Traduire
Télécharger en PDF

Election présidentielle américaine : qui est Huma Abedin ?

Whatsapp
email
Linkedin
Facebook
Twitter
Partager sur
04 novembre, 2016
Note d'actualité
Patricia Lalonde


Le 28 octobre dernier, soit quelques jours avant le scrutin présidentiel du 8 novembre 2016, James Comey, le directeur du FBI annonçait la réouverture de l’enquête sur les emails d’Hillary Clinton. Au détour d’une investigation sur Anthony Weiner, pris dans une affaire de pédophilie, les policiers du FBI sont tombés sur 650 000 emails de la candidate démocrate. Anthony Weiner est l’ex-mari, d’Huma Abedin, plus proche collaboratrice et confidente d’Hillary Clinton. Si ces emails révélaient une gigantesque affaire d’espionnage qui pourrait menacer la sécurité des Etats-Unis, cela pourrait coûter son élection à Hillary Clinton. Mais qui est Huma Mahmood Abedin ? Et pourquoi s’est-elle servie de l’ordinateur de son mari pour abriter une correspondance entre Hillary Clinton, alors Secrétaire d’Etat, et elle-même ? C’est ce que les enquêteurs essayent de comprendre.

Huma Mamood Abedin est née en Juillet 1976 aux Etats-Unis, à Kalamazoo, dans le Michigan d’une mère d’origine Pakistanaise, Saleha et d’un père, Saed, d’origine indienne. Lorsqu’elle a deux ans, ses parents partent vivre à Djedda en Arabie Saoudite. Grâce au soutien de leur « mentor » Abdullah Omar Nasseef, à l’époque Président de la « King Abdulaziz University » à Jedda, et homme d’influence dans le gouvernement saoudien, Saed Mahmood Abedin crée le Muslim Minorities Affairs Institute  un Institut de recherche sur les minorités musulmanes qui a des liens avec le Hamas et les Frères Musulmans. Par la suite, il lance le journal de l’Institut. Abdullah Omar Nasseef est alors Secrétaire Général de la Ligue Islamiste Mondiale et est soupçonné d’avoir des liens avec « the Union of God » organisation terroriste inspirée par le prédicateur installé au Qatar, El Qaradawi. Huma Abedin a donc passé seize années en Arabie Saoudite. Après le décès de son père en 1993, sa mère Saleha reprend le très conservateur journal des Muslim Minorities Affairs. Huma Abedin y travaille pendant quelques années en tant que rédactrice en chef adjointe aux côtés de sa sœur Heba et de son Frère Hassan qui est, lui, chargé de la critique des livres.  

A 18 ans, Huma Abedin est envoyée aux US pour parfaire ses études à la George Washington University. Elle s’inscrit à l’Association des Etudiants Musulmans, fondée en 1963, dans laquelle figurent des membres de la confrérie des Frères musulmans et des radicaux islamistes comme le yéménite Anwar al Awlaki, qui sera par la suite inquiété dans l’enquête sur les attentats du 11 Septembre 2001. A l’âge de 20 ans, elle est embauchée comme stagiaire à la Maison Blanche sous l’administration Clinton. Un poste quasiment impossible à décrocher…

C’est Abdulrahman Alamoudi qui l’a introduite. Qui est ce personnage ? Le Président de l’American Muslim Council, institution pour laquelle il est chargé de faire des levées de fonds. Il a alors la confiance des Clinton qui lui facilitent même ses voyages au Proche et au Moyen-Orient afin de récolter des fonds pour l’AMC ; Abdulrahman a ses entrées au Pentagone et au Département d’Etat américain. Il y fait entrer certains de ses protégés. Plus tard, il est pris en train de comploter avec al-Qaida pour organiser l’assassinat du Roi Abdallah d’Arabie Saoudite, avec des connections libyennes. Son arrestation et son emprisonnement aux US signe la fin de sa lune de miel avec les Clinton, mais étonnement, le couple garde leur totale confiance à Huma Abedin.

Il s’agit sans doute de l’infiltration de la confrérie des Frères musulmans au plus haut sommet du pouvoir américain.

Déjà à l’époque, Michèle Bachmann et d’autres membres du Congrès  avaient dénoncé les relations de l’administration américaine avec les Frères musulmans. Mais Hillary Clinton, appuyée par le républicain John Mc Cain, balaya cette accusation, à leurs yeux infondée. Il est alors facile de comprendre l’engouement de l’administration Obama, sous le secrétariat d’Etat d’Hillary Clinton, pour les Printemps arabes. Il s’agissait de se débarrasser de régimes autoritaires pour les remplacer par les islamistes.

C’est sans doute la mort de l’Ambassadeur US en Libye, Christopher Stevens, et de quatre militaires américains à Benghazi qui ont poussé le FBI à vouloir faire toute la lumière sur cette affaire. De même que les soupçons qui se portent sur les livraisons d’armes des djihadistes libyens transférées aux djihadistes syriens. Le FBI cherche sans doute à vérifier si Huma Abedin y a joué un rôle.

Huma Abedin a été Chef de Cabinet d’Hillary Clinton, quand celle-ci était Secrétaire d’Etat, par ailleurs, elle était également  consultante chez Teneo Holdings, ce qui lui a valu des critiques pour conflit d’intérêt avec la Fondation Clinton. Elle est actuellement vice-présidente de la campagne d’Hillary Clinton et aura une place de choix dans la nouvelle administration si la candidate démocrate est élue…

 

Patricia Lalonde
Chercheur à l'IPSE

 

 

 

 

 

 

Tags:
etats-unis, arabie saoudite, frères musulmans, moyen orient