Traduire

Dons

L'IVERIS est une institution à but non lucratif, elle ne perçoit ni subvention ni financement.

Pour soutenir l'IVERIS


La France et ses meilleurs ennemis en Afrique
Leslie Varenne - Note - 18 oct, 2022

La Dent de Lumumba
Moudjib Djinadou - Note - 11 oct, 2022

Des crises européennes aux crises africaines
Leslie Varenne - Note - 29 sept, 2022
Note
18 oct, 2022 Leslie Varenne - Note

La France est contestée de toutes parts sur le continent au point qu'elle n'a plus de marge de manœuvre. Si elle avance à visage découvert c'est un tollé, si elle avance masquée, elle se fait repérer et c'est pire encore. Le rejet de la politique française - car c'est bien de cela dont il s'agit et non pas de sentiment antifrançais, les expatriés n'ont aucun problème sur le continent - a de multiples ressorts et est antérieur à l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron. Cependant, sous ses quinquennats, ce rejet a pris des proportions stratosphériques. La petite musique dans les médias comme sur les réseaux sociaux consiste à accuser Moscou d'être le bras armé de cette contestation. Or, sans être naïf et nier le rôle de la Russie, elle n'est qu'un facteur parmi d'autres qui concourent à ce climat.

Lire la suite


Voir toutes les Notes
Note
11 oct, 2022 Moudjib Djinadou - Note

Les restitutions diverses de pièces de l’héritage culturel africain dérobées par les colons européens sur les théâtres de leurs criminelles expéditions au 19ème siècle ont été largement documentées ces dernières années. Le retour au Sénégal en novembre 2019 de l’épée d’El Hadj Omar Tall fut le prélude à la série en cours, qui vit défiler : 26 oeuvres du royaume d’Abomey en novembre 2021; deux bronzes du royaume du Bénin en février 2022; 23 ouvrages de Namibie en mai 2022 ; une dent de Patrice Lumumba en juin 2022 et l’historique signature entre l’Allemagne et le Nigeria en vue du transfert de propriété de 1130 pièces culturelles. La liste continue… 

Lire la suite


Voir toutes les Notes
Note
29 sept, 2022 Leslie Varenne - Note

Lors d’une réunion sur le Sahel, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, Antonio Guterres a déclaré : « La communauté internationale doit trouver des solutions audacieuses pour aider la région du Sahel à sortir de la crise sécuritaire, humanitaire et financière qui l’affecte ». Il en faudra des solutions audacieuses pour affronter les temps qui viennent car les crises énergétique, économique et financière qui se profilent en Europe viendront aggraver la situation déjà paroxystique de cette région. Pour l’instant, ladite communauté internationale semble être en panne d’idées. Le secrétaire d’Etat Anthony Blinken s’est bien rendu au Niger le 19 septembre, mais il s’est contenté de donner un tout petit chèque de 9 millions de dollars et de rappeler l’importance de la collaboration avec Niamey. La stratégie pour le Sahel d’Emmanuel Macron qui consiste à « repenser l’ensemble des dispositifs » militaires en Afrique et « à bâtir dans la durée une intimité plus forte avec les armées africaines » n’a pas encore été dévoilée. 

Lire la suite


Voir toutes les Notes
Note
11 sept, 2022 Leslie Varenne - Note

Le terme de «  diplomatie publique  » associé à l'USIA, l'agence de l'information des États-Unis est apparu en Amérique pendant la guerre froide. Cette expression est restée inusitée en France, jusqu'à la nomination en octobre 2020 d'un envoyé spécial pour la diplomatie publique en Afrique. Il faut dire que pendant longtemps, le pays a vécu sur ses «  beaux restes  », et n'avait pas besoin d'un monsieur propagande 2.0 pour soutenir sa politique étrangère et promouvoir ses intérêts nationaux. Son réseau de diplomates envié partout de par le vaste monde faisait le travail, sa culture, son histoire, faisait le reste. Las, le Quai d'Orsay n'est plus ce qu'il était, faute de moyens mais aussi de vision et de volonté politique. En outre, sous Emmanuel Macron, la politique étrangère a été presque entièrement phagocytée par l'Elysée avec ses conseillers et envoyés spéciaux. Le dernier coup de grâce donné au «  rayonnement de la diplomatie française  » a été porté par un décret du Président de la République en avril 2022 qui a supprimé le corps diplomatique. 

Lire la suite


Voir toutes les Notes
Note
28 juin, 2022 Leslie Varenne - Note

Ces derniers jours se sont tenus une avalanche de sommets : G7 en Bavière, BRICS à Pékin, Commonwealth à Kigali et le plus consistant d’entre tous, celui de l’OTAN s’ouvre ce 28 juin à Madrid. Le seul mantra commun à ces réunions de chefs d’Etat pourrait être « choisis ton camp camarade ». Dans ce partage du monde qui se profile entre les Etats-Unis et leurs alliés d’un côté, la Russie, la Chine de l’autre, les « non-alignés » sont particulièrement courtisés. L’Inde, le Sénégal et l’Indonésie qui ont refusé d’imposer des sanctions à la Russie ont ainsi été invités en Allemagne. Depuis les votes à l’Assemblée générale des Nations Unies sur les sanctions à l’encontre de Moscou, les Etats africains qui se sont abstenus sont aussi l’objet d’une entreprise de séduction. La guerre en Ukraine a ainsi accéléré et renforcé le mouvement de tectonique des plaques déjà en cours depuis quelques années sur le Continent. Grandes et moyennes puissances poussent leurs pions et tentent de dépecer les restes de ce qui fût nommé le « pré-carré français ». L’arrivée du Togo et du Gabon dans le Commonwealth est un épisode supplémentaire de ces luttes d’influences, qui se jouent aussi entre alliés.    

Lire la suite

Voir toutes les Notes