Traduire
Télécharger en PDF

Le Pentagone co-auteur du prochain Livre blanc britannique

Whatsapp
email
Linkedin
Facebook
Twitter
Partager sur
08 aout, 2015
Veille
Hajnalka Vincze


Lors d’une conférence à la Chatham House sur l’avenir de la grande alliance navale UK-USA, le Secrétaire à la Défense britannique, Mike Fallon, a avoué publiquement que la rédaction du prochain SDR (Strategic Defence Review, une sorte de Livre blanc d’outre-Manche) se fait avec la « participation directe » du Pentagone. 

Certes, on pouvait s’en douter, même avant cette petite phrase prononcée le 15 juillet. En effet, la confirmation survient après de récentes humiliations qu’ont dû endurer des Britanniques de la part de leur plus grand ami et allié. Il s’agit d’une série de mises en gardes, extrêmement persistantes, pour qu’ils maintiennent le chiffre fatidique de 2% (lequel devrait être la part du budget de défense dans le PIB pour les pays de l’OTAN).

Selon l’ambassadeur américain à l’OTAN, le Royaume-Uni « risque de perdre son influence » au sein de l’Alliance, alors que d’après le chef d’état-major de l’armée de terre US, les Britanniques « pourraient finir par combattre non pas à côté de mais incorporés dans l’armée américaine »…

En participant directement à la rédaction du prochain Livre blanc britannique, le Pentagone ne se contente plus de ce jeu de pressions et de mises en garde par presse interposée, mais fait jouer tous les avantages liés à ce qu’ils appellent leurs « accès ». En guise d'illustration, rappelons juste le fait que le conseiller spécial du Secrétaire à la Défense britannique est, par tradition, un officier de renseignement... américain.

Tags:
royaume-uni, relation spéciale, etats-unis