Traduire

Dans la perspective du sommet « défense » de l’UE, les 15-16 décembre, l’IVERIS propose une série d’articles au sujet de l’Europe de la défense. Il y sera question des points névralgiques de la politique de sécurité et de défense de l’Union, afin d’analyser d’avance ce qui constituerait une véritable percée et ce qui ne serait, au contraire, qu’un énième écran de fumée.

Observatoires

Observatoire
De l'Est

Swing moldave : un pas à l'Est

22 nov, 2016
La Moldavie vient d’élire un président misant plus sur Moscou que sur Bruxelles. Néanmoins, la situation économique, sécuritaire et géographique complexe de Chisinau l’empêche de basculer dans un camp ou dans l’autre.

Lire la suite
Joe Biden met Bruxelles et Kiev dos à dos

26 sept, 2016

La conférence de Joe Biden sur « le futur de la politique étrangère américaine » est passée totalement inaperçue, pourtant le vice-président des Etats-Unis s'est livré à un exercice de franchise déconcertant.

Lire la suite

Sanctions contre la Russie, l'arme de l'alliance transatlantique

10 sept, 2016

Plus de deux ans après le début des événements en Ukraine,  les sanctions apparaissent clairement comme l’arme privilégiée sur le front économique d’une guerre complexe qui se joue entre le monde transatlantique et le monde eurasien depuis la Baltique jusqu’à la mer Noire.



Lire la suite

Notes précédentes

Observatoire de la
Politique africaine

Libye : Londres accuse Paris

26 sept, 2016

La Commission des Affaires Etrangères de la Chambre des communes vient de publier un rapport sur l’intervention britannique en Libye.

Lire la suite

L'avenir de la République Démocratique du Congo : une question de souveraineté

19 sept, 2016

A partir de ce jour, la République Démocratique du Congo entre dans une zone de turbulence, la violence et l’intensité des événements est à la mesure des attentes et des espoirs déçus.

Lire la suite

Notes précédentes

Observatoire Transatlantique

Défense européenne : « c’est parti » ?

20 sept, 2016

Interrogé le jour du sommet informel de l’UE à Bratislava, le 16 septembre, le ministre des affaires étrangères français assure : « on est en train d’avancer sur une politique commune de défense ».

Lire la suite

Notes précédentes

Dons

L'IVERIS est une institution à but non lucratif, elle ne perçoit ni subvention ni financement.

Pour soutenir l'IVERIS


Dernières parutions

08 déc, 2016 Maria Liamtceva - Entretien

Dans cet entretien, Yelena Stetsko, maître de conférence au département de politique mondiale de la faculté des relations internationales de l’université de Saint-Pétersbourg, revient sur tous les enjeux de la Route Maritime du Nord. La région de l’Arctique se trouve au centre d’intérêts géostratégiques et économiques de nombreux Etats dont l’Asie qui s’y positionne de plus en plus. Malgré les tensions géopolitiques actuelles, les discussions et la coopération entre les Etats-Unis et la Russie au sein du Conseil de l’Arctique se poursuivent.

Lire la suite

03 déc, 2016 Hajnalka Vincze - Note d'actualité

Avec son Plan d’action européen de la défense, la Commission de Bruxelles amorce un véritable changement de paradigme, à triple titre. La grande nouveauté, c’est la mise à disposition de financements communautaires pour soutenir la recherche et des programmes militaires. Qui plus est, sur deux autres sujets controversés, atlantisme vs. autonomie et ouverture sans limites vs. politique industrielle, elle opère des infléchissements dans un sens positif: vers (un peu) plus d’autonomie et (un peu) plus de politique. Mais elle refuse toujours obstinément d’aller au bout de sa logique.

Lire la suite

29 nov, 2016 Patricia Lalonde - Tribune libre

L’appétit de la France à vouloir organiser des conférences internationales est connu, certaines, comme celle sur la Libye qui a eu lieu en septembre, se sont avérées être des fiascos diplomatiques absolus. L’annonce d’une nouvelle conférence en soutien à l’opposition syrienne modérée début décembre a fait l’effet d’une douche froide pour tous ceux qui connaissent la réalité du terrain et espèrent arriver le plus tôt possible à une solution politique. Cette solution politique, en conformité avec la résolution 2254 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, votée le 15 décembre 2015, doit préserver l’unité d’une Syrie laïque respectueuse de ses minorités qui seraient associées à un gouvernement d’union nationale et préparerait les prochaines élections présidentielles. Ces négociations sont sur le point d’aboutir, les événements s’accélèrent sur le terrain militaire et la prise d’Alep semble proche. Le gouvernement syrien aidé des Russes engrange des succès, ainsi le 28 novembre les djihadistes ont perdu le contrôle de 12 quartiers d’Alep Est.

Lire la suite

21 nov, 2016 Bruno Husquinet - Note d'actualité

La Moldavie vient d’élire un président misant plus sur Moscou que sur Bruxelles. Néanmoins, la situation économique, sécuritaire et géographique complexe de Chisinau l’empêche de basculer dans un camp ou dans l’autre. Le gagnant, Igor Dodon, est un homme politique de gauche bénéficiant du soutien de l’Eglise. Son programme de développement socio-économique est basé sur le constat que la Moldavie souffre d’une désindustrialisation, d’une stagnation de développement et d’un niveau de vie peu élevé. Il s’agit donc de relancer l’industrie, qui s’est écroulée durant les années 1990, et d’éviter un sur-endettement de l’Etat. Le PIB de la Moldavie dépend à 43% de ses exportations et selon le nouvel élu, les exportations vers l’UE n’ont pas sensiblement augmenté malgré l’accord de libre-échange mis en place en septembre 2014. En outre, ce rapprochement avec l’UE a desservi les exportations vers la Russie, qui a imposé des sanctions et des limitations sur les produits moldaves. Igor Dodon propose donc d’intégrer l’Union économique eurasienne tout en conservant des accords avec l’UE, à l’instar du Kazakhstan.

Lire la suite

16 nov, 2016 Leslie Varenne - Note de lecture

Hasard du calendrier, « Les larmes de l’honneur » du colonel Jacques Hogard, qui commandait l’un des trois groupements de l’opération Turquoise au Rwanda du 22 juin au 22 août 1994, sort au moment où l’enquête sur l’attentat contre l’avion de l’ancien Président Habyarimana est relancée en France. Mais l’ouvrage paraît aussi dans une séquence, extrêmement forte de la vie politique internationale, où l’Afrique enterre l’ère Clinton. Car, il ne faut pas s’y tromper, si des activistes de l’opposition congolaise au parti de Laurent Gbagbo, le FPI, en passant par le parti d’extrême gauche malien, Sadi, tous félicitent Donald Trump pour sa victoire, ce n’est pas pour se réjouir de la future politique africaine du nouveau Président US, il ne s’est pas exprimé sur le sujet pendant sa campagne. Ils saluent avant tout la chute de la maison Clinton et la promesse d’une redistribution des cartes. Ils célèbrent ce qu’ils espèrent être la fin de cette « diplomatie de la démocratie » avec son corolaire le droit d’ingérence et, plus tard, sa version sophistiquée : la responsabilité de protéger qui permit de mettre en place et de tenir à bout de bras des présidents comme Paul Kagamé ou Kabila père et fils. De Bill et le revers cinglant de l’opération "Restore Hope" en Somalie en 1993 à Hillary et les opérations de 2011 : "Restaurer  la paix et la démocratie en Côte d’Ivoire" [1] ; "Protecteur Unifié" en Libye, les années Clinton ont été des années sombres pour toute l’Afrique. Le livre de Jacques Hogard tombe donc à point nommé car l’ouvrage revient sur une page de l’histoire la plus dramatique du continent qui illustre parfaitement l’implication des Clinton en Afrique. Une page qui n’est, d’ailleurs pas complètement tournée puisque les conséquences des événements de 1994 continuent, chaque jour, d’endeuiller la République Démocratique du Congo.

Lire la suite

04 nov, 2016 Patricia Lalonde - Note d'actualité

Le 28 octobre dernier, soit quelques jours avant le scrutin présidentiel du 8 novembre 2016, James Comey, le directeur du FBI annonçait la réouverture de l’enquête sur les emails d’Hillary Clinton. Au détour d’une investigation sur Anthony Weiner, pris dans une affaire de pédophilie, les policiers du FBI sont tombés sur 650 000 emails de la candidate démocrate. Anthony Weiner est l’ex-mari, d’Huma Abedin, plus proche collaboratrice et confidente d’Hillary Clinton. Si ces emails révélaient une gigantesque affaire d’espionnage qui pourrait menacer la sécurité des Etats-Unis, cela pourrait coûter son élection à Hillary Clinton. Mais qui est Huma Mahmood Abedin ? Et pourquoi s’est-elle servie de l’ordinateur de son mari pour abriter une correspondance entre Hillary Clinton, alors Secrétaire d’Etat, et elle-même ? C’est ce que les enquêteurs essayent de comprendre.

Lire la suite


Articles précédents
Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. J'accepte