Traduire

Recherche avancée

Mot clé:
Genre:
Auteur:
Date:
-
Tags:
La Libye victime des ingérences extérieures
30 aout, 2018 Moncef Djaziri

En Libye, la guerre de 2011 n’est toujours pas soldée et le chaos perdure. Plus le temps passe et plus la situation devient difficile à décrypter. Le pouvoir est divisé entre plusieurs entités. D’un côté, le Gouvernement d’entente nationale avec le Premier ministre Fayez el-Sarraj, reconnu par la communauté internationale. De l’autre, le Maréchal Khalifa Haftar à la tête de l’armée nationale libyenne, sans oublier évidemment une multitude de milices armées, dont certaines sont affiliées aux différentes tribus, qui tiennent certains territoires en coupes réglées. Les institutions comme la Banque centrale ou le fond souverain LIA sont également divisées. Toutes les tentatives des Nations unies pour tenter de remettre un semblant d’ordre dans ce pays ont été vaines. Pour comprendre la situation actuelle, il faut s’intéresser aux multiples ingérences extérieures qui pèsent sur la vie politique et qui n’aident ni à la pacification, ni à la nécessaire réconciliation entre Libyens. Dans ce but, l’IVERIS propose un entretien avec Moncef Djaziri, professeur à l’Institut d’études politiques internationales de Lausanne, spécialiste de la Libye et fin connaisseur de ce pays qu’il analyse attentivement depuis des décennies et auquel il a consacré un nombre très important de publications. 

Lire la suite