Traduire

Dons

L'IVERIS est une institution à but non lucratif, elle ne perçoit ni subvention ni financement.

Pour soutenir l'IVERIS


Fin de Barkhane au Sahel, oui mais…
Leslie Varenne - Note - 14 juin, 2021

Ndjamena 2021-Elysée 2022
Leslie Varenne - Note - 05 févr, 2021
Note
13 sept, 2021 Leslie Varenne - Note

L’entêtement d’Alpha Condé à se représenter à un troisième mandat et à se déclarer élu après une élection non-crédible en octobre 2020 a favorisé un changement brutal de régime. Les putschistes qui ont perpétré le coup d’Etat du 5 septembre 2021 se sont engouffrés dans la brèche ouverte par le président guinéen. Ce postulat de départ posé, il n’est pas illégitime de s’interroger sur les véritables raisons de ce coup de force et sur le rôle de certains Etats. Qui pourrait avoir eu quelques intérêts à agir dans un pays où les ressources minières sont éminemment stratégiques et détenues majoritairement par la Russie et la Chine qui s’est taillé la part du lion au cours des deux mandats d’Alpha Condé ?

Lire la suite


Voir toutes les Notes
Note
14 juin, 2021 Leslie Varenne - Note

Le jeudi 10 juin, lors d’une conférence de presse, Emmanuel Macron a annoncé la fin de Barkhane, sans pour autant expliciter le nouveau format de l’opération française dans la région. Selon ses déclarations, les modalités du nouveau dispositif devraient être connues dans les semaines à venir. Sur le fond, la révision de l’architecture sécuritaire dans le Sahel n’est pas taboue en soi, elle est même bienvenue pour sortir de l’impasse stratégique actuelle. Sur la forme en revanche, cette décision pose un certain nombre de problèmes qui engagent à la fois la parole de la France et son avenir dans la région ainsi que celui des pays d’Afrique de l’Ouest. 

Lire la suite


Voir toutes les Notes
Note
01 juin, 2021 Leslie Varenne - Note

Dans le JDD du dimanche 30 mai, Emmanuel Macron s’est livré une nouvelle fois à des « confidences » sur l’Afrique, passant en revue tous les sujets du moment sur le continent : économie, immigration, terrorisme, gouvernance. Au milieu de cet inventaire, un passage a fait l’effet d’une torpille. S’agissant de la situation au Mali après les événements du 24 mai, il a déclaré : «  (…) je ne resterai pas aux côtés d’un pays où il n’y a plus de légitimité démocratique, ni de transition » puis il a ajouté « l’islamisme radical au Mali avec nos soldats sur place ? Jamais de la vie ! Il y a aujourd’hui cette tentation au Mali. Mais si cela va dans ce sens, je me retirerai. » A elles seules, ces deux phrases résument la politique africaine de Gribouille menée par l’Elysée. Cette politique de balancier aussi irrationnelle qu’illisible démonétise la parole de la France qui perd pied progressivement, lentement mais sûrement sur tout le continent. La décision de la Cedeao de suspendre le Mali de son organisation mais de ne pas lui imposer de sanctions économiques et d’avaliser la récente prise de pouvoir par le colonel Assimi Goïta, le prouve. 

Lire la suite


Voir toutes les Notes
Note
24 févr, 2021 Leslie Varenne - Note

Au sommet de Ndjamena Emmanuel Macron a enchaîné les déclarations tout à la gloire de la stratégie française décidée l’an dernier : « Cet effort militaire défini à Pau a donc permis des victoires, nous a permis d'obtenir des résultats et a sauvé une deuxième fois le Sahel ». Mais, sous le vernis de ses propos optimistes, Emmanuel Macron est apparu confus, toujours à la recherche d’une boussole dans le dossier sahélien et a laissé une impression de malaise. Les déclarations du nouveau secrétaire d’Etat américain, Anthony Blinken, celle du Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterrez, le silence des Européens et les non-dits des Présidents des pays du G5, montrent que ce trouble est largement partagé. Les quelques décisions prises lors de ce sommet posent plus de questions et de problèmes qu’elles n’apporteront de solutions, tant militairement que politiquement. Leurs effets seront perceptibles rapidement, un premier bilan devrait être réalisé au cours du trimestre prochain puisque le président français s’est inscrit dans le très court terme en imposant à ses pairs sahéliens une nouvelle rencontre au printemps. 

Lire la suite


Voir toutes les Notes
Note
05 févr, 2021 Leslie Varenne - Note

Le sommet de Pau avait été organisé par la France, en janvier 2020, pour clarifier les relations avec ses partenaires du G5 Sahel et les rappeler à leurs obligations en termes d’engagement militaire. La manière dont Emmanuel Macron avait « convoqué » ses homologues africains avait suscité de vives polémiques et surmédiatisé ce rendez-vous. Si la prochaine réunion de Ndjamena, qui se tiendra les 15 et 16 février, se prépare dans un climat plus apaisé, elle provoque néanmoins une grande effervescence tant du côté des autorités que des observateurs. Elle semble donc ouvrir la voie à une de ces grand-messes annuelles dont les partenaires internationaux raffolent. Mais pourquoi ritualiser ce genre de rendez-vous ? Ils donnent de la visibilité aux groupes terroristes qui savent aussi manier l’arme de la communication et en profitent pour mettre la pression sous de multiples formes, y compris par des attaques ciblées. Ils donnent également lieu à des bilans sur les actions menées et sur la stratégie adoptée lors du sommet précédent. L’expérience montre que la comparaison entre les résultats et les engagements pris est souvent peu flatteuse. A ce titre, Ndjamena est encore plus risqué que Pau, tout ce qui sera dit dans la capitale tchadienne, toutes les décisions adoptées seront analysées l’année prochaine, à l’aune du bilan écoulé, alors qu’Emmanuel Macron sera en pleine campagne électorale.

Lire la suite


Voir toutes les Notes