Traduire
Télécharger en PDF

Les nouvelles formes de communication de l'EI

Whatsapp
email
Linkedin
Facebook
Twitter
Partager sur
12 février, 2016
Veille
Dr Marcin Styszynski


Après les dernières initiatives juridiques proposées par les Etats occidentaux afin de combattre l’activité djihadiste sur Internet et sur les réseaux sociaux, l’organisation de l’Etat islamique (EI) a promptement réagit.  Pour contourner les blocages et sa surveillance par les services de sécurité des différentes nations, l’organisation a trouvé de nouvelles formes de communication.

Comme le prouvent les exemples ci-dessous, la réaction de l’EI ne s’est pas fait attendre :

Piratage d’une chaîne de télévision :

Dernièrement, l’EI a piraté la télévision sportive Bein HD4, une chaîne très populaire dans le monde arabe et disponible sur le satellite égyptien NileSat. Les spectateurs de Bein HD4 ont été surpris de voir apparaître de la propagande djihadiste sur leurs écrans. En lieu et place des commentaires sportifs, ils ont assisté à des rapports sur les frappes aériennes de la coalition antiterroriste en Syrie et en Irak, ainsi qu’à la retransmission d’émissions religieuses, à des programmes glorifiant les actions de l’EI, tout en critiquant leurs ennemis, particulièrement Bachar al-Assad.

Telegram Messenger :

Par ailleurs, l’EI encourage ses partisans à utiliser une application avec un logiciel de chiffrement et de cryptage comme le programme Telegram Messenger. Cette application est gratuite et disponible sur les ordinateurs, smartphones, I-phones et tablettes. Les utilisateurs peuvent échanger messages chiffrés, photos, vidéos et documents. Telegram Messenger revendique plus de 50 millions d'utilisateurs qui échangent plus d’un milliard de messages par jour.

Exploitation des codes linguistiques :

L’EI utilise également des codes linguistiques pour les communications. Il s'agit de symboles, de signes ainsi que des phrases ou des mots particuliers à travers lesquels des sympathisants ou des membres de l’organisation peuvent se reconnaître sur Internet. Ces codes sont utilisés par le biais de différents moyens de communications. Le 24 janvier dernier, quelques jours après les attentats de Paris, la Royal Air Force a déclaré que les services de sécurité britanniques avaient déjoué un complot terroriste de l’EI dans quatre villes de Grande-Bretagne grâce à l’interception d’une conversation suspecte entre deux pilotes d’une ligne aérienne commerciale.
Les services britanniques n’ont pas donné plus d’information concernant l’origine des pilotes mais ils ont confirmé que l’avion quittait l’aéroport d’Amsterdam à destination du Proche-Orient. Les pilotes se sont servi d’un code linguistique en se référant à une célèbre chanson pop et ont fréquemment utilisé le canal « Mayday » pour évoquer leurs plans. Les experts estiment que ces pilotes avaient l'intention de faire passer des explosifs ou des armes chimiques en contrebande.

Conclusions

Outre la réactivité de l’EI face aux nouvelles mesures prises par les Etats occidentaux, ces trois exemples démontrent que cette organisation se sert des nouvelles technologies et de tous les outils informatiques pour échanger avec ses partisans tant sur la stratégie à adopter que sur la préparation d’attentats. Ils essayent de déjouer les services de sécurité et tentent toujours d’avoir un coup d’avance sur eux. L’un des moyens qui pourrait limiter les risques serait l’étude des codes utilisés par l’EI car leurs conversations contiennent des traits stylistiques et linguistiques qui caractérisent les membres ou les partisans de cette organisation.