Traduire

Dons

L'IVERIS est une institution à but non lucratif, elle ne perçoit ni subvention ni financement.

Pour soutenir l'IVERIS


Livraisons d'armes l'Ukraine, l'effet papillon
Leslie Varenne - Note - 20 mai, 2022

Guerre au Sahel : pour en finir avec les milices
Leslie Varenne - Note - 24 avril, 2022

La guerre en Ukraine rebat les cartes au Sahel
Leslie Varenne - Note - 20 mars, 2022

Sahel : le chaos refondateur
Leslie Varenne - Note - 01 févr, 2022
Note
20 mai, 2022 Leslie Varenne - Note

Dans une tribune intitulée « Nous marchons vers la guerre comme des somnambules », Henri Guaino établit des parallèles entre la situation internationale à l’aube des deux guerres mondiales et celle qui prévaut aujourd’hui à l’aune du conflit ukrainien. Une analyse en forme de supplique afin de ne pas répéter les erreurs de l’Histoire : « Ni Churchill, ni Roosevelt, n’avaient pensé qu’un jour ils ordonneraient de bombarder massivement les villes allemandes pour casser le moral de la population, ni Truman qu’il finirait en 1945 par recourir à la bombe atomique pour casser la résistance japonaise. »

Lire la suite


Voir toutes les Notes
Note
24 avril, 2022 Leslie Varenne - Note

La guerre au Sahel a été la grande absente de cette campagne électorale. La volonté de ne pas nuire à l’armée, en ces temps troublés de conflit en Ukraine, a étouffé tout débat comme si les candidats avaient oublié l’importance de la décision politique dans la conduite des opérations. Pourtant, dix ans après le début des combats, la région est toujours un grand théâtre de désolation. Les tueries de Moura au Mali et celles de la région de l’Oudalan au Burkina Faso démontrent qu’aucun enseignement de cette décennie n’a été tiré et que les mêmes logiques sont toujours à l’œuvre. 

Lire la suite


Voir toutes les Notes
Note
20 mars, 2022 Leslie Varenne - Note

Il est impossible de prédire toutes les conséquences pour le Sahel de la guerre en Ukraine. Cependant, certains effets sont d’ores et déjà visibles. L’envolée des prix, la disponibilité des matières premières, des céréales et, surtout, des engrais font craindre une aggravation de l’insécurité alimentaire dans de nombreux pays avec des risques non-négligeables de famine. Un autre contrecoup et non des moindres serait la réorientation des fonds des grands bailleurs au profit du conflit dans l’Est de l’Europe. Cela entraînerait une diminution de l’activité des ONG dans le Sahel dans l’un des pires moments de son histoire. Le directeur du Programme alimentaire mondiale (PAM) a supplié les pays développés de ne pas négliger le Sahel, la Libye, le Liban, la Syrie : « Si vous le faites, les conséquences seront catastrophiques, plus que catastrophiques. ». Mais en plus de ces graves conséquences humanitaires, c’est sur le terrain géopolitique et militaire que des mutations peuvent avoir lieu. 

Lire la suite


Voir toutes les Notes
Note
01 févr, 2022 Leslie Varenne - Note

En Afrique de l’Ouest, les événements s’enchaînent en mode turbo, chaque crise en nourrit une nouvelle jusqu’à former un magma qui se transforme en tsunami. Emmanuel Macron, qui a tout fait pour que l’épineuse question sahélienne ne s’invite pas dans la campagne présidentielle reste toujours silencieux. En revanche, Jean-Yves Le Drian et Florence Parly ont jeté méthodiquement à intervalles réguliers de l’huile sur le feu. Est-ce ainsi qu’ils comptaient éteindre les flammes ? Mais qu’importe puisque de toute façon l’incendie a pris. Plus que le « vent de l’histoire », c’est une bourrasque qui emporte tout et que rien ne semble pouvoir arrêter. Il y a seulement six mois, le général Lecointre, alors chef d’Etat-major, n’imaginait pas que la France puisse quitter le Sahel et l’Afrique de l’Ouest avant une vingtaine d’années. Aujourd’hui la survie de l’opération militaire française au Mali se compte en semaines, voire en jours. Si la rapidité des faits et la volatilité de la situation surprennent, c’est avant tout et surtout la réaction des opinions publiques qui a pris de court dirigeants africains et français.



Lire la suite


Voir toutes les Notes
Note
31 janv, 2022 Bruno Husquinet - Note

Le renforcement des troupes de l’OTAN à la frontière russe, nous dit-on, est la conséquence d’une menace d’invasion "réelle" de la Russie contre l’Ukraine. Cette menace "réelle" est régulièrement brandie depuis 2014. A l’époque déjà, elle fut démentie par le général Gomart, directeur des services de renseignement militaire lors d’une audition à l’assemblée nationale. Aujourd’hui, cette invasion est encore et toujours sujette à des divisions au sein des gouvernements européens, comme dernièrement en Croatie et en Allemagne où le chef de la marine a été forcé de démissionner suite à ses propos selon lesquels il était "absurde" de croire que la Russie veuille s'approprier des territoires ukrainiens.

Lire la suite


Voir toutes les Notes