Antaki et de Georges Sabé, deux Frères Maristes, est un beau livre avec de beaux mots pour raconter la souffrance et l'horreur. Il ressemble terriblement à leur ville : belle malgré les ruines. Ce recueil de leurs lettres envoyées à leurs amis de l'extérieur de juillet 2012 à septembre 2017, est une chronique des années de guerre dont même le lecteur averti ne ressort pas indemne.

Lire la suite

Sanctions américaines contre l'Iran, une épreuve de vérité pour l'Europe


31 mai, 2018 Roland Hureaux

L'annonce du retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire (Joint Comprehensive Plan of Action ou JCPoA), signé par Obama le 14 juillet 2015, levant les sanctions à l'égard de l'Iran en échange du gel de son programme d'armement nucléaire ne saurait nous surprendre dans son principe : il est la réalisation d'une promesse de campagne de Donald Trump. On est cependant étonné par sa brutalité et la première victime pourrait en être non l'Iran mais l'Europe.

Lire la suite

Les sanctions vues d'Iran


27 mai, 2018 Leslie Varenne

Si Emmanuel Macron se rendait en Iran, notamment à Abadan et Khoramsharh, il mesurerait à quel point ses propositions pour « aménager » l'accord sur le nucléaire iranien (JCPoA) sont irréalistes.
Ces deux villes situées à la frontière irano-irakienne ont été en premières lignes de la tentative d'invasion de l'Iran par l'Irak en 1980. En huit ans, cette guerre a engendré 500 000 mille morts dans chaque camp. A Abadan, ce conflit est omniprésent avec ses statues à la gloire des héros, les mémoriaux en hommages aux martyrs et ses milliers de palmiers aux troncs secs et noircis, à cause des produits chimiques déversées (1). 

Lire la suite

Alstom, fin de partie ?


21 mai, 2018 Loïk Le Floch-Prigent

Les dernières nouvelles tombent, les fameuses co-entreprises avec General Electric deviennent la propriété exclusive des Américains, Alstom-Transport, en pleine forme financière, s'intègre dans l'Allemand Siemens, et STX, Les Chantiers de l'Atlantique, deviennent une partie de l'Italien Ficantieri. General Electric comprime l'activité hydraulique d'Alstom, s'interroge rétrospectivement sur l'intérêt de cette acquisition et la Commission Parlementaire Française conclut sur des interrogations, dont certaines sont contradictoires, pendant ce temps le bouc émissaire purge sa prison aux USA. Beau résultat pour notre pays et on s'interroge sur notre capacité aux uns et aux autres de peser sur des décisions stupides, irraisonnées, irresponsables qui finissent par produire les conséquences annoncées : un désastre national d'un des fleurons de notre industrie.

Lire la suite

Le plan secret des USA visant Damas a été déjoué


15 avril, 2018 Elijah J. Magnier

Donald Trump a dû redescendre du piédestal sur lequel il était monté il y a quelques jours en rassemblant une force militaire imposante et une puissance de feu rappelant « l'opération Tempête du désert », sans toutefois engager les forces terrestres. Le « plan A » prévoyait une attaque dévastatrice sur la Syrie afin de détruire son armée, le palais présidentiel, ses centres de commandement et de contrôle, ses troupes d'élite, ses entrepôts militaires et de munitions stratégiques, ses radars, ses systèmes de défense et les institutions de ses dirigeants politiques.

Lire la suite

Swing moldave : un pas à l'Ouest


15 avril, 2018 Bruno Husquinet

Les scandales financiers et l'amertume populaire envers l'Europe ont contribué à l'ascension au pouvoir en novembre 2016 de Igor Dodon, le nouveau président moldave résolument tourné vers Moscou. Ce pas vers l'Est a suscité beaucoup d'inquiétudes en Occident et en Moldavie. Depuis lors, le balancier moldave est reparti vers l'ouest.

Lire la suite

M'Berra, l'inexorable ensablement


08 avril, 2018 Moussa Ag Assarid

L'accord d'Alger, signé en mai-juin 2015 prévoyait le retour "dans de bonnes conditions" de tous les habitants de l'Azawad qui ont fui et qui vivent dans les camps du Burkina Faso, du Niger, d'Algérie ou de Mauritanie. Presque trois ans plus tard, il n'en est rien. Dans le camp de réfugiés de M'Berra en Mauritanie, un des plus grands d'Afrique, il y a encore entre 51 et 53 000 personnes, selon les chiffres de l'Agence des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) qui gère ce lieu. Sous la pression des autorités maliennes et de quelques hommes politiques indélicats, certains ont tenté de rentrer, mais la grande majorité est revenue rapidement à cause de la situation sécuritaire, de la peur d'être prises pour cible par l'armée malienne ou par des individus armés non identifiés et autres bandits. Non seulement ce camp ne désemplit pas, mais toutes les semaines, M'Berra voit s'installer de nouveaux arrivants en provenance, cette fois du Centre du Mali, notamment des Peules, venus des régions maliennes de Mopti, Ségou et Kayes. Elles fuient, elles-aussi, l'armée malienne et/ou les différentes milices ethniques.  

Lire la suite

La guerre en Syrie est terminée, mais les USA demeurent dangereux


06 avril, 2018 Elijah J. Magnier

Selon une source digne de foi à Ankara, voici ce que les Présidents, russe, turc et iranien ont convenu lors de leur rencontre dans la capitale turque le mercredi 4 avril : « la guerre en Syrie est terminée, mais les forces armées US et les conséquences de leur dangereuse présence demeurent. Un changement de régime n'est plus possible et le régime syrien, plus solide que jamais, est aujourd'hui en mesure de changer la situation sur le terrain. Il est temps de mettre fin à al-Quaeda et à ce qui reste du groupe armé « État islamique » (Daech), et d'amorcer un processus de réconciliation nationale. »

Lire la suite

Argent public libyen, le mystère reste entier…


24 mars, 2018 Leslie Varenne

Si la mise en examen d'un ex-chef d'Etat français n'a rien d'anodin, cette affaire de financement d'une campagne électorale par l'ancienne Jamahiriya, ne représente pourtant que l'écume d'un dossier tentaculaire et toujours brûlant. Les sommes en jeu, entre 20 et 50 millions d'euros, selon les sources, 38 000 euros, d'après Nicolas Sarkozy, sont ridicules au regard des montants spoliés à l'Etat libyen par les pays de la coalition arabo-occidentale qui ont mené la guerre de 2011.

Lire la suite

La Syrie sera-t-elle la cause d’une guerre totale entre la Russie et les USA ?


17 mars, 2018 Elijah J. Magnier

Il ne s'agit pas de la Syrie, ni d'une guerre sur son sol. Il s'agit d'une guerre ouverte entre l'axe dirigé par les États-Unis d'Amérique, l'Europe et leurs alliés au Moyen-Orient et l'axe dirigé par la Russie et ses alliés. C'est une guerre pour le contrôle, l'influence et la domination de cette région et du reste du monde. Il est naturel que les USA résistent à la perte de la domination unilatérale qu'ils ont exercée après l'effondrement de l'Union soviétique, de 1991 à 2015. Car c'est en septembre 2015 que Moscou a décidé de déployer son armée de l'air, sa marine et des forces spéciales terrestres au Levant pour montrer sa présence à la face du monde et sa renaissance comme superpuissance après des décennies d'absence.

Lire la suite

La légion géorgienne en Ukraine : fusion et confusion


11 mars, 2018 Bruno Husquinet

Créée dans la foulée de la révolution de Maidan, la légion géorgienne fait partie de ces groupes armés non-étatiques étrangers qui se sont invités en Ukraine pour combattre « l'invasion russe », plus que pour défendre les idéaux de la révolution ukrainienne en rêvant d'une plus grande justice sociale. La citation préférée du commandant de cette légion, Mamuka Mamulashvili, est : " Seuls les morts ont vu la fin de la guerre ”. Sur sa page Facebook, il confesse également qu'il est soldat pour que son fils puisse devenir commerçant et pour que son petit-fils soit poète.

Lire la suite

Russiagate : les poupées russes de la conspiration


09 mars, 2018 Jean-Luc Baslé

Russiagate est une succession d'évènements qui s'emboîtent les uns dans les autres, et débouchent sur une conspiration (1). C'est l'illustration de la politisation des services secrets américains et du mépris d'une élite pour la démocratie. En poursuivant les rêves des Paul Wolfowitz, William Kristol et autres Robert Kagan, des hommes politiques comme John McCain, Lindsey Graham, John Bolton et bien d'autres précipitent le déclin d'une nation qu'ils considèrent exceptionnelle. Cette affaire Russiagate est non seulement désastreuse pour les Américains qui dans leur ensemble n'ont pas conscience des enjeux, elle est aussi extrêmement dangereuse pour l'humanité par la résurgence de la Guerre froide qu'elle engendre.

Lire la suite

Vers un nouvel ordre mondial


05 mars, 2018 Jean-Luc Baslé

Dans les quinze dernières minutes de son discours du 1er mars 2018, Vladimir Poutine a fait des révélations fracassantes sur les nouvelles armes russes. Il a mentionné, entre autres, un missile volant à 20 Mach, soit 24.500 kilomètres par heure, grâce à une enveloppe plasma. Ce missile et plusieurs autres rendraient le système de défense des Etats-Unis obsolète. L'annonce est si extraordinaire qu'on ne peut s'empêcher de penser qu'il bluffe. Peut-être, mais ce n'est pas dans son caractère, et il serait très irresponsable de bluffer sur un tel sujet. Qu'adviendrait-il de la Russie une fois le bluff découvert ? Se peut-il alors qu'il soit abusé par ses généraux ? C'est possible, mais peu probable. Qui souhaite avoir affaire à un Poutine furieux ? La raison nous incite donc à prendre ses affirmations pour argent comptant. La chose est trop sérieuse pour être prise à la légère.

Lire la suite

Bras de fer entre la Coalition occidentale et les BRICS


05 mars, 2018 Général Dominique Delawarde

Nul ne le conteste aujourd'hui, c'est le coup de bluff de Ronald Reagan, le 23 mars 1983, qui a permis de gagner la guerre froide. Ce jour-là le président Reagan dévoile un grand défi militaire US baptisé « la Guerre des étoiles ». Il s'agissait du projet de bâtir un bouclier de satellites équipés de lasers capables de détruire en vol tous les missiles ennemis. Ce système ne verra jamais le jour mais le bluff a fonctionné. L'URSS a tenté d' emboîter le pas aux USA, au prix de dépenses énormes. Elle s'est épuisée jusqu'à l'effondrement, engloutie par la folie de son appareil militaro-industriel. C'est donc bien par l'effondrement économique de l'adversaire que la  "Coalition occidentale" d'alors a gagné la guerre froide sans le moindre affrontement militaire. Aujourd'hui deux conceptions de l'organisation  du monde s'opposent de plus en plus ouvertement dans un véritable « bras de fer » plus ou moins feutré.

Lire la suite

Afrin paye le prix de la lutte entre les USA et la Russie


22 févr, 2018 Elijah J. Magnier

L'armée syrienne prendra-t-elle finalement le contrôle de la ville syrienne kurde d'Afrin ? Des centaines de membres des forces populaires syriennes (la brigade al-Baker), la plupart provenant des villes chiites avoisinantes de Nub'ul et Zahra, sont entrés dans l'enclave d'Afrin pour soutenir les Kurdes et s'opposer aux forces turques et à leurs alliés. En acceptant d'envoyer des forces armées soutenir les Kurdes, Damas a rompu le « rameau d'olivier » ( nom de code donné à l'opération turque à Afrin) et a décidé de s'en prendre aux forces d'Ankara et à ses mandataires. Une première échauffourée s'est d'ailleurs produite quelques minutes après l'arrivée des forces syriennes à Afrin, mais celles-ci, qui avaient reçu clairement l'ordre de riposter aux tirs, ont lancé leurs premiers obus contre les forces turques marquant ainsi la première confrontation directe de l'année entre la Syrie et la Turquie.

Lire la suite

Mali : les dangers de la seule option militaire


12 févr, 2018 Yehia Ag Mohamed Ali

La dégradation sécuritaire au Mali est préoccupante. Pour le seul mois de janvier 2018, selon le chef d'Etat-major malien, au moins 80 personnes, dont 29 militaires ont été tuées dans des attaques terroristes. L'assaut contre le camp militaire de Soumpi, le 27 janvier dernier, revendiqué par le Groupe de Soutien de l'Islam et des Musulmans (JNIM), marque incontestablement un tournant dans cette guerre de basse intensité. Les conflits sont toujours générés par de multiples causes. Cet article, analyse seulement les facteurs internes au Mali et détaille et les événements militaires survenus depuis 2006 - date qui marque le début des tensions sécuritaires - qui ont conduit à la situation actuelle.  

Lire la suite

La Russie offre aux USA un « rameau d’olivier » à Afrin


29 janv, 2018 Elijah J. Magnier

La Turquie a lancé son opération militaire baptisée « Rameau d'olivier » dans la région kurde d'Afrin, au nord-ouest de la Syrie. Ce nom de code a été révélé par le chef de cabinet turc, qui a expliqué que l'opération visait à empêcher l'expansion des Unités de protection du peuple et du Parti de l'union démocratique le long de la frontière entre la Turquie et la Syrie, qui représentaient une menace pour la sécurité nationale turque. L'attitude des USA envers les Kurdes à Afrin est des plus intéressantes. Le général américain Vottel a dit qu'il n'était personnellement « pas concerné par ce qui se passe dans l'enclave kurde au nord-ouest de la Syrie », où Washington s'est servi des Kurdes pour attaquer Daech. Mais nous ne sommes plus surpris de voir les USA veiller à leurs propres intérêts sans égard pour ceux de leurs alliés, comme les Kurdes irakiens ont pu le constater lorsqu'Erbil a déclaré son indépendance : les USA les ont alors tout bonnement abandonnés.

Lire la suite

General Electric/Alstom, une bien triste histoire


26 janv, 2018 Loïk Le Floch-Prigent

Je n'aime pas les oraisons funèbres, je cherche à sortir positivement du dossier Alstom où la clairvoyance n'a pas été au rendez-vous. La volonté, assez inattendue, du Président d'Alstom de céder 70% de sa société, le département énergies, à General Electric (GE), est venue donner une illustration imprévue à mes observations sur la nécessité de lutter contre l'abandon de notre secteur productif et sur son renouveau possible.

Lire la suite

RDC : le jour se lèvera


17 janv, 2018 Leslie Varenne

Pendant combien de temps encore le fleuve Congo, l'un des plus beaux du monde, charriera-t-il des cadavres ? Ce pays semble oublié des dieux, mais pas des églises. « Le dimanche 31 décembre 2017, main dans la main nous marcherons pour sauver le Congo, notre patrimoine commun dans le respect sacré des personnes et des biens. - Libérons-nous de la peur, de la résignation et de l'inertie coupable. ». L'appel du Comité Laïc de Coordination (CLC), une structure laïque de l'église catholique, a été entendu. Dans les diocèses, les paroisses, bible à la main, ils sont venus, mais l'armée et la police ont bloqué les marches et tiré à balles réelles sur les fidèles, les ont attaqués au gaz lacrymogène parfois au sein même des lieux saints. Les croyants calmaient l'irritation de leurs yeux avec l'eau bénite. Bilan humain : huit morts, de nombreux blessés et des centaines d'arrestations, y compris des enfants de chœur (1). Le bilan politique, aussi, est catastrophique, cette énième répression de manifestations pacifiques en RDC a déclenché l'ire du cardinal Laurent Monsengwo qui a déclaré : « il est temps que la vérité l'emporte sur le mensonge systémique, que les médiocres dégagent et que règnent la paix, la justice en RD Congo. » (2)
Le 12 janvier, dans une cathédrale bondée avec au premier rang le ban et l'arrière ban du corps diplomatique en poste à Kinshasa côtoyant les opposants congolais, le Cardinal a célébré une messe en l'honneur des « martyrs de la Saint Sylvestre ». A la fin de la cérémonie, des tirs se sont fait entendre aux abords du lieu saint, deux blessés sont à déplorer. La CLC ne désarme pas et appelle, à nouveau, les fidèles à marcher le 21 janvier.

Joseph Kabila, qui ne peut constitutionnellement plus se parer du titre de Président, a trouvé sur son chemin un obstacle à franchir, qui n'a été déposé sur sa route ni par la « communauté internationale » ni par l'opposition congolaise.

Lire la suite

La Turquie regarde du côté d'Afrin, quelle est la position de Damas ?


13 janv, 2018 Elijah J. Magnier

Depuis plus de six mois, la Turquie brandit sa bannière de guerre devant la ville kurde syrienne d'Afrin, ville située au nord-ouest de la Syrie, en ayant déployé jusqu'ici plus de 15 000 hommes et leur équipement : pièces d'artillerie, logistique, assistance médicale, munitions. Ces préparatifs de guerre sont dirigés apparemment contre les Unités de protection du peuple kurde (Yekîneyên Parastina Gel – YPG), la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), l'ennemi juré de la Turquie. Mais quelles sont les positions de la Russie et du gouvernement de Damas à l'égard des plans belliqueux de la Turquie ?

Lire la suite

Qui est derrière les manifestations en Iran ? Qui en profite ?


09 janv, 2018 Elijah J. Magnier

Les Iraniens sont descendus dans la rue, laissant derrière eux plus de 20 morts et des centaines d'arrestations dans différentes villes iraniennes. Ces manifestations regroupant plusieurs milliers de personnes sont considérées comme la plus grande opposition au gouvernement depuis le Mouvement vert de 2009. La grande question qui se pose est celle-ci : Qui est derrière ces manifestations et qui en profite ?

Tant les libéraux que les tenants de la ligne dure et le reste du monde ont été pris par surprise lorsque les manifestations se sont étendues à plusieurs villes juste avant la nouvelle année 2018. En fait, des milliers d'Iraniens sont descendus dans la rue quelques jours avant le rassemblement du 9 du mois de Dey, qui est organisé chaque année pour soutenir la République islamique et ses dirigeants religieux et dénoncer principalement le Mouvement vert des réformistes Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi, assignés en résidence depuis.

Lire la suite

La nouvelle question d'Orient


12 déc, 2017 Leslie Varenne

A peine l'encre sur l'assassinat de l'ancien Président yéménite, Mohamed Saleh, est-elle séchée qu'un autre événement important survient avec la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale israélienne. Ainsi va l'actualité internationale du Proche et Moyen Orient, plongeant les observateurs dans un état étrange mêlant gravité, confusion et urgence. C'est ce sentiment d'urgence qui a poussé Georges Corm à écrire son dernier ouvrage pour « contribuer à mettre un peu de santé mentale dans un univers analytique totalement chaotique. »
Ainsi tout au long de son ouvrage, l'auteur remet les pendules historiques à l'heure et dénonce la réécriture de l'histoire, simplifiée à l'extrême, afin de justifier tous les conflits par des antagonismes entre communautés ethniques ou religieuses, et ce, contre toutes évidences.

Lire la suite

La France et la révolution de 1917 : hommage au Limousin


23 nov, 2017 Bruno Husquinet

La "Marianne soviétique" montage Iveris

Dans l'Hexagone, comme en Russie, le centenaire de la révolution de 1917 passe discrètement (1). Ainsi, la diplomatie française a organisé de nombreuses festivités autour du thème : « Comment 1917 a changé le monde : le centenaire de l'entrée des Etats-Unis dans la Première Guerre Mondiale ». Certes, l'intervention américaine a modifié le cours de l'histoire. Néanmoins, la révolution de 1917 se qualifie indubitablement, pour le titre d'évènement ayant changé le monde… et la France aussi !

L'histoire de la Russie et celle de la France sont intimement liées, à plus d'un égard, au cours de ces années-clefs. Tout d'abord, la Russie, a envoyé un corps expéditionnaire en France pour soutenir l'effort de guerre sur le front de l'Ouest, bien avant l'arrivée des troupes américaines. En 2011, lors de l'inauguration d'un monument à Paris, François Fillon honora leur mémoire : « Ils furent plus de 20 000, soldats et officiers, choisis parmi les meilleurs. Ils venaient de Moscou, d'Ekaterinbourg ou de Samara. Après un long périple à travers la Sibérie et la Chine, après avoir franchi le Golfe d'Aden et le Canal de Suez, les premiers d'entre eux débarquèrent à Marseille au printemps 1916. D'autres brigades arrivèrent ensuite à Brest et la Rochelle, en provenance d'Arkhangelsk. »

Lire la suite

La Syrie attend la paix...


18 nov, 2017 Leslie Varenne

La citadelle d'Alep

 

Alep est un peu comme un champ de ruines dans lequel ici et là commenceraient à germer des roses. A première vue, c'est toujours un spectacle de désolation, mais partout la vie reprend. Les Alepins nettoient, réparent et les boutiques rouvrent les unes après les autres. Devant les restes de ce que furent les bâtiments historiques s'élèvent des petits tas de pierres, triés, rangés ; ces parpaings millénaires ou centenaires, c'est selon, serviront à la reconstruction. Les habitants retournent se promener devant cette citadelle imprenable, qui trône intacte comme un symbole de victoire sur la dévastation alentour. Avec le retour de l'eau, deux jours par semaine ou plus selon les quartiers, et de l'électricité, 12 heures par jour, le quotidien est moins difficile. Pour autant, rien n'est encore certain et la paix attend toujours son heure. Des groupes djihadistes, dont celui d'al-Nosra, renommé Tahrir al-Sham (HTS), postés à quelques kilomètres, tirent encore des roquettes, qui tombent, de temps à autre, sur les quartiers Ouest. Les Kurdes tiennent le quartier de Cheick Maqsoud comme une forteresse, des blocs de béton bloquent les voies d'accès, c'est une véritable enclave dans la ville. 

Lire la suite

Que faire de la révolution de 1917 ?


07 nov, 2017 Bruno Husquinet

Alors que la révolution de 1917 représente un tournant fondamental de l'histoire mondiale, ce centenaire restera, sans doute, dans les mémoires comme le jubilé le moins commémoré. Récemment, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a déclaré qu'il n'y avait rien à célébrer, signifiant ainsi combien le malaise est grand et multiple en Russie comme ailleurs. Selon, l'historien Marc Ferro, les souvenirs de cet événement, pour beaucoup, sont douloureux.

Lire la suite

Le pivot africain


01 nov, 2017 Leslie Varenne

L' Afrique de l'Ouest dans l'œil du cyclone US

Depuis la mort de quatre soldats des Etats-Unis au Niger, tombés dans une embuscade le 4 octobre dernier, les citoyens américains découvrent l'Afrique et la présence de leur armée sur ce continent. Cet engagement n'est pourtant pas nouveau. Sous les deux mandats de Barack Obama, leur présence militaire n'a cessé de croître. SOFRICA, le commandement des opérations spéciales en Afrique dont le siège est à Tampa en Floride, et Africom, le commandement des USA pour l'Afrique, basé à Stuttgart en Allemagne, ont multiplié leurs bases et leurs opérations (1). Selon Vice News : « En 2006, seulement 1% de tous les commandos américains déployés à l'étranger se trouvaient en Afrique. En 2010, ils étaient 3% ; en 2016, ce nombre avait bondi à plus de 17%.» (2). Le Pentagone reste très discret, secret sur son engagement dans cette partie du monde. Officiellement, ils seraient 6000 G.I. dispatchés sur tout le continent, mais ce chiffre est, sans aucun doute, fort éloigné de la réalité (3). En effet, la base de Djibouti héberge 4000 soldats, le Niger en compte, à lui seul, 1000 et les militaires américains sont présents dans au moins vingt pays (4-5). Le compte n'y est pas....

Lire la suite

Tempête sur le grand Moyen-Orient


10 oct, 2017 Leslie Varenne

Comme l'écrit Michel Raimbaud : « Cet ouvrage est destiné à tous ceux qui s'intéressent aux peuples arabes et/ou musulmans, à leur histoire et leur avenir. Mettant en évidence la vérité profane et politique des évènements actuels et le versant fallacieux de l'appel pseudo-religieux qui les inspire, il vise également un public bien plus large, celui des personnes désireuses de déchiffrer et de démystifier ce vieux monde où l'on sème si facilement la mort et la destruction au nom du Bien, si ce n'est au nom de Dieu. »  

Lire la suite

Ordre moral et conflits armés


09 oct, 2017 Bruno Husquinet

Intervention de Bruno Husquinet lors du Forum International de Kharkiv sur le Droit et le Développement Durable dans un Monde Global (2-6 octobre 2017).

Déjà au 4ème siècle, Saint Augustin observait que sans justice, les royaumes ne seraient que des bandes de criminels à grande échelle. Il ajoutait que là où il n'y avait pas de justice, il n'y avait pas de bien commun. Au 21ème siècle, à l'heure de la globalisation, ses paroles ont conservé toute leur acuité.
Lorsque le terme “globalisation” s'est popularisé dans les années 1970-1980, il s'agissait d'ouvrir plus de marchés et d'assurer la libre circulation des biens et capitaux. Selon Joseph Nye et Robert Keohane, une économie plus connectée engendrait une plus grande interdépendance entre Etats.
En 1991, le modèle Occidental l'a emporté sur le modèle Soviétique. Le libéralisme occidental a étendu ses institutions de commerce et de finance à travers le monde. Il est devenu LE système économique international. Durant la décennie qui suivit, les Etats-Unis ont dominé le monde devenu unipolaire. Ensuite, le mouvement de globalisation a accéléré son rythme de façon exponentielle avec l'explosion d'Internet qui a bouleversé tous les aspects de notre vie. Le monde est devenu un village, comme il était coutume de dire, et l'ère digitale a ouvert un nouvel âge économique.

Lire la suite

Tendance automne/Hiver 2017 : french bashing en Afrique


25 sept, 2017 Leslie Varenne, Yehia Ag Mohamed Ali

Le 16 septembre 2017, Ayman al-Zawahiri, le chef d'al-Qaeda, s'est adressé aux Africains et les a appelés à combattre la France qu'il accuse « de revenir en Afrique » (1). Dans son allocution, il s'est référé à Omar el-Mokhtar, héros de la lutte armée libyenne contre l'Italie coloniale. Ni cette accusation, ni le choix de cette figure légendaire ne sont dus au hasard. Si aucun dirigeant de l'Hexagone ne semble avoir pris la mesure du sérieux ressentiment anti-français qui prévaut actuellement dans tous les pays d'Afrique francophone, en revanche, le leader de l'organisation terroriste, lui, l'a bien compris. Plus qu'un véritable appel au djihad, cette déclaration est avant tout opportuniste. Il revendique, par anticipation, la paternité des effets que pourraient avoir les diatribes anti-françaises en cours sur le continent, d'une ampleur jamais égalée, y compris à l'époque des luttes pour l'indépendance. Pas un jour ne passe sans recevoir des fausses informations imputant à Paris de terribles méfaits. Ici des images de soldats français pillant de l'or à Kidal, dans le Nord du Mali, mais le montage photo mal réalisé laisse apparaître des arbres n'existant pas dans cette région. Là, des révélations dites explosives : « La France arme Boko Haram », « La France pille l'Afrique », derrière les titres accrocheurs ce ne sont que des manipulations, de vieilles informations sorties de leur contexte. Les réseaux sociaux s'enflamment. L' ancien Etat colonisateur est responsable de tous les maux, de toutes les souffrances, les peuples gardant, souvent à tort, l'image ancienne de la toute-puissance française. 

Lire la suite

Les damnés de leur terre


31 aout, 2017 Leslie Varenne

La guerre de 2011 en Côte d'Ivoire n'est toujours pas soldée. Outre les problèmes politiques et sécuritaires auxquels ce pays est confronté, de nombreux Ivoiriens sont encore exilés aux quatre coins du monde ; des milliers se trouvent toujours dans des camps de réfugiés au Ghana, au Togo et au Libéria. Ces enfants, ces femmes, ces hommes, oubliés de tous, tentent de survivre en attendant un éventuel retour… Après six longues années, certains ont fini par perdre l'espoir de pouvoir, un jour, rentrer chez eux et ont pris les routes dangereuses des migrants - désert nigérien, prisons libyennes et pour certains, la traversée de la Méditerranée, les plus chanceux sont arrivés en Italie. D'autres, les plus nombreux ont trouvé refuge au Maroc, en Algérie ou encore en Mauritanie. Ceux qui restent dans les camps essayent de s'organiser pour résister, améliorer, autant que faire se peut, leur condition de survie et se prémunir des vautours pour qui « réfugié » signifie aussi : « business ». Au mois d'août 2017, l'IVERIS a été à la rencontre des réfugiés ivoiriens au Ghana dans le camp d'Egyeikrom.

Lire la suite

Macron dans tous ses Etats


31 aout, 2017 Bruno Husquinet

Alors que beaucoup de Français questionnent la politique du jeune président, sa cote de popularité plonge dans les sondages. Mais en est-il de même dans tous les Etats qu' Emmanuel Macron dirige ? En effet, depuis 1993 date de l'adoption de la nouvelle constitution d'Andorre, le Président français devient automatiquement, dès sa prise de fonction, co-prince de cette principauté. Une aubaine pour le petit pays que d'avoir un co-chef d'Etat anciennement banquier d'affaires à la banque Rothschild. L'autre co-prince partageant la fonction, est l'Evêque d'Urgel, en place lui depuis 2003.  

Lire la suite

Carnets de route d’un Africain de Loïk Le Floch-Prigent


10 juin, 2017 Leslie Varenne

Le dernier livre de Loik Le Floch-Prigent est fait d'un étrange alliage, entre essai, album souvenir, récit d'explorateur et carnet de voyage. Au fil des pages, l'auteur dessine son portrait de l'Afrique en évoquant tous les sujets « du lien social ancestral qui se maintient avec une prodigieuse vitalité » aux pratiques mystiques en passant par toutes les religions qui se côtoient sur le continent. L'ancien PDG d'Elf, qui connaît le Congo Brazzaville aussi bien que son propre pays, revient évidemment sur le drame que vit la région du Pool. « La semaine qui suivit les élections, on dut bien massacrer plus de six cents personnes » écrit-il, devant ce désastre, il cherche les moyens de mettre fin au carnage et s'adresse à la Croix Rouge Internationale pour constater les faits et venir en aide aux populations. Mais le CICR ne fera rien, « n'étant pas autorisé à rentrer dans le Pool, il attendait le bon vouloir des autorités ! » Ainsi vont les organisations humanitaires en Afrique, Loïk le Floch Prigent leur dédie un chapitre entier et dénonce leurs effets pervers : « la colonisation avait vu la mainmise des Blancs sur la marche des pays, leurs contours, leurs administrations et leurs règles : les ONG vont poursuivre ce recours permanent à l'extérieur, cette soumission à des moyens venus d'ailleurs. »

Lire la suite

Europe de la défense et capacités militaires


04 juin, 2017 Général Dominique Delawarde

L'Institut Thomas More a publié une note très intéressante sur les capacités militaires que les pays européens pourraient engager au sein d'une "Europe de la Défense ". L'IVERIS publie cette étude assortie des commentaires avisés du Général Dominique Delawarde (1). 

Lire la suite

La Côte d'Ivoire face à ses démons


19 mai, 2017 Leslie Varenne

Pour la quatrième fois en six ans, des mutins ont tenu la Côte d'Ivoire au bout de leurs kalachnikovs. Pendant quatre jours, une grande partie d'Abidjan et presque toutes les villes de l'intérieur ont été sous leur contrôle. Ce dernier accès de fièvre, n'est en réalité rien d'autre que le énième soubresaut de la guerre de 2011 qui n'en finit pas de livrer ses spasmes. Si cette guerre n'a pas produit des effets aussi visibles et délétères que celle qui a eu lieu en Libye, elle a néanmoins engendré une crise systémique qui secoue le pays à intervalles réguliers. Le Président Alassane Ouattara est un des premiers responsables de cette situation, mais il en est aussi le prisonnier. Comme en Irak en 2003, l'armée républicaine de Côte d'Ivoire a été totalement déstructurée par cette guerre. Depuis son accession au pouvoir, il est un chef sans armée, dépendant des commandants de l'ex-rébellion qui l'ont aidé à s'installer. En six ans d'exercice, il n'a pas su, pas pu ou pas voulu remédier à cette situation. Il n'a donc pas eu d'autre solution que de plier, de satisfaire les exigences des soldats insoumis et de payer les 7 millions de CFA réclamés par chacun des 8400 insurgés, quitte à sortir de cette séquence très affaibli (1). De toute évidence, il n'y avait pas d'alternative, puisque l'armée « loyaliste » ne montrait aucune velléité d'aller mater les mutins.


Lire la suite

Quelle pourrait être la politique étrangère d’Emmanuel Macron ?


28 avril, 2017 Leslie Varenne

Ils étaient 11, il n'en reste plus que 2. Dans cette campagne présidentielle qui ressemble à un jeu de téléréalité, la politique internationale a été, une fois encore, le parent pauvre du débat. Pourtant, le monde est en proie à de grands tremblements ; le risque d'attaque nucléaire est sérieusement envisagé ; la catastrophe afghane est réactivée [1], chaque jour des milliers de civils meurent dans les guerres d'Irak, de Syrie, du Yémen ou lors de conflits larvés comme en République Démocratique du Congo, au Congo Brazzaville, dans le Sahel. Ce début de 21ème siècle signe également la recrudescence de pratiques barbares lors de ces conflits [2]. Face à cet état des lieux, que fera Emmanuel Macron, s'il est élu le 7 mai 2017 ? Remettra-t-il en cause les grandes lignes suivies par le Quai d'Orsay depuis dix ans, qui ont conduit la France à être au mieux inefficace et inaudible, au pire, de se faire l'apôtre des va-t'en guerre ? Sa dernière déclaration concernant la Syrie ne prédispose pas à penser qu'il opérera de changement. Le 28 avril à Amiens, il a, en effet, déclaré « Je condamne avec la plus grande fermeté l'utilisation d'armes chimiques par le régime de Bachar el-Assad. Cela contrevient d'une part au Droit International et d'autre part aux accords de 2013. Et donc si je suis élu président de la République, je prendrais les dispositions en lien avec la coalition et, si possible sous mandat de l'ONU, mais même sans mandat de l'ONU pour neutraliser ses capacités chimiques du régime de Bachar el-Assad ». Avec cette annonce, non seulement Emmanuel Macron inscrit ses pas dans les traces des deux derniers Présidents de la République qui ont toujours privilégié les valeurs, « l'ingérence humanitaire », aux principes, le droit international, mais à l'instar de Donald Trump, il s'octroie la possibilité d'une intervention unilatérale. Cela étant, il faut rester prudent et ne pas prendre au pied de la lettre les déclarations d'un candidat en campagne, le pire n'est jamais certain, il y a souvent des gaps abyssaux, heureux ou malheureux entre les paroles et les actes. En revanche, le choix des hommes pressentis pour le conseiller dans ce domaine donne des indications plus crédibles que des bribes de discours déclamés sous les feux de l'actualité. Deux noms ont particulièrement attiré l'attention de l'IVERIS, ceux de Gérard Araud et de Justin Vaïsse.

Lire la suite

Congo Brazzaville : un si triste anniversaire


06 avril, 2017 Leslie Varenne

Le 4 avril 2016, une dizaine de jours après la réélection contestée de Denis Sassou Nguesso à la Présidence de la République, les premiers bombardements s'abattaient sur le département du Pool au Congo Brazzaville. Le 4 avril 2017, deux hélicoptères de combat bombardaient la localité de Missafou. Bilan provisoire : 4 morts, 7 blessés. Depuis un an, dans l'indifférence générale, le pouvoir congolais multiplie les atrocités, meurtres, pillages, incendies de villages, viols, arrestations arbitraires, y compris de femmes et d'enfants. En octobre 2016, l'IVERIS s'interrogeait déjà : « combien de temps encore les exactions commises par l'armée et les milices du Président congolais pourront-elles être cachées sous le tapis de la « communauté internationale » et des organisations humanitaires ? Combien de temps encore Denis Sassou Nguesso pourra-t-il rester à la tête d'un Etat qui s'enfonce inexorablement dans une profonde crise militaire, politique, économique et sociale ? » (1) Le temps passe, les questions restent, rien ne change…  

Lire la suite

Hôpitaux d’Alep : la sale guerre…


14 mars, 2017 Leslie Varenne

Pendant toute la durée du conflit à Alep, les hôpitaux de cette ville ont été au cœur de « l'information de guerre ». Les médias occidentaux et les ONG ont déploré tant de bombardements sur les structures de santé situées dans les quartiers Est, que cette partie de la ville aurait pu passer pour la zone la plus médicalisée au monde. Tant de nouvelles, fausses ou approximatives, ont été relayées qu'il a été difficile de démêler l'écheveau. Cependant, après la libération d'Alep, grâce à l'aide de médecins Aleppins rencontrés lors de la mission humanitaire à laquelle l'IVERIS a pu participer, il est désormais possible de dénouer les fils [1].  

Lire la suite

Alep, la douleur et la honte


08 févr, 2017 Leslie Varenne

Alep, capitale économique d'un pays en guerre. Alep, berceau de la civilisation, inscrite au patrimoine de l'humanité depuis 1986, se dispute avec Jéricho le titre de l'une des plus anciennes villes du monde. Alep, dès l'arrivée : des ruines. Pour s'y rendre depuis Beyrouth, il a fallu emprunter une route ouverte par l'armée contournant les zones toujours en conflit, traverser un désert peuplé de postes militaires et de villages abandonnés aux maisons éventrées, comme un avant-goût du spectacle de désolation à venir. Alep, sans eau ni électricité puisque les djihadistes ont coupé l'approvisionnement à partir de l'Euphrate et plastiqué la centrale électrique. Vingt-cinq jours après sa libération, le bruit des roquettes et des missiles s'est tu et la vie tente difficilement de reprendre le dessus. Désormais, pour des décennies et pour des générations d'Alépins, il y aura un avant et un après la guerre, un avant et un après juillet 2012. C'est à cette date que des groupes armés divers et variés [1] venus des quatre coins de la planète, ont envahi puis occupé les quartiers Est et Sud et assiégé la totalité de la ville. Avant, le gouvernorat de la région d'Alep comptait entre six et sept millions d'habitants et la ville environ trois millions, quatre ans et demi plus tard, entre les morts, les exilés et les déplacés internes, le nombre d'Alépins a été divisé par deux. Avant quinze zones industrielles employaient un million de salariés ; il y avait un hôpital réputé dans tout le Moyen-Orient ; un centre historique avec le plus grand et le plus ancien souk du monde, 4000 ans avant Jésus Christ, attenant à la mosquée des Omeyyades, monument classé appartenant au culte musulman et chrétien. De tout cela, il ne reste que des gravats… [2]

Lire la suite

"Adieu Crimée" par Viktor Pinchuk


13 janv, 2017 Bruno Husquinet

Viktor Pinchuk n'est pas metteur en scène et son scénario n'est pas une fiction. Dans les colonnes du Wall Street Journal, le milliardaire ukrainien invite ses compatriotes à « oublier » temporairement la Crimée, mener des élections régionales au plus vite, rendre le contrôle du pays à Kiev et maintenir une équidistance économique et sécuritaire entre le bloc euro-atlantique et la Russie.Le flamboyant quinquagénaire a provoqué l'ire de la classe politique ukrainienne, mais le pavé dans la mare est lancé et ses idées se répandent … au profit de ses affaires aussi.

Lire la suite

La Côte d'Ivoire sur un fil


07 janv, 2017 Leslie Varenne

Depuis hier, la Côte d'Ivoire est en proie à de fortes turbulences. Officiellement il s'agit d'une mutinerie de militaires mécontents de leurs conditions et revendiquant des primes et des augmentations de salaires. Ce soulèvement commencé au Nord du pays, s'est très vite étendu à l'Ouest et au Centre. Depuis ce samedi matin la révolte a atteint la capitale où des tirs ont été entendus dans plusieurs quartiers d'Abidjan, notamment dans le camp militaire d'Akouédo et dans celui du 3ème bataillon de gendarmerie d'Anyama.

Lire la suite

CPI : autopsie d'un naufrage judiciaire


22 déc, 2016 Leslie Varenne

Partie I

Plusieurs Etats africains ont annoncé leur retrait de la Cour Pénale Internationale (CPI), il s'agit de l'Afrique du Sud, du Burundi et de la Gambie. La Russie a également décidé de retirer sa signature du traité de Rome, qu'elle n'avait, par ailleurs, pas ratifié. L'hémorragie ne devrait pas s'arrêter là puisque d'autres pays, le Kenya, les Philippines, et l'Ouganda ont déjà fait part de leur intention de claquer la porte de cette Institution. La Namibie, quant à elle, a adopté une position originale, elle reste, mais à une condition : que les Etats-Unis en deviennent membre. Ces départs sont importants ; pour autant, ils ne sont pas responsables de l'état de mort cérébrale dans lequel se retrouve cette juridiction, ils ne sont que la conséquence de l'agonie de cette forme de justice internationale. Si la CPI n'a aucune chance de sortir de l'unité de soins palliatifs dans laquelle elle s'est elle-même installée, c'est avant tout parce que l'idéologie qui l'a portée sur les fonds baptismaux a trépassé. Cette Cour a été fondée pour porter les « nobles idéaux » de ses principaux bailleurs de fonds occidentaux : droits de l'homme, droit d'ingérence, protection des populations civiles avec la Responsabilité de Protéger (R2P). Ces « valeurs », répétées à l'infini et tordues dans tous les sens, se sont révélées être de simples instruments d'une politique internationale au service d'un monde unipolaire. Les conflits de 2011, en Libye et en Côte d'Ivoire, ont dévoilé l'imposture. Quels droits humains ont été préservés alors que les résolutions des Nations Unies n'ont pas été respectées et le droit international bafoué ? Quelles populations ont été protégées par la R2P, pour la première fois mise en œuvre lors de ces deux guerres menées par des coalitions occidentales [1] ? Sûrement pas celles de Duekoué en Côte d'Ivoire ou de Tawergha en Libye. Les secousses telluriques qui traversent le monde actuellement sont dues aux retours de boomerang des conflagrations de 2011. Si les Russes et les Chinois ont, dès octobre 2011, mis leur véto au Conseil de Sécurité au projet de résolution sur la Syrie, c'est parce qu'ils avaient retenu les leçons des conflits libyen et ivoirien. La Syrie a redistribué les cartes, les va-t-en-guerre américains et leurs alliés européens ne décident plus seuls, le monde devient multipolaire et entre de plain-pied dans le 21ème siècle, emportant avec lui l'étendard des « valeurs » occidentales du siècle dernier. La CPI aurait pu sortir de son coma et survivre à ces bouleversements si elle avait su dépasser son rôle d'instrument de « l'approche globale » [2], de gardienne du temple du droit du plus fort et qu'elle était devenue la Cour d'une véritable justice internationale impartiale et efficace. Il n'en est rien...

Lire la suite

Kinshasa : ce qui devait arriver arriva


20 déc, 2016 Leslie Varenne

19 décembre 23h59, cette date était écrite dans le marbre. Les dialogues, inclusifs ou non, tant vantés comme une issue politique au chaos qui se profilait se sont avérés être ce qu'ils étaient réellement : des écrans de fumée pour permettre à Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir au-delà de la date fatidique de la fin constitutionnelle de son mandat. Le peuple congolais a toujours exprimé son désir de respecter la constitution et d'appliquer à la lettre l'article de 64 de ce texte fondamental : « Tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d'individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l'exerce en violation des dispositions de la présente Constitution.»  Chacun était prévenu, les Congolais l'avaient chanté sur tous les tons de "Kabila dégage " à "Bye-bye Kabila ", après le 19 décembre « c'est fini et la situation va dégénérer. Il va nous tuer, mais nous sommes prêts. » 

Lire la suite

Donald contre Donald : du gaz dans la sécurité


16 déc, 2016 Bruno Husquinet

En Europe centrale, les espoirs nés des promesses de développement économique au sein de l'UE, souffrent du vent froid de la disette économique ambiante. En revanche, au niveau sécuritaire, la région allant de Tallin à Sofia se militarise à grande vitesse pour répondre à l' « agression russe ». En outre, la crise liée à l'afflux de migrants et le repli nationaliste contribuent à cette militarisation. La fée Pétrole vient cependant de refaire son entrée avec l'annonce de Rex Tillerson, CEO d'Exxon, comme chef de la diplomatie américaine.

Lire la suite

Les points de blocage lancinants de l’Europe de la défense


14 déc, 2016 Hajnalka Vincze

Après avoir été, pendant 20 ans, le grand interdit des discussions sur l'Europe de la défense, le concept d'autonomie stratégique est soudainement devenu omniprésent. Il est le fil conducteur de la nouvelle Stratégie globale de l'UE, il apparaît de plus en plus fréquemment dans les conclusions du Conseil et dans les discours des dirigeants. Il était grand temps. Toutefois, pour juger si, au-delà des aspects déclaratoires, l'UE est en bonne voie ou non vers cette autonomie, il faut se concentrer sur les dossiers où, traditionnellement, il y a toujours eu un blocage politique. Car ces points de blocage ont été, à chaque fois, liés à la question de l'autonomie stratégique. Laquelle fut balayée, la plupart du temps, au nom de la soi-disant complémentarité avec l'Alliance atlantique.

Lire la suite

Les Britanniques commencent à se poser des questions sur leur relation spéciale avec l'Amérique


11 déc, 2016 Hajnalka Vincze

Illustration parfaite d'un alignement des planètes favorable, comme jamais jusqu'ici, à l'Europe de la défense [1], même les Britanniques commencent à s'inquiéter de leur dépendance. Dans une ambiance européenne générale où, sur le plan rhétorique au moins, les tabous de toujours sont levés l'un après l'autre (tels le concept d'autonomie stratégique, la défense collective, le noyau dur d'Etats membres, le quartier général permanent, ou l'implication de la Commission dans le secteur militaire), un tel début de prise de conscience outre-Manche ne serait pas totalement dénué d'intérêt.

Lire la suite

Gambie : l'illusion perdue


10 déc, 2016 Leslie Varenne

Faits suffisamment rares pour être rapportés, les dix premiers jours du mois de décembre ont été porteurs d'une succession de bonnes nouvelles africaines. Le 2 décembre, Yahya Jammeh, le Président gambien arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 1994, acceptait sa défaite à l'élection présidentielle et félicitait le vainqueur Adama Barrow. La surprise était de taille… Quelques jours plus tard, autre stupéfaction : Paul Kagamé, Président rwandais depuis 1994, annonçait qu'il ne serait pas candidat en 2017, alors qu'en 2015, il avait fait changer la constitution précisément pour pouvoir rester à la tête de l'Etat pendant de nombreuses années encore. Le festival continuait avec José Eduardo Dos Santos, Président de l'Angola depuis 1979, qui déclarait quitter sa fonction en 2017. Enfin, au Ghana, Nana Akufo-Addo remportait l'élection présidentielle face à l'actuel chef de l'Etat, John Dramani Mahama ; néanmoins cette dernière bonne nouvelle n'est pas surprenante puisque, depuis 1992, les Ghanéens pratiquent l'alternance démocratique. Puis, un coup de tonnerre est venu assombrir cette éclaircie dans le ciel africain, Yahya Jammeh, est revenu sur sa décision et a contesté les résultats de l'élection…

Lire la suite

La Commission change, timidement, de logiciel sur la défense


03 déc, 2016 Hajnalka Vincze

Avec son Plan d'action européen de la défense, la Commission de Bruxelles amorce un véritable changement de paradigme, à triple titre. La grande nouveauté, c'est la mise à disposition de financements communautaires pour soutenir la recherche et des programmes militaires. Qui plus est, sur deux autres sujets controversés, atlantisme vs. autonomie et ouverture sans limites vs. politique industrielle, elle opère des infléchissements dans un sens positif: vers (un peu) plus d'autonomie et (un peu) plus de politique. Mais elle refuse toujours obstinément d'aller au bout de sa logique.

Lire la suite

Swing moldave : un pas à l’Est


21 nov, 2016 Bruno Husquinet

La Moldavie vient d'élire un président misant plus sur Moscou que sur Bruxelles. Néanmoins, la situation économique, sécuritaire et géographique complexe de Chisinau l'empêche de basculer dans un camp ou dans l'autre. Le gagnant, Igor Dodon, est un homme politique de gauche bénéficiant du soutien de l'Eglise. Son programme de développement socio-économique est basé sur le constat que la Moldavie souffre d'une désindustrialisation, d'une stagnation de développement et d'un niveau de vie peu élevé. Il s'agit donc de relancer l'industrie, qui s'est écroulée durant les années 1990, et d'éviter un sur-endettement de l'Etat. Le PIB de la Moldavie dépend à 43% de ses exportations et selon le nouvel élu, les exportations vers l'UE n'ont pas sensiblement augmenté malgré l'accord de libre-échange mis en place en septembre 2014. En outre, ce rapprochement avec l'UE a desservi les exportations vers la Russie, qui a imposé des sanctions et des limitations sur les produits moldaves. Igor Dodon propose donc d'intégrer l'Union économique eurasienne tout en conservant des accords avec l'UE, à l'instar du Kazakhstan.

Lire la suite

Les larmes de l'honneur, Jacques Hogard


16 nov, 2016 Leslie Varenne

Hasard du calendrier, « Les larmes de l'honneur » du colonel Jacques Hogard, qui commandait l'un des trois groupements de l'opération Turquoise au Rwanda du 22 juin au 22 août 1994, sort au moment où l'enquête sur l'attentat contre l'avion de l'ancien Président Habyarimana est relancée en France. Mais l'ouvrage paraît aussi dans une séquence, extrêmement forte de la vie politique internationale, où l'Afrique enterre l'ère Clinton. Car, il ne faut pas s'y tromper, si des activistes de l'opposition congolaise au parti de Laurent Gbagbo, le FPI, en passant par le parti d'extrême gauche malien, Sadi, tous félicitent Donald Trump pour sa victoire, ce n'est pas pour se réjouir de la future politique africaine du nouveau Président US, il ne s'est pas exprimé sur le sujet pendant sa campagne. Ils saluent avant tout la chute de la maison Clinton et la promesse d'une redistribution des cartes. Ils célèbrent ce qu'ils espèrent être la fin de cette « diplomatie de la démocratie » avec son corolaire le droit d'ingérence et, plus tard, sa version sophistiquée : la responsabilité de protéger qui permit de mettre en place et de tenir à bout de bras des présidents comme Paul Kagamé ou Kabila père et fils. De Bill et le revers cinglant de l'opération "Restore Hope" en Somalie en 1993 à Hillary et les opérations de 2011 : "Restaurer  la paix et la démocratie en Côte d'Ivoire" [1] ; "Protecteur Unifié" en Libye, les années Clinton ont été des années sombres pour toute l'Afrique. Le livre de Jacques Hogard tombe donc à point nommé car l'ouvrage revient sur une page de l'histoire la plus dramatique du continent qui illustre parfaitement l'implication des Clinton en Afrique. Une page qui n'est, d'ailleurs pas complètement tournée puisque les conséquences des événements de 1994 continuent, chaque jour, d'endeuiller la République Démocratique du Congo.

Lire la suite

Election présidentielle américaine : qui est Huma Abedin ?


04 nov, 2016 Patricia Lalonde

Le 28 octobre dernier, soit quelques jours avant le scrutin présidentiel du 8 novembre 2016, James Comey, le directeur du FBI annonçait la réouverture de l'enquête sur les emails d'Hillary Clinton. Au détour d'une investigation sur Anthony Weiner, pris dans une affaire de pédophilie, les policiers du FBI sont tombés sur 650 000 emails de la candidate démocrate. Anthony Weiner est l'ex-mari, d'Huma Abedin, plus proche collaboratrice et confidente d'Hillary Clinton. Si ces emails révélaient une gigantesque affaire d'espionnage qui pourrait menacer la sécurité des Etats-Unis, cela pourrait coûter son élection à Hillary Clinton. Mais qui est Huma Mahmood Abedin ? Et pourquoi s'est-elle servie de l'ordinateur de son mari pour abriter une correspondance entre Hillary Clinton, alors Secrétaire d'Etat, et elle-même ? C'est ce que les enquêteurs essayent de comprendre.

Lire la suite

La Côte d'Ivoire n'a pas voté


02 nov, 2016 Leslie Varenne

Dimanche 30 octobre 2016, les Ivoiriens étaient appelés à s'exprimer lors d'un référendum pour accepter ou refuser la nouvelle constitution proposée par le Président Alassane Ouattara. Ce dernier s'inscrivant ainsi dans la tendance actuelle, suivie par les chefs d'Etat d'Afrique francophone, qui consiste à modifier les lois fondamentales de leur pays respectif à des fins de convenance personnelle. Les changements proposés : création d'un Sénat et d'un poste de vice-président, abrogation de la limite d'âge pour se porter candidat à l'élection présidentielle, nationalité du Président, ne font pas partie des préoccupations majeures d'une population confrontée à une misère galopante, un chômage massif et au manque d'accès aux besoins primaires. En revanche, un article de cette nouvelle constitution concernant la propriété foncière est possiblement porteur de troubles, le problème de l'appartenance des terres n'ayant jamais été réglé dans ce pays. Toute l'opposition s'est alliée au sein d'un « Front du refus » qui a appelé au boycott des urnes et leur mot d'ordre a été suivi bien au-delà de leur camp, elle a annoncé une participation oscillant entre 3 et 5%. De son côté, la Commission Nationale Indépendante a rendu son verdict : 93,42% de oui et 42,42 % de votants. La Côte d'Ivoire joue toujours avec la vérité des chiffres, comme l'a prouvé la dernière élection présidentielle. Néanmoins, ce chiffre officiel de participation doit être interprété pour ce qu'il est : une défaite pour le Président Ouattara qui, devant le taux réel d'abstention, n'a pas été en mesure de porter ce chiffre au-delà d'un honorable 60%, les contorsions arithmétiques ayant parfois des limites. La campagne électorale délétère avait donné un avant-goût de ces résultats. D'une durée d'une vingtaine de jours seulement, elle n'a pas été l'occasion d'un grand débat national. Elle a, en outre, été émaillée d'incidents, les opposants au texte ont été victimes d'une répression musclée dénoncée par Amnesty International. C'est dans ce contexte que Manuel Valls a choisi d'effectuer une visite officielle en Côte d'Ivoire, le jour même du référendum, laissant ainsi penser que la France apportait son soutien au Président Alassane Ouattara et à ce changement de constitution très contesté. 

Lire la suite

Mer Noire, or bleu


30 oct, 2016 Bruno Husquinet

A l'occasion de la journée internationale de la mer Noire célébrée le 31 octobre, voici un point sur les enjeux stratégiques de la région et l'état des relations d'amicale inimitié qu'entretiennent les pays partageant cet espace maritime. Sécurité, pétrole et intérêts divergents troublent les eaux de l'un des nexus éco-stratégiques les plus complexes.

Lire la suite

« House of - Ukrainian - Cards »


07 oct, 2016 Bruno Husquinet

Près de trois ans après le début des tensions ayant amené un changement de régime en Ukraine, quelques événements clefs de ces dernières semaines nous donnent le pouls de la situation à Kiev, en Crimée et à l'Est du pays. Tout d'abord, dans le cadre de la réunion de l'assemblée générale de l'ONU, la visite du président Porochenko aux Etats-Unis a été fructueuse. D'une part, il est revenu avec les promesses de prêts du FMI et des Etats-Unis, mais aussi avec un potentiel renforcement de l'aide militaire grâce à l'Acte de Stabilité et de Démocratie pour l'Ukraine, passé par le congrès au moment de la visite présidentielle. D'autre part, le Président ukrainien a consolidé le soutien du concert des nations, hormis les non-alignés, bien entendu.

Lire la suite

Afrique centrale, l'impossible alternance


03 oct, 2016 Leslie Varenne

Dans les neuf pays que compte l'Afrique centrale, six élections présidentielles ont été organisées entre mars et août 2016. Seul le vote en République Centrafricaine s'est déroulé dans des conditions acceptables. Même Sao Tomé et Principe, pourtant montré comme un exemple de démocratie, a connu un scrutin agité avec des accusations de fraude. Au Tchad, au Gabon, au Congo Brazzaville, en Guinée équatoriale les pouvoirs en place depuis des décennies ont été reconduits lors de consultations critiquées. La septième élection de l'année, qui devait se dérouler en République Démocratique du Congo en novembre 2016, n'aura pas lieu. C'est pourtant la première fois que les Congolais auraient eu la possibilité de faire entendre leur voix dans les urnes depuis l'indépendance en 1960. Les citoyens de ces pays n'ont jamais autant aspiré à une véritable démocratie qui mettrait fin à un système de gouvernance gangréné par la corruption et le népotisme et par conséquent à leur misère. Les taux élevés de participation aux divers scrutins attestent de cette envie d'alternance. La volonté populaire d'en finir coûte que coûte avec ces Présidences autocratiques expliquent l'intensité des crises pré ou post électorales. Une nouvelle fois, des deux Congo, Brazzaville et Kinshasa, nous parviennent des images de cadavres gisant dans le sang. Insoutenable. Une nouvelle fois, une fois de trop…

Lire la suite

Joe Biden met Bruxelles et Kiev dos à dos


26 sept, 2016 Bruno Husquinet

La conférence de Joe Biden sur « le futur de la politique étrangère américaine » est passée totalement inaperçue, pourtant le vice-président des Etats-Unis s'est livré à un exercice de franchise déconcertant. Il a exposé l'état des lieux de sa doctrine et sa vision concernant le dossier ukrainien. Devant le public du Council on Foreign Relations, Joe Biden a révélé que les Etats-Unis avaient forcé l'Europe à adopter des sanctions contre la Russie. En des termes simples, il a résumé la position européenne lors des événements de 2014 : « avant que vous [américains] ne deveniez Président [en Ukraine], le pays était dirigé par les Russes, de toute façon. Ils avaient un Président-marionnette là-bas. Quelle différence cela fait-il pour nous ? Pourquoi nous forcer à prendre des sanctions ? »

Lire la suite

Vive l'empereur !


24 sept, 2016 Pr Françoise Thibaut

Événement considérable au Japon : la famille impériale se montre, s'affiche, bavarde, rit, et sourit aux caméras... Le temps où le Nippon ordinaire devait se retourner et se voiler la face lorsque la voiture du Mikado, dieu vivant intouchable et irregardable, passait dans sa rue, est vraiment révolu.
Le Japon change dans son approche du pouvoir, son rôle international, l'image qu'il entend donner au monde, tout en restant résolument traditionnel, implanté dans sa légende millénaire, ses mystères dynastiques et son incurable sens du sacré.

Lire la suite

L'extrêmisme violent, d'hier et d'aujourd'hui, en Russie


21 sept, 2016 Bruno Husquinet

 

Le 3 septembre de chaque année, la Russie commémore les victimes des attaques terroristes lors de « la journée de solidarité dans la lutte contre le terrorisme ». La date est symbolique puisqu'elle renvoie à la tragique prise d'otages de 2004 dans l'école de Beslan qui s'est terminée par le décès de 334 personnes. L'histoire récente russe, marquée comme tant d'autres pays par une violence radicale, rappelle la période de terreur du 19ème siècle. Cependant, les enjeux divergent sur le plan idéologique. Hier il s'agissait de mettre fin à l'absolutisme tsariste ; aujourd'hui, les appels à la violence contre le Kremlin sont lancés au nom de la domination du califat islamique.



Lire la suite

Afrique Centrale : la poudrière


19 sept, 2016 Leslie Varenne

Partie III

L'avenir de la République Démocratique du Congo : une question de souveraineté

A partir de ce jour, la République Démocratique du Congo entre dans une zone de turbulence, la violence et l'intensité des événements est à la mesure des attentes et des espoirs déçus. La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) devait annoncer le 19 septembre 2016, le chronogramme de la prochaine élection présidentielle, elle ne l'a pas fait, officialisant ainsi à la fois le report du grand jour à une date ultérieure et le non-respect des délais légaux inscrits dans la Constitution. C'est à la lumière de l'histoire de ce pays, ravagé par la misère, qu'il faut mesurer la charge symbolique, l'espérance que représente, pour les Congolais, cette élection présidentielle qui aurait dû se tenir le 27 novembre 2016.

Lire la suite

Libye : Londres accuse Paris


16 sept, 2016 Bruno Husquinet

La Commission des Affaires Etrangères de la Chambre des communes vient de publier un rapport sur l'intervention britannique en Libye. En termes clairs, les parlementaires affirment que la politique britannique envisageait la protection des civils, mais s'est transformée en politique de changement de régime par la force.

Lire la suite

L'esprit du Japon


14 sept, 2016 Pr Françoise Thibaut

Le Japon n'est pas la Terre. Le Japon est une autre planète, celle des nombreux enfants des kamis Izanami et Izanagi, tellement turbulents que leurs mœurs instables créent l'agitation  des océans, des îles et du temps. Ce permanent remue-ménage de la nature donne l'inégalable sentiment de l'impermanence, de l'instabilité de toute chose, à commencer par la vie, liée à la recherche de l'harmonie, la beauté de l'instant, le goût pour ce qui est fragile et passager. Etre japonais c'est porter le monde à l'intérieur de soi sans rien attendre de la matérialité, ou du moins, très peu, juste ce qu'il faut pour exister.

Lire la suite

Pourquoi l'Amérique comprend mal le monde, de Paul R. Pillar


11 sept, 2016 Hajnalka Vincze

A l'approche de la présidentielle US, il n'est sans doute pas inutile de méditer sur l'exceptionnelle continuité de la politique étrangère américaine, que ce soit entre George W. Bush et Barack Obama ou entre William (Bill) Clinton et Ronald Reagan. Certes, la première marque de la politique étrangère d'une grande puissance est toujours ses invariables, quels que soient les hommes et les circonstances. Cela étant dit, l'Amérique est un cas à part. Elle se caractérise à la fois par une vision déformée de son rapport avec le « reste du monde » et par une incapacité flagrante à corriger cette déformation initiale, qui découlent, toutes les deux, directement de sa géographie et de son histoire.

Lire la suite

Ne pas céder à la terreur de Daech


04 sept, 2016 Pr Abderrahmane Mekkaoui

Croyant ou athée, il est très difficile de comprendre les tenants et les aboutissants de cette guerre asymétrique entre l'organisation de l'Etat Islamique (EI) et la coalition internationale constituée de soixante nations dont la France. Dans sa propagande diffusée avec intelligence sur les réseaux sociaux, Daech joue la victime de l'Occident et de ses alliés de Tanger à Djakarta. Selon Aamaq, leur agence de presse, Dar Al-Islam est attaquée et fait l'objet d'une agression internationale menée par les infidèles, nommés Kouffars, qui massacrent les croyants et détruisent flore et faune. D'après leur autre porte-voix, le journal Dabiq, « l'Occident mécréant » et ses alliés veulent maintenir la Oumma (la communauté) dans l'ignorance, la pauvreté et la division. Ce discours victimaire, nourri par un langage religieux décontextualisé, dont les termes sont bien choisis dans le Coran, est un message dans le message. Son contenu décrypté prône le Djihad offensif, c'est-à-dire la guerre générale et éternelle, incitant chaque musulman, là où il se trouve, à apporter son aide et son soutien en utilisant tous les moyens dont il dispose. Daech s'oppose au djihad spirituel pacifique sans ne jamais mentionner pourquoi les « infidèles » ont déclaré la guerre à cette organisation terroriste et omet délibérément de préciser que cette guerre qui lui est déclarée a pour but premier la protection des populations civiles décimées par lui-même, et comme second objectif la défense des alliés de la région menacés par le chaos et la désarticulation.

Lire la suite

Brexit : un coup de poignard dans le dos des Etats-Unis


02 juil, 2016 Hajnalka Vincze

Au lendemain du référendum britannique, le vice-président américain, Joe Biden s'est exprimé en disant : « Nous aurions préféré un résultat différent ».[1] Quelques jours après, le Secrétaire d'Etat Kerry estime qu'il n'est toujours pas impossible de revenir en arrière.[2] En effet, au cours des six dernières décennies, l'Amérique avait fait des pieds et des mains pour obtenir, puis perpétuer la présence de son allié préféré au sein de la construction européenne. La raison en est simple. Comme l'explique l'ambassade US à Londres, « l'Union européenne est l'organisation la plus importante du monde dans laquelle l'Amérique n'a pas de place à la table ». Pour y faire entendre sa voix, il a donc besoin d'un cheval de Troie ou, en termes diplomatiques, « l'expression dans l'UE de l'approche commune américano-britannique grâce au statut de membre du Royaume-Uni ».[3] Sauf que les électeurs britanniques viennent d'opter pour la sortie…

Lire la suite

Kinshasa : african chaos


08 juin, 2016 Leslie Varenne

En RDC, les crises s'empilent les unes sur les autres, politiques et sécuritaires d'abord mais aussi économiques, sociales et sanitaires. Kinshasa est à l'image de ce chaos, de ce sens dessus dessous ; des charrettes à bras, où s'empilent des tonnes de ferrailles tirées/poussées par des hommes maigres et en sueur, sont doublées par de puissants 4/4 à 100 000 dollars ; des immeubles luxueux ont vue sur des habitats si précaires qu'ils ne peuvent même plus être nommés bidonvilles. La capitale congolaise plonge celui qui la regarde dans un état de confusion : sentir, comprendre, chercher les mots…  Il semble que nombre de Kinois aient acquis une sorte d'immunité face à la misère et aux inégalités criantes au point d'en perdre le sens de la mesure et de la décence. La confusion est plus grande encore lorsque le Premier ministre Matata Ponyo vante les réussites de son gouvernement : éducation, santé, secteur des routes, sans oublier évidemment le fameux taux de croissance à 6,5 %... Quant à la situation sécuritaire dans l'Est du pays, au Nord et Sud-Kivu, le Premier ministre affirme sans rougir « la paix et la sécurité deviennent de plus en plus une réalité dans ces deux provinces. » De quel pays parle-t-il ?

Lire la suite

Afrique centrale : la poudrière


04 mai, 2016 Leslie Varenne

Partie II Tchad : une élection au bout du canon...

L'incendie n'est pas éteint au Congo Brazzaville, la République Démocratique du Congo connait ses premiers soubresauts pré-électoraux et le Tchad s'enfonce dans une crise postélectorale… La Présidentielle qui a eu lieu le 10 avril dernier était jouée d'avance, Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 1990, a été réélu sans surprise dès le premier tour. Si le scrutin s'était déroulé de manière transparente et démocratique conformément à la charte de l'Union Africaine dont il est le Président en exercice depuis janvier 2016, le Président sortant n'aurait pas réussi le fameux « coup K.O », tant le mécontentement social est fort. Il doit sa victoire à la position géographique du Tchad - ce pays est un état tampon entre l'Afrique centrale, l'Afrique de l'Ouest, de l'Est et du Nord - et à son armée qui combat AQMI et Boko Haram. Principale partenaire de la France et des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme, l'armée tchadienne est la seule au Sud du Sahara à être organisée et efficace, même si elle méconnaît dramatiquement le droit international humanitaire et les règles sur la conduite des hostilités. Persuadé d'être un allié incontournable des Français comme des Américains, donc de bénéficier d'une totale impunité, Idriss Déby Itno tente de juguler toutes révoltes postélectorales par une sévère répression.

Lire la suite

Triste Syrte


27 avril, 2016 Bruno Husquinet

La bataille de Syrte a eu lieu début octobre 2011 et c'est dans cette ville que Muammar Khadafi a été assassiné le 20 octobre 2011. L'Otan avait déployé des moyens colossaux et les milliers de frappes aériennes ont eu raison du régime en quelques mois à peine. Au front, il y avait certes toute une génération enthousiaste pour la révolution libyenne, mais à leurs côtés œuvraient des combattants islamistes qui avaient leurs propres objectifs. Leur alliance de fait avec les révolutionnaires et la communauté internationale n'était qu'opportuniste et temporaire, ils ont ensuite profité du vide et du chaos pour s'imposer. En 2012, la Libye incarnait un système à haute entropie. La criminalité florissait et les conflits tribaux se multipliaient. Dès lors, les combattants islamistes saisirent l'occasion pour gagner du terrain politique.

Lire la suite

Le "niet" néerlandais : un nouveau coup dur pour l'Ukraine...


09 avril, 2016 Bruno Husquinet

Le 6 avril, un référendum embarrassant sur l'accord d'association Europe-Ukraine a été organisé aux Pays-Bas, occupant actuellement la présidence tournante du Conseil européen. En vigueur depuis janvier 2016, cet accord politique et de libre-échange, refusé par l'ancien président ukrainien Viktor Yanukovich, est à l'origine des manifestations sur la place Maidan et de l'histoire tragique de l'Ukraine des deux dernières années. Après avoir bouté dehors Viktor Yanukovich, les nouvelles autorités de Kiev ont signé l'accord avec Bruxelles. Nonobstant cet état de fait, plus de 400 000 signataires néerlandais ont lancé une double campagne. D'une part, ils ont montré que le peuple d'un pays européen se réservait le droit de s'exprimer sur des questions internationales sans se soumettre à Bruxelles; d'autre part, ils ont manifesté leur opinion négative sur un accord avec un pays où malgré tout, la guerre continue et dont la corruption entache sa réputation de partenaire commercial.

Lire la suite

Congo Brazzaville ou l'histoire d'une tragédie annoncée


04 avril, 2016 Leslie Varenne

Se rendre en République du Congo en mars 2016, c'est comme aller en Côte d'Ivoire en novembre 2010. Nul besoin d'avoir été assise sur les bancs de Saint-Cyr ou de lire l'avenir dans le marc de café pour savoir que cette élection présidentielle se déroulera mal. Tous les ingrédients sont réunis pour une déflagration. Denis Sassou Nguesso ne peut pas remporter la victoire, il est honni en son pays et contrairement aux précédents scrutins de 2002 et 2009, où il n'y avait pas d'opposition crédible, cette fois des candidats de poids se sont organisés et l'affrontent. Chacun sait que ce chef d'Etat, ce chef de clan, au pouvoir depuis 32 ans, ne sortira pas par la grande porte de la démocratie. Il ne s'inclinera pas devant la défaite. Une vieille dame prédit : « s'il passe au premier tour, il y aura la guerre. »  Nuitamment, le Chef s'est autoproclamé gagnant au premier tour, le fameux coup KO, avec plus de 60% des suffrages… 

Lire la suite

Afrique centrale : la poudrière


19 mars, 2016 Leslie Varenne

Partie I
Congo Brazzaville : une élection à huis clos

Alors que la campagne pour l'élection présidentielle qui aura lieu le dimanche 20 mars 2016 se déroule dans un climat électrique et s'annonce à hauts risques, aucune institution internationale n'a jugé utile d'envoyer des d'observateurs. Ni l'Union européenne, ni l'Organisation internationale de la Francophonie, ni les Nations Unies ne veilleront au bon déroulement et à la transparence de ce scrutin. Pourtant, le bilan de la dernière consultation électorale en République du Congo, le 25 octobre dernier, a été lourd : 46 morts, 69 blessés et 4 disparus… L'Union africaine dépêche une mission mais elle ne sera composée que de 35 personnes chargées de surveiller 5400 bureaux de votes. Les Congolais seront donc seuls. D'un côté, le Président Denis Sassou Nguesso, qui bat campagne avec tous les moyens de l'Etat, argent, presse, télévision, forces de l'ordre. De l'autre, l'opposition avec cinq candidats, tous venus d'horizons différents, mais unis, lors de cette échéance cruciale, afin de se donner la possibilité de détrôner un chef d'Etat au pouvoir depuis 32 ans...

Lire la suite

Introduction - Afrique centrale : la poudrière


17 mars, 2016 Leslie Varenne

En 2016, dans les neuf pays que compte l'Afrique centrale[i], cinq organisent des élections présidentielles. Au Congo Brazzaville en mars ; au Tchad en avril ; au Gabon, le scrutin est prévu au second semestre de cette année ; en Guinée équatoriale en novembre ; en République Démocratique du Congo (RDC) également en novembre. Un sixième scrutin pourrait également avoir lieu au Cameroun en raison des velléités de son Président Paul Biya d'organiser une élection présidentielle anticipée afin de se représenter après 33 ans de pouvoir.

Lire la suite

Le pape François et le patriarche russe Kirill : entre spirituel et politique


10 mars, 2016 Bruno Husquinet

 « Le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas. » André Malraux

L'entrevue du pape François et du patriarche orthodoxe russe Kirill à Cuba le 12 février dernier est une première dans l'histoire. Quoique les détracteurs puissent en dire, ce tête à tête et leur déclaration commune furent un moment fort tant dans la substance que dans la symbolique. Par ailleurs, les deux Eglises travaillent depuis longtemps sur ces questions de rapprochement. Avec un jésuite réformateur à sa tête, l'Eglise catholique s'est repositionnée sur le devant de la scène. Depuis le début de son pontificat le pape François a multiplié les gestes forts : réforme de la banque du Vatican ; reconnaissance des scandales de pédophilie ; nombreuses prises de positions politiques, notamment sur les conflits en cours, sur l'écologie et l'économie. Le patriarche Kirill occupe, lui aussi, le devant de la scène en Russie, continuant à faire sortir son Eglise du carcan athéiste soviétique qui avait disséminé les rangs des religieux. Outre le travail de reconstruction de son Eglise, il se positionne également sur les questions de société, sur la défense des chrétiens d'Orient et sur l'Ukraine. 

Lire la suite

Les Eparses : des îles aux trésors…


05 mars, 2016 Jean-Pierre Numa

Depuis plus de quarante ans, un litige oppose les autorités malgaches et mauriciennes à la France concernant le statut des îles Eparses. Malgré ces différends, ces atolls ont été intégrés en 2007 comme des territoires d'Outre-mer appartenant aux Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF). Ces îlots de l'autre bout du monde sont précieux à plus d'un titre. Ils concourent à faire de l'Hexagone la deuxième puissance maritime mondiale ; ils sont situés dans le très stratégique canal du Mozambique, une route par laquelle transite 30% de la production mondiale de pétrole ;  ils assurent une présence au cœur de l'Océan Indien ; ils regorgent de matières premières encore non exploitées, pétrole, gaz, minerais. En prime, ils sont une zone de ressources halieutiques exceptionnelle. Dans ces conditions, il n'est pas étonnant que les îles Eparses soient l'objet de lutte d'influence entre Etats. 

Lire la suite

Le statut très spécial du Royaume-Uni


23 févr, 2016 Hajnalka Vincze

A l'issue du sommet de l'UE des 18-19 février, destiné à trouver un arrangement qui satisfasse les exigences posées par Londres, en vue du référendum sur la sortie britannique de l'Union, le Premier ministre Cameron s'est targué d'avoir arraché un accord qui « allait donner un statut spécial » au Royaume-Uni. Au même moment, le président français a rappelé que, de par ses nombreuses exemptions, l'Angleterre « a toujours eu une place particulière en Europe ». C'est exact. Toutefois, la vraie spécificité des Britanniques à l'intérieur de l'UE aujourd'hui réside dans la prédominance idéologique de leur ligne résolument atlantiste et libre-échangiste. 

Lire la suite

Au-delà de la question du Brexit


18 févr, 2016 Hajnalka Vincze

En 1975, au moment du premier référendum britannique sur la question de savoir si l'Angleterre devait rester ou pas dans ce qui était alors les Communautés européennes, une caricature du Canard enchaîné dessina le Premier ministre Harold Wilson au lit, sur une Europa manifestement ennuyée qui l'implorait : « Entrez ou sortez, mon cher Wilson, mais cessez ce va-et-vient ridicule ». C'était il y a plus de quarante ans… Quatre décennies durant lesquelles l'Angleterre a soigneusement gardé sa position « semi-détachée de l'Europe », pour citer l'ancien Commissaire britannique, Chris Patten.

Lire la suite

Libye : une guerre holistique


12 févr, 2016 Bruno Husquinet

La chronologie de la guerre en Libye démontre que le concept d' « approche globale » a été mis en œuvre avec la précision d'une horloge suisse tant les décisions et actions se sont imbriquées de manière fluide. Si l'accent a été mis sur l'intervention militaire internationale en soutien à une armée révolutionnaire libyenne, cette guerre holistique dont le scénario a été révélé au cours du mois de mars 2011, s'est menée concomitamment sur six fronts : médiatique, diplomatique, militaire, économique, judiciaire et humanitaire. 

Lire la suite

CPI : chronique d’un désastre


06 févr, 2016 Leslie Varenne

Compte rendu de la première semaine d'audience
retransmise en direct sur le site de la CPI[i].

Cette première semaine d'audience à la Cour Pénale Internationale (CPI) où comparaissaient Laurent Gbagbo et son éphémère ministre de la jeunesse, Charles Blé Goudé, a démontré, à l'excès, l'amateurisme de cette Cour. Le dossier Côte d'Ivoire est ouvert depuis cinq ans, l'institution a donc eu le temps de se préparer. Pourtant la Procureur, Fatou Bensouda, son premier substitut, Eric MacDonald et la représentante des victimes, Paolina Massidda ont démontré leur méconnaissance de ce pays. Longtemps le débat sur la CPI s'est porté sur sa légitimité, sur le fait qu'elle ne juge que des Africains et qu'elle soit un instrument de politique internationale au service de l'Occident au même titre que la diplomatie, les sanctions ou les embargos. Après cette semaine d'audience, un pas a été franchi. La question centrale qui se pose désormais est celle de sa capacité à rendre la justice. Si ce procès arrive à son terme, ce qui n'est pas certain, il n'y aura que des vaincus. La justice internationale, les inculpés et leur défense, enfin et surtout toutes les victimes ivoiriennes. Aucune vérité ne peut sortir de cette Cour.

Lire la suite

L’islam politique n’est pas monolithique


02 févr, 2016 Dr Marcin Styszynski

Les groupes djihadistes comme al-Qaida ou l'organisation de l'Etat islamique (EI) se réfèrent au Coran, les hadiths (des paroles et des actes attribués au Prophet Mahomet), la charia et à la tradition musulmane afin de perpétrer et de justifier leurs attentats terroristes, les exécutions des otages et la brutalité du combat en Syrie et en Irak. A cause de ces groupes, l'Occident amalgame trop souvent l'islam comme une religion de violence, de persécution et d'intolérence. Les dernières attaques contre des migrants et des mosquées montrent l'augmentation du populisme, des stérotypes et de l'islamophobie. Il est donc important de déterminer et de préciser le sens de l'islam dans la politique et son rôle dans l'activité des organisations comme l'EI ou al-Qaida. Il faut souligner que l'exploitation de l'islam par des groupes et partis politiques s'appuyent sur trois facteurs essentiels.

Lire la suite

La crise ivoirienne, de Choi Young-jin


26 janv, 2016 Leslie Varenne

Avant d'aborder le fond du livre de Choi Young-jin, il est important de conter l'histoire peu banale de cet ouvrage. De nationalité sud-coréenne, Choi Young-jin a été nommé en octobre 2007 représentant spécial des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) par son compatriote Ban-Ki Moon. Il est resté en fonction jusqu'en août 2011. Il a donc été à la tête de l'ONUCI pendant la crise ivoirienne débutée en novembre 2010 jusqu'à la fin de la guerre en avril 2011. Il fut un acteur majeur et un témoin primordial des événements survenus au cours de cette période. Début 2012, le site de la FNAC annonce la sortie d'un livre signé par le  représentant spécial de l'ONU aux Editions du Nouveau Monde intitulé : "Au cœur de la crise ivoirienne". En février 2012, Choi Young-jin est nommé ambassadeur de Corée du Sud à Washington et plus personne n'entend parler de cet ouvrage. Trois ans plus tard, en septembre 2015, la Lettre du Continent annonce que le livre sera édité par Michel Lafon et disponible en octobre 2015. Pourtant, depuis août 2015, les journaux ivoiriens commentent l'ouvrage. Le témoignage, imprimé et édité à Paris, est donc disponible dans la capitale ivoirienne, où il connaît un véritable succès, 15000 exemplaires vendus. Mais il reste introuvable à Paris. Ce précieux essai est pourtant très attendu par tous ceux, journalistes, diplomates, historiens, qui ont suivi de près ces événements. L'IVERIS cherche le livre, et là, l'affaire se corse… 

Lire la suite

Ouagadougou : qui sont les véritables commanditaires ?


19 janv, 2016 Leslie Varenne

L'attentat terroriste qui a fait 29 morts et 30 blessés à Ouagadougou et dans le Nord du Burkina est la première attaque djihadiste d'envergure dans ce pays. Dans l'après-midi du 15 janvier les assaillants ont tiré sur une gendarmerie, puis dans la soirée, ils se sont lancés à l'assaut de deux cibles : le Splendid Hôtel et le café Cappuccino situés, eux, dans le centre de la capitale. Immédiatement, ces attentats ont été revendiqués  par al-Quaeda au Maghreb islamique (AQMI) en précisant que c'était sa « filiale » al-Mourabitoune qui était passée à l'action. Cette organisation est dirigée par le djihadiste Moktar Belmoktar. Le drame survient quinze jours après l'investiture du nouveau Président Roch Marc Christian Kaboré et quatre mois après la tentative de coup d'Etat manqué du général Gilbert Diendéré. Compte tenu de certains faits troublants en provenance de Côte d'Ivoire et des liens qu'entretenaient l'ancien Président Blaise Compaoré et quelques hommes de son clan avec certains chefs djihadistes, il parait légitime de s'interroger sur les véritables commanditaires de ces attentats meurtriers.  

Lire la suite

La bataille de l'industrie, de Loïk Le Floch-Prigent


05 janv, 2016 Leslie Varenne

Le dernier livre de Loïk Le Floch-Prigent est un ouvrage d'une actualité brûlante car il traite des problèmes majeurs auxquels la France est confrontée aujourd'hui : l'avenir de son industrie et de sa souveraineté. Evidemment, les deux vont de pair surtout lorsqu'il s'agit d'industries stratégiques comme Alstom ou Ariane 6. Ce sont deux exemples particulièrement édifiants, ils ne sont malheureusement pas les seuls. 

Lire la suite

Ariane 6 : le début de la fin pour l’industrie spatiale européenne ?


01 janv, 2016 Hajnalka Vincze

Atout stratégique par excellence, le lanceur Ariane est le symbole même de l'Europe spatiale. Fait plutôt rare, c'est un succès à la fois politique, technologique et commercial. Or il risque aujourd'hui d'être détricoté, suite à un transfert inédit de contrôle et de compétences de l'Etat vers des industriels privés. 

Lire la suite

Les différences essentielles entre al-Qaida et l’Etat islamique


29 déc, 2015 Dr Marcin Styszynski

Afin de mieux comprendre les risques représentés par l'Etat islamique (EI), il est important de confronter et de comparer les capacités militaires et opérationnelles de cette organisation avec sa rivale, al-Qaida, qui jouait, avant l'apparition de l'EI, un rôle essentiel dans le djihad global. Les différences concernent trois critères fondamentaux : l'idéologie, la stratégie et l'économie. 

Lire la suite

Le FMI, un acteur de la guerre en Ukraine ?


25 déc, 2015 Bruno Husquinet

Depuis le début de la drôle de guerre en Ukraine, les observateurs restent pantois devant les actions du Fonds Monétaire International (FMI). Dans ce pays, l'institution dirigée par Christine Lagarde s'est montrée particulièrement souple. Le FMI a accordé un prêt à un gouvernement de transition ; à un pays qui n'a pas les moyens de rembourser ; à un pays en guerre ; et n'a pas contrôlé la véritable destination de ces fonds. Toutes choses absolument contraires à ses statuts.

Lire la suite

La chaolition saoudienne


21 déc, 2015 Leslie Varenne

Le 15 décembre dernier, l'Arabie Saoudite formait une « alliance militaire islamique », comprenant 34 pays, pour lutter contre… l'Etat Islamique ! Dès l'annonce de cette coalition, avec sa verve et son humour habituels, Philippe Grasset, fondateur du site Dedefensa, a relevé le côté ubuesque de cette alliance : « Il serait temps qu'ils songent à demander à Hitler-Berlin, homme politique local qui n'est jamais mort comme chacun sait puisqu'il ressuscite régulièrement, d'organiser une coalition mondiale de lutte contre l'antisémitisme.» Au fil des jours, cette nouvelle ligue devient de plus en plus grotesque puisque plusieurs Etats, et non des moindres, comme le Pakistan qui avait déjà refusé de faire partie de l'autre coalition saoudienne en guerre contre les Chiites du Yémen, s'étonnent de figurer dans ce catalogue. Avec l'arrivée surprenante de pays africains francophones prêts à combattre le terrorisme aux côtés du royaume wahhabite, la bouffonnerie de cette entreprise atteint des sommets. 

Lire la suite

Les vents tournent


28 nov, 2015 Bruno Husquinet

Partie 2: Azerbaïdjan, pas de changement et détérioration des relations

La relation entre l'UE et l'Azerbaïdjan débute en 1999 lors de la signature d'un Accord de Coopération et de Partenariat. Ensuite, l'UE lance sa politique européenne de voisinage (PEV) en 2004 afin de tisser des liens avec les pays au sud et à l'est de l'UE. Cette politique a été révisée la semaine dernière, sans changement notable. C'est dans ce cadre que l'Union signe un accord avec l'Azerbaïdjan en 2004, suivi d'un plan d'actions ambitieux en 2006. Au sein de la PEV, un partenariat spécial est inauguré en 2009 pour les voisins de l'Est, c'est le partenariat oriental, au sein duquel se retrouve l'Azerbaïdjan avec 5 autres pays. Ce cadre d'accord régional vise à renforcer les échanges commerciaux et la démocratie dans ces pays. L'Euronest en est l'Assemblée parlementaire.

Lire la suite

Bamako sur Seine


22 nov, 2015 Leslie Varenne

Bamako-novembre 2015

Le Mali, pays sacrifié sur tous les autels, celui du terrorisme, de la souveraineté, de l'assistance et de la condescendance… Le grand peuple mandingue est devenu un grand corps malade, ses plaies mal ou pas cicatrisées se nomment : la colonisation française ; Moussa Traoré, le dictateur pas éclairé ; Nicolas Sarkozy et la coalition qui ont mené la guerre en Libye et transformé ce pays en un gigantesque dégât collatéral ; Amadou Toumani Touré, dit ATT, le Président dont le slogan était « Pour un Mali qui gagne » et qui a fini par détruire ce qu'il restait de l'Etat et de l'armée, il fut balayé en 2012 par un coup d'Etat ; François Hollande, dans son costume de chef de guerre, qui en mars 2013 déclare depuis, ce qu'il considère encore être, la  métropole : « Nous voulons qu'il y ait des élections au Mali à la fin du mois de juillet, et ça, nous serons intraitables là-dessus » ; Ibrahim Boubacar Keïta, dit IBK, au pouvoir depuis deux ans et demi seulement et déjà moribond ; François Hollande encore qui apporte « un soutien sans faille » à son ami IBK. A ce stade, ce n'est plus de l'aide, c'est du soin palliatif… 

Lire la suite

Suite aux attentats de Paris, l’Europe de la défense renaîtra-t-elle de ses cendres ?


18 nov, 2015 Hajnalka Vincze

En évoquant à Versailles, pour la première fois dans l'histoire, la clause de défense mutuelle de l'UE, le Président François Hollande a donné un coup de fouet formidable à la défense européenne. Au vu de l'extraordinaire emprise des Etats-Unis et de l'OTAN sur la sécurité en Europe, il s'agit d'un véritable coup de force. Dans la foulée, la Haute Représentante de l'Union européenne lui a emboîté le pas sans hésiter.

Lire la suite

Les vents tournent


12 nov, 2015 Bruno Husquinet

 Partie 1 : L'Union Européenne courtise le Bélarus et lève les sanctions

Le régime de Minsk est souvent qualifié de dernière dictature d'Europe. Certes, le régime est indéniablement fort, mais depuis la fin de l'union soviétique, il tente avant tout de trouver sa voie. Depuis son indépendance il y a 25 ans, le Bélarus est présidée par M. Loukachenko qui promeut un socialisme de marché. Situé entre le passé et le futur mais aussi entre les différentes forces qui l'entourent au Nord, au Sud et à l'Est, le Bélarus a développé un système qui lui est propre au sein de l'Europe. Sur son flanc Est, la Russie lui rappelle encore et toujours qu'elle est sa seule amie proche sur les plans culturel, économique et militaire. D'ailleurs, la lecture des événements internationaux faite par le Bélarus et la Russie se rencontrent souvent.

Lire la suite

Les réactions du groupe Wilayat Sinaï suite au crash de l'avion russe


10 nov, 2015 Dr Marcin Styszynski

Le groupe djihadiste Wilayat Sinaï (Province du Sinaï) a publié une déclaration revendiquant la responsabilité de l'accident du vol CR 9628 dans le Sinaï. Wilayat Sinaï est le nouveau nom de l'organisation djihadiste Ansar Bayt al-Maqdis (Les Partisans de Jérusalem) qui opère depuis 2011 dans la péninsule du Sinaï et qui est responsable de plusieurs actions terroristes, notamment des attentats perpétrés au Caire et au sud de l'Egypte. En 2014 le groupe a fait allégeance à l'organisation de Etat Islamique (EI) et a adopté le nom Wilayat Sinaï. Après chaque attaque terroriste en Egypte, Wilayat Sinaï publie de courts rapports de guerre qui contiennent généralement les dates des attentats, le type d'attaques ainsi que les pertes parmi les forces de sécurité et les civils.

Lire la suite

Une OTAN très combative à la Conférence de Riga


07 nov, 2015 Hajnalka Vincze

Le premier panel de discussion de la Conférence de Riga, intitulé « L'OTAN défenseur de la stabilité globale », n'a laissé aucun doute sur les préférences des participants. Que ce soit un général britannique ancien Commandant suprême adjoint de l'Alliance, le M. Sécurité de la Fondation Adenauer en Allemagne, un ancien ambassadeur américain à l'OTAN, ou le Secrétaire d'Etat du ministère de la Défense de la Lettonie, ils sont tous pour une approche dure vis-à-vis de la Russie. Leur unique réserve par rapport à la politique actuelle des Etats-Unis et de l'OTAN est qu'elle ne s'affirme pas avec une fermeté suffisante.

Lire la suite

Côte d'Ivoire, Abidjan, octobre-novembre 2015


04 nov, 2015 Leslie Varenne

A la veille du scrutin présidentiel, dans la capitale politique, l'atmosphère est impalpable. Le temps est suspendu. Abidjan est vide. Comme toujours dans les temps incertains, les élites ont envoyé leurs familles à l'étranger. La classe moyenne a fait des provisions et se terre chez elle. Les pauvres sont partis au village en attendant que l'élection se passe. Election, ce seul mot, terrorise les Ivoiriens. Sans aucun doute, les souvenirs douloureux de la Présidentielle de 2010 et de la guerre de 2011 qui a suivi, remontent à la surface. Mais il y a autre chose, il règne un climat étrange et indicible. Jamais les Ivoiriens n'ont été aussi taiseux. C'est un peuple pudique sur ses souffrances, mais qui adore les joutes politiques. Aujourd'hui même les chauffeurs de taxi, d'ordinaire si volubiles restent muets. 

Lire la suite

L'Afrique de l'Ouest dans l'oeil du cyclone


28 oct, 2015 Leslie Varenne

Partie V : Conclusion : les coups d'Etat électoraux

Après le coup d'Etat manqué du 16 septembre au Burkina Faso - dont il est encore impossible de mesurer les conséquences notamment en ce qui concerne l'implication de plusieurs pays étrangers dans cette affaire-, l'Afrique de l'Ouest vient de réaliser deux magistraux coups d'Etat électoraux. Le premier s'est déroulé le 11 octobre en Guinée Conakry, avec un passage en force d'Alpha Condé, élu en bourrant les urnes et en s'octroyant 60% des voix dès le premier tour. Le second vient d'avoir lieu en Côte d'Ivoire où Alassane Ouattara a violé, non seulement les lois du code électoral, mais aussi celles de l'arithmétique !

Lire la suite

Les groupes djihadistes réagissent à l’offensive russe


20 oct, 2015 Dr Marcin Styszynski

Après les premières semaines de l'engagement militaire russe en Syrie, les principaux groupes djihadistes tels que le Front al-Nosra (affilié à al-Qaida) et l'organisation de l'Etat islamique (EI) ont diffusé des manifestes officiels. Dans ces documents, ils expriment leurs réactions, leurs sentiments et leurs positions politiques vis-à-vis des derniers événements dans la région.Tout d'abord, ces manifestes se réfèrent aux questions traditionnelles présentées dans la propagande djihadiste, menaces contre les gouvernements locaux et occidentaux, sans oublier la glorification des combattants et la justification des actes terroristes. Mais cette fois-ci, l'hostilité la plus forte concerne la Russie et son engagement militaire en Syrie.

Lire la suite

Paroles armées, de Philippe-Joseph Salazar


18 oct, 2015 Leslie Varenne

Philippe-Joseph Salazar est rhétoricien et philosophe. Son dernier livre est bouleversant dans le sens littéral du terme. En effet, cet ouvrage nous oblige à repenser notre représentation de l'organisation de l'Etat islamique. Dans cet essai, l'auteur dissèque minutieusement toute la documentation, les écrits, les paroles, la communication visuelle de ce qu'il nomme, lui, le Califat. Il décrypte la puissance de l'argumentation et la persuasion de masse auxquelles se livrent les djihadistes. Car, pour combattre la propagande terroriste, il faut la comprendre. 

Lire la suite

L'Afrique de l'Ouest dans l'oeil du cyclone


17 oct, 2015 Philippe Evanno

 Partie IV : Élection présidentielle guinéenne : le trou d'air

Le second tour de la présidentielle ivoirienne de 2010 continue à planer sur les élections en Afrique francophone : sans second tour, pas de guerre civile et Laurent Gbagbo serait toujours au pouvoir. La peur du second tour, chez ceux qui n'ont pas opté pour un tour unique, comme le Togo et le Gabon où une majorité relative suffit, doivent donc désormais « bourrer les urnes » au-delà des limites du raisonnable. C'est ce qui se passe en ce moment en Guinée, et ailleurs demain… L'annonce d'une victoire d'Alpha Condé au premier tour, avec environ 60 % des voix, n'empêchera pas forcément des troubles mais permettra, si les troubles ont lieu avant que les recours légaux aient été épuisés, d'accuser les opposants d'être antidémocrates. La politique sarkozienne en Afrique a des conséquences durables…

Lire la suite

L'Afrique de l'Ouest dans l'oeil du cyclone


09 oct, 2015 Leslie Varenne

Partie III : Le Mali et l'éternel recommencement

Ni guerre, ni paix, c'est ainsi que pourrait se résumer la situation de ce pays aujourd'hui. L'accord d'Alger signé, sous la pression de la médiation internationale et après des mois de tractations, par toutes les parties maliennes le 20 juin 2015, n'est toujours pas mis en œuvre. Mieux, cet accord est devenu un prétexte à des alliances contre nature, des marchandages, des attaques, des réconciliations factices où chaque partie au conflit essaye de tirer son épingle du jeu. Les Nations Unies présentes au Mali depuis avril 2013 se révèlent incapables de faire respecter le cessez-le-feu et par conséquent de remplir leur mission première qui consiste à contribuer au rétablissement de l'autorité de l'Etat dans tout le pays. La force française Barkhane ne s'implique plus aux côtés de la Minusma et se contente d'opérations ponctuelles et ciblées. L'Union européenne, premier bailleur de fonds du Mali, qui ne vit que sous perfusion de l'aide internationale, se tait et continue de payer...

Lire la suite

Les Balkans, nouveau front du combat djihadiste


02 oct, 2015 Dr Marcin Styszynski

Dans les dernières parutions publiées par l'organisation de l'État islamique (EI), les Balkans sont considérés comme l'un des objectifs essentiels des organisations extrémistes. La région est citée à plusieurs reprises dans le dernier numéro de leur revue Dabiq ainsi que dans une vidéo diffusée par Al-Hayat TV, la chaine officielle de l'EI.  

Lire la suite

L’Amérique craint pour « son » ordre mondial


29 sept, 2015 Hajnalka Vincze

Un récent rapport du Service de recherche du Congrès américain (CRS) se penche sur le « Changement dans l'environnement international de sécurité et les potentielles implications pour la défense ». Les formules de prudence cachent à peine que, d'après le rapport, une mutation a bel et bien eu lieu, marquée par la « tactique du salami » (tranche après tranche) pratiquée par Pékin en Mer de Chine orientale et la « guerre hybride » menée par la Russie en Ukraine. Cette nouvelle donne sécuritaire se caractérise par « le renouvellement de la compétition entre les grandes puissances » et « la remise en cause de certains éléments de l'ordre mondial dominé par les Etats-Unis ».

Lire la suite

L'Afrique de l'Ouest dans l'oeil du cyclone


19 sept, 2015 Leslie Varenne

  PARTIE II : Le Burkina Faso

Le Burkina Faso était, certes, dans l'œil du cyclone à la veille de l'élection présidentielle du 11 octobre, néanmoins personne n'a vu venir la tornade qui s'est abattue sur le pays. Le coup d'Etat du 16 septembre a pris tout le monde de court, le peuple burkinabé, les autorités de la transition, les candidats, mais également les Français et les Américains qui disposent de bases militaires et d'unités de forces spéciales dans ce pays. Sans aucun doute possible, l'opération a été minutieusement préparée et l'ancien Président Blaise Compaoré est à la manœuvre, même si le Général Diendéré, qui a pris les rênes du pouvoir à Ouagadougou, s'en défend.

Lire la suite

Hausse du budget militaire aux Pays-Bas… et davantage de surcoûts prévus pour leurs F-35


18 sept, 2015 Hajnalka Vincze

Depuis des années déjà, les arbitrages budgétaires se font aux Pays-Bas en fonction de l'achat prévu de leurs nouveaux avions de chasse, un achat qui n'a pourtant pas cessé de faire débat. Jusqu'en mars dernier en tout cas, lorsque la signature du contrat pour les huit premiers appareils US a marqué, selon la ministre de la Défense, un « point de non-retour », censé clore ledit débat une fois pour toutes.

Lire la suite

L'Afrique de l'Ouest dans l'oeil du cyclone


14 sept, 2015 Leslie Varenne

Partie I : La Côte d'Ivoire

En octobre 2015, trois pays d'Afrique de l'Ouest organisent des élections présidentielles : le Burkina Faso, la Guinée Conakry et la Côte d'Ivoire. Les Maliens devraient également se rendre aux urnes pour élire leurs maires. Si tous ces rendez-vous sont potentiellement à risques, c'est sans conteste en Côte d'Ivoire, où les présidentielles se tiendront le 25 octobre, que la situation est la plus délétère. Une nouvelle déflagration dans ce pays pourrait embraser toute la sous-région.  

Lire la suite

Le rôle de la contrebande dans la crise des migrants


06 sept, 2015 Dr Marcin Styszynski

L'escalade de la crise des migrants en Europe est à rapprocher des derniers événements au Proche-Orient et des frappes aériennes contre des bases de l'Etat Islamique (EI) en Irak et en Syrie. Paradoxalement l‘engagement de la Turquie dans la lutte contre le terrorisme a intensifié les problèmes politiques, sociaux et humanitaires dans la région, ce qui a contraint les groupes djihadistes et les trafiquants à changer leurs objectifs économiques. 

Lire la suite

Les pays pauvres non pollueurs vont-ils financer l’organisation de la COP 21 ?


05 sept, 2015 Leslie Varenne

Après son entretien avec le Président congolais, le 7 juillet à l'Elysée,  François Hollande a : « salué la mobilisation de la République du Congo en faveur du succès de la Conférence de Paris sur le climat ». Mais de quelle manière Sassou Nguesso s'est-il donc mobilisé pour être ainsi salué ?

Lire la suite

L’OTAN cherche à contourner la règle du consensus


25 aout, 2015 Hajnalka Vincze

Le jour s'approche-t-il où l'Amérique pourra, de son seul fait, entraîner l'ensemble de l'OTAN dans une guerre ? La question n'est hélas pas aussi surréelle qu'elle n'y paraît. A la réunion ministérielle de l'Alliance, fin juin, le SACEUR (commandant suprême) « a reçu l'autorité d'alerter, de mobiliser et de préparer les troupes » de son propre chef, en attendant le feu vert du Conseil pour le déploiement sur le terrain. Mais soyons réalistes : les troupes déjà sur le tarmac, les avions prêts à décoller, les tambours battants – difficile d'imaginer comment un Etat membre réticent oserait, à ce stade, monter au créneau pour arrêter la machine de guerre de l'Alliance.

Lire la suite

Le Temps des humiliés, de Bertrand Badie


23 aout, 2015 Leslie Varenne

« L'humiliation est devenue l'ordinaire des relations internationales. Rabaisser un Etat, le mettre sous tutelle, le tenir à l'écart des lieux de décisions, stigmatiser ses dirigeants : autant de pratiques diplomatiques qui se banalisent. »* Lorsque Bertrand Badie écrit ces lignes, en mars 2014, la crise grecque n'a pas encore atteint son paroxysme et Christine Lagarde n'a pas encore osé déclarer : « Pour la Grèce, l'heure a sonné de discuter avec des adultes. » !

Lire la suite

L'Arabie saoudite pourrait accéder à la technologie nucléaire grâce à la Russie. Qui l'eut cru ?


24 juil, 2015 René Naba

Le prince Mohamad, ministre de la défense et vice prince héritier du Royaume, a supervisé la conclusion d'un protocole de coopération entre ROSATOM et la «Cité Roi Abdallah pour la recherche atomique». Cet accord vise à la mise en place de structures afférentes au développement de la recherche atomique à des fins pacifiques en Arabie saoudite. Il porte également sur la coopération dans le domaine de la recherche spatiale.*

Lire la suite

Ouagadougou Burkina Faso, juin 2015


17 juil, 2015 Leslie Varenne

En ce mois de juin 2015, un des mois les plus chauds de cette région sahélienne, la politique transpire par tous les pores de la société burkinabé. Dans les maquis, à la maison, aux terrasses des cafés, chacun y va de son commentaire, son analyse, ses prédictions sur l'élection présidentielle qui doit se tenir en octobre 2015. Transition, justice, avenir sont les maîtres mots des conversations. 

Lire la suite

Histoire secrète des Frères Musulmans, de Chérif Amir


10 juil, 2015 Leslie Varenne

L'intérêt du livre de Chérif Amir est double. D'une part c'est l'une des études les mieux documentées sur la confrérie des Frères musulmans, d'autre part en tant qu'Egyptien, l'auteur a une connaissance intime de son sujet. En sous-texte et derrière le travail froid du chercheur se lit la souffrance et les blessures que cette organisation a infligé au peuple de son pays depuis sa création par Hassan El-Banna en 1928. 

Lire la suite

Pente glissante : la réatlantisation de l Europe de la défense


01 janv, 2015 Hajnalka Vincze

La réatlantisation de l'Europe de la défense est en marche.[1] Que ce soit la crise en Ukraine, offrant visiblement un formidable prétexte aux efforts de rebond de l'OTAN ; ou notre inexorable enfermement dans le piège de la coopération avec l'Amérique en matière d'armement ; ou les pressions qui s'accentuent pour civilianiser la PSDC y compris ses groupements tactiques ; ou encore le nouveau discours de symbiose transatlantique ; il s'agit à chaque fois de manifestations palpables d'un choix délibéré de la part des élites euro-occidentales.

Lire la suite