Traduire
Télécharger en PDF

Une OTAN très combative à la Conférence de Riga

Whatsapp
email
Linkedin
Facebook
Twitter
Partager sur
07 novembre, 2015
Note d'actualité
Hajnalka Vincze


Le premier panel de discussion de la Conférence de Riga, intitulé « L’OTAN défenseur de la stabilité globale », n’a laissé aucun doute sur les préférences des participants. Que ce soit un général britannique ancien Commandant suprême adjoint de l’Alliance, le M. Sécurité de la Fondation Adenauer en Allemagne, un ancien ambassadeur américain à l’OTAN, ou le Secrétaire d’Etat du ministère de la Défense de la Lettonie, ils sont tous pour une approche dure vis-à-vis de la Russie. Leur unique réserve par rapport à la politique actuelle des Etats-Unis et de l'OTAN est qu’elle ne s’affirme pas avec une fermeté suffisante.

Pour commencer, ils sont tous au diapason pour dresser un tableau extrêmement sombre du paysage sécuritaire en Europe. D’après le général britannique, nous nous trouvons « face à une potentielle menace existentielle ». Le Secrétaire d’Etat letton constate que cette situation « n’est pas près de changer, et va même probablement s’empirer ». Et l’intervenant américain d’ajouter que la période des élections présidentielles US pourrait être perçue, à Moscou, comme une fenêtre d’opportunité pendant laquelle les Russes pourraient être tentés de nous « tester ».

Autre point d’accord : tous les intervenants expriment leur mécontentement avec les mesures de « réassurance » de l’OTAN, qu’ils jugent fort insuffisantes. Le responsable letton essaie de sauver la mise en faisant l’éloge de la vitesse d’adaptation et de l’efficacité de l’Alliance, mais lui non plus il ne cache pas qu’il serait infiniment plus rassuré si la présence des troupes dans les pays baltes était permanente. Le général britannique est tout aussi sceptique par rapport au modèle rotationnel, et il va même jusqu’à illustrer son propos en disant que « Si j’étais un planificateur de défense à Moscou, je n’aurais qu’à attendre l’intervalle entre deux rotations et c’est alors que je me lancerais ».

Cette insistance sur la guerre imminente, à nos portes, revient dans chacune des interventions. Le général fait le constat, par ailleurs exact, qu’à force d’avoir mis le paquet sur les opérations expéditionnaires nous avons fini par perdre des capacités entières (que ce soit dans le domaine aérien, naval ou terrestre), dont nous aurions grand besoin pour être crédibles dans la perspective d’une véritable guerre. L’ex-ambassadeur US dit que « nous devrions être à l’aise avec le discours qui porte sur la défaite d’un adversaire, parce qu’il existe des adversaires et que l’objectif est de les vaincre ». En revanche, « parler de désescalade est perçu de l’autre côté comme un feu vert ».

Justement, le langage et la communication stratégique sont considérés comme déterminants par chacun des intervenants. Le général Shirreff propose carrément « d’éduquer » l’opinion publique. Pour lui, l’électorat et la classe politique ne vont pas consentir à une hausse des budgets de défense pour atteindre un niveau adéquat, « à moins qu’ils soient effrayés ». Le Secrétaire d’Etat letton déplore, lui, que nos sociétés européennes soient trop « pacifistes ».

Une fois de plus, ce n’est pas faux. Il reste juste la question de savoir si la sensibilisation à la chose militaire, c’est pour faire notre propre analyse, réaliste, de la situation, en fonction de nos intérêts, ou c’est pour faire approuver une logique guerrière décidée de l’autre côté de l’océan, à 6000 kilomètres. Dans la même veine, il importe de savoir si nos dépenses de défense servent à nous rendre utiles comme supplétifs et marché captif, ou à entretenir un dispositif militaire, y compris la production des équipements, qui nous permette de décider et d’agir en toute indépendance.

Mais pour revenir aux propositions des faucons de l’OTAN, deux pistes principales se sont dégagées des propos des intervenants. Au premier chef, la revalorisation du nucléaire. Comme l’a dit le participant allemand, le grand défaut du Plan d’action « réactivité » de l’Alliance (RAP, en anglais, pour Readiness Action Plan), c’est qu’il porte uniquement sur des forces conventionnelles. Ce qui « lui vaut d’être surnommé CRAP par certains » (C étant rajouté pour « conventionnel » et pour donner l’équivalent anglais d’un mot de cinq lettres).

Pour sa part, l’ancien ambassadeur américain souligne qu’au vu du déséquilibre des forces conventionnelles sur le flanc Est au profit de la Russie, « la réponse de l’OTAN doit se situer au niveau stratégique ». En y ajoutant au sujet des armes nucléaires qu’« il faut que nos planificateurs de défense commencent à s’y mettre » puisque nous ne sommes pas préparés à de tels « scénarios du pire » à l’heure actuelle.

L’autre piste d’amélioration concerne le processus de prise de décision. En parlant de l’OTAN, l’intervenant américain a « du mal à croire que nous allons décider de gagner une guerre ». D’après l’ex-ambassadeur US, à quoi sert d’avoir une force de réaction rapide disponible en 48 heures, si le Conseil de l’Atlantique Nord (l’organe de décision politique composé des représentants des 28 pays membres) ne peut pas être réuni dans les mêmes délais ? Et quand bien même il se réunirait, il n’arriverait pas à prendre une décision avant des semaines. Dans ses remarques finales, l’intervenant letton désigne lui aussi le processus de prise de décision comme « le grand sujet ».

Sans surprise, ce sont ces mêmes dossiers (la prise de décision et le volet nucléaire) que les participants comptent retrouver à l’agenda du Sommet de Varsovie l’année prochaine. Toutefois, le « conseil tactique » avancé par l’intervenant allemand est d’y ajouter des « leurres », comme l’élargissement. « Dans le discours public, nous ne devrions pas limiter l’OTAN au face-à-face avec la Russie ». Il faudra ajouter d’autres points à l’ordre du jour, pour que les Etats membres les plus réticents soient en mesure de « vendre des compromis » à leurs opinions publiques. Un conseil, en effet, éminemment instructif.

Tags:
otan, relations transatlantiques