Traduire

Recherche avancée

Mot clé:
Genre:
Auteur:
Date:
-
Tags:
La Libye victime des ingérences extérieures
30 aout, 2018 Moncef Djaziri

En Libye, la guerre de 2011 n’est toujours pas soldée et le chaos perdure. Plus le temps passe et plus la situation devient difficile à décrypter. Le pouvoir est divisé entre plusieurs entités. D’un côté, le Gouvernement d’entente nationale avec le Premier ministre Fayez el-Sarraj, reconnu par la communauté internationale. De l’autre, le Maréchal Khalifa Haftar à la tête de l’armée nationale libyenne, sans oublier évidemment une multitude de milices armées, dont certaines sont affiliées aux différentes tribus, qui tiennent certains territoires en coupes réglées. Les institutions comme la Banque centrale ou le fond souverain LIA sont également divisées. Toutes les tentatives des Nations unies pour tenter de remettre un semblant d’ordre dans ce pays ont été vaines. Pour comprendre la situation actuelle, il faut s’intéresser aux multiples ingérences extérieures qui pèsent sur la vie politique et qui n’aident ni à la pacification, ni à la nécessaire réconciliation entre Libyens. Dans ce but, l’IVERIS propose un entretien avec Moncef Djaziri, professeur à l’Institut d’études politiques internationales de Lausanne, spécialiste de la Libye et fin connaisseur de ce pays qu’il analyse attentivement depuis des décennies et auquel il a consacré un nombre très important de publications. 

Lire la suite

Abdel Fattah al-Sissi, le nouveau raïs du monde arabe ?
02 avril, 2018 Roland Lombardi

Sans surprise, le président Abdel Fattah al-Sissi a été réélu avec 97,08 % des suffrages. Le seul intérêt de ce scrutin joué d’avance était le taux de participation, puisque le tenant du titre n’avait pas de véritable challenger, l’opposition ayant été réduite au silence. Avec 41,05% de votants, un bon score pour une élection dans ce pays, les Egyptiens accordent au chef de l’Etat une réelle légitimité. Certes, le Maréchal n’est pas un parangon de démocratie, pour autant son bilan en politique intérieure est loin d’être négatif. Il a combattu les islamistes, protégé les coptes et a fait de la lutte contre la corruption, qui était un véritable fléau sous Hosni Moubarak, son cheval de bataille. Les résultats économiques ne sont pas au rendez-vous, néanmoins les Egyptiens ont quelques raisons d’espérer, grâce notamment à la découverte d’un immense gisement de gaz naturel. Mais c’est, sans conteste, sur le plan international que le président Abdel Fattah al-Sissi a le mieux réussi. Il a ainsi permis à son pays, le plus grand du monde arabe, avec 100 millions d’habitants, de reprendre sa place d’acteur central de la scène régionale. Pour comprendre, le rôle de l’Egypte, au Moyen-Orient et en Afrique, l’IVERIS propose un entretien avec Roland Lombardi, chercheur associé à l’IREMAM (1)

Lire la suite

Tempête sur le grand Moyen-Orient
10 oct, 2017 Leslie Varenne

Comme l’écrit Michel Raimbaud : « Cet ouvrage est destiné à tous ceux qui s’intéressent aux peuples arabes et/ou musulmans, à leur histoire et leur avenir. Mettant en évidence la vérité profane et politique des évènements actuels et le versant fallacieux de l’appel pseudo-religieux qui les inspire, il vise également un public bien plus large, celui des personnes désireuses de déchiffrer et de démystifier ce vieux monde où l’on sème si facilement la mort et la destruction au nom du Bien, si ce n’est au nom de Dieu. »  

Lire la suite

Le Temps des humiliés, de Bertrand Badie
23 aout, 2015 Leslie Varenne

« L’humiliation est devenue l’ordinaire des relations internationales. Rabaisser un Etat, le mettre sous tutelle, le tenir à l’écart des lieux de décisions, stigmatiser ses dirigeants : autant de pratiques diplomatiques qui se banalisent. »* Lorsque Bertrand Badie écrit ces lignes, en mars 2014, la crise grecque n’a pas encore atteint son paroxysme et Christine Lagarde n’a pas encore osé déclarer : « Pour la Grèce, l’heure a sonné de discuter avec des adultes. » !

Lire la suite