Traduire

Notes d'actualité



« Panne de lumière au pays de Voltaire »


28 janv, 2017 Leslie Varenne

Le colloque intitulé « La Syrie en guerre », auquel l’IVERIS devait participer et organisé par l’Académie Géopolitique de Paris, le Collectif pour la Syrie et le magazine Afrique-Asie (1) qui devait se tenir le 28 janvier 2017 à la Sorbonne a été annulé par Barthelémy Jobert, Président de l’université Paris 4. Officiellement cette décision a été prise pour des raisons « sécuritaires et diplomatiques ». En réalité, les autorités françaises ont plié sous les pressions de groupuscules aussi insignifiants que vindicatifs tels qu’un mystérieux groupe nommé « Mémorial 98 » et le site « Souria Houria ». Pour dénoncer ce colloque et lancer une pétition afin de l’interdire, ces groupes n’ont fait preuve d’aucun argumentaire, ils n’ont pas débattu sur le fond mais se sont contentés de diffamer les intervenants : « extrême droite, fascistes, soutiens de Bachar Al-Assad »... 

Lire la suite

"Adieu Crimée" par Viktor Pinchuk


13 janv, 2017 Bruno Husquinet

Viktor Pinchuk n’est pas metteur en scène et son scénario n’est pas une fiction. Dans les colonnes du Wall Street Journal, le milliardaire ukrainien invite ses compatriotes à « oublier » temporairement la Crimée, mener des élections régionales au plus vite, rendre le contrôle du pays à Kiev et maintenir une équidistance économique et sécuritaire entre le bloc euro-atlantique et la Russie.Le flamboyant quinquagénaire a provoqué l’ire de la classe politique ukrainienne, mais le pavé dans la mare est lancé et ses idées se répandent … au profit de ses affaires aussi.

Lire la suite

La Côte d'Ivoire sur un fil


07 janv, 2017 Leslie Varenne

Depuis hier, la Côte d’Ivoire est en proie à de fortes turbulences. Officiellement il s'agit d'une mutinerie de militaires mécontents de leurs conditions et revendiquant des primes et des augmentations de salaires. Ce soulèvement commencé au Nord du pays, s’est très vite étendu à l’Ouest et au Centre. Depuis ce samedi matin la révolte a atteint la capitale où des tirs ont été entendus dans plusieurs quartiers d’Abidjan, notamment dans le camp militaire d’Akouédo et dans celui du 3ème bataillon de gendarmerie d’Anyama.

Lire la suite

Kinshasa : ce qui devait arriver arriva


20 déc, 2016 Leslie Varenne

19 décembre 23h59, cette date était écrite dans le marbre. Les dialogues, inclusifs ou non, tant vantés comme une issue politique au chaos qui se profilait se sont avérés être ce qu’ils étaient réellement : des écrans de fumée pour permettre à Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir au-delà de la date fatidique de la fin constitutionnelle de son mandat. Le peuple congolais a toujours exprimé son désir de respecter la constitution et d’appliquer à la lettre l’article de 64 de ce texte fondamental : « Tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution.»  Chacun était prévenu, les Congolais l’avaient chanté sur tous les tons de "Kabila dégage " à "Bye-bye Kabila ", après le 19 décembre « c’est fini et la situation va dégénérer. Il va nous tuer, mais nous sommes prêts. » 

Lire la suite

Les Britanniques commencent à se poser des questions sur leur relation spéciale avec l'Amérique


11 déc, 2016 Hajnalka Vincze

Illustration parfaite d’un alignement des planètes favorable, comme jamais jusqu’ici, à l’Europe de la défense [1], même les Britanniques commencent à s’inquiéter de leur dépendance. Dans une ambiance européenne générale où, sur le plan rhétorique au moins, les tabous de toujours sont levés l’un après l’autre (tels le concept d’autonomie stratégique, la défense collective, le noyau dur d’Etats membres, le quartier général permanent, ou l’implication de la Commission dans le secteur militaire), un tel début de prise de conscience outre-Manche ne serait pas totalement dénué d’intérêt.

Lire la suite

Gambie : l'illusion perdue


10 déc, 2016 Leslie Varenne

Faits suffisamment rares pour être rapportés, les dix premiers jours du mois de décembre ont été porteurs d’une succession de bonnes nouvelles africaines. Le 2 décembre, Yahya Jammeh, le Président gambien arrivé au pouvoir par un coup d’Etat en 1994, acceptait sa défaite à l’élection présidentielle et félicitait le vainqueur Adama Barrow. La surprise était de taille… Quelques jours plus tard, autre stupéfaction : Paul Kagamé, Président rwandais depuis 1994, annonçait qu’il ne serait pas candidat en 2017, alors qu’en 2015, il avait fait changer la constitution précisément pour pouvoir rester à la tête de l’Etat pendant de nombreuses années encore. Le festival continuait avec José Eduardo Dos Santos, Président de l’Angola depuis 1979, qui déclarait quitter sa fonction en 2017. Enfin, au Ghana, Nana Akufo-Addo remportait l'élection présidentielle face à l’actuel chef de l’Etat, John Dramani Mahama ; néanmoins cette dernière bonne nouvelle n’est pas surprenante puisque, depuis 1992, les Ghanéens pratiquent l’alternance démocratique. Puis, un coup de tonnerre est venu assombrir cette éclaircie dans le ciel africain, Yahya Jammeh, est revenu sur sa décision et a contesté les résultats de l’élection…

Lire la suite

La Commission change, timidement, de logiciel sur la défense


03 déc, 2016 Hajnalka Vincze

Avec son Plan d’action européen de la défense, la Commission de Bruxelles amorce un véritable changement de paradigme, à triple titre. La grande nouveauté, c’est la mise à disposition de financements communautaires pour soutenir la recherche et des programmes militaires. Qui plus est, sur deux autres sujets controversés, atlantisme vs. autonomie et ouverture sans limites vs. politique industrielle, elle opère des infléchissements dans un sens positif: vers (un peu) plus d’autonomie et (un peu) plus de politique. Mais elle refuse toujours obstinément d’aller au bout de sa logique.

Lire la suite

Swing moldave : un pas à l’Est


21 nov, 2016 Bruno Husquinet

La Moldavie vient d’élire un président misant plus sur Moscou que sur Bruxelles. Néanmoins, la situation économique, sécuritaire et géographique complexe de Chisinau l’empêche de basculer dans un camp ou dans l’autre. Le gagnant, Igor Dodon, est un homme politique de gauche bénéficiant du soutien de l’Eglise. Son programme de développement socio-économique est basé sur le constat que la Moldavie souffre d’une désindustrialisation, d’une stagnation de développement et d’un niveau de vie peu élevé. Il s’agit donc de relancer l’industrie, qui s’est écroulée durant les années 1990, et d’éviter un sur-endettement de l’Etat. Le PIB de la Moldavie dépend à 43% de ses exportations et selon le nouvel élu, les exportations vers l’UE n’ont pas sensiblement augmenté malgré l’accord de libre-échange mis en place en septembre 2014. En outre, ce rapprochement avec l’UE a desservi les exportations vers la Russie, qui a imposé des sanctions et des limitations sur les produits moldaves. Igor Dodon propose donc d’intégrer l’Union économique eurasienne tout en conservant des accords avec l’UE, à l’instar du Kazakhstan.

Lire la suite

Election présidentielle américaine : qui est Huma Abedin ?


04 nov, 2016 Patricia Lalonde

Le 28 octobre dernier, soit quelques jours avant le scrutin présidentiel du 8 novembre 2016, James Comey, le directeur du FBI annonçait la réouverture de l’enquête sur les emails d’Hillary Clinton. Au détour d’une investigation sur Anthony Weiner, pris dans une affaire de pédophilie, les policiers du FBI sont tombés sur 650 000 emails de la candidate démocrate. Anthony Weiner est l’ex-mari, d’Huma Abedin, plus proche collaboratrice et confidente d’Hillary Clinton. Si ces emails révélaient une gigantesque affaire d’espionnage qui pourrait menacer la sécurité des Etats-Unis, cela pourrait coûter son élection à Hillary Clinton. Mais qui est Huma Mahmood Abedin ? Et pourquoi s’est-elle servie de l’ordinateur de son mari pour abriter une correspondance entre Hillary Clinton, alors Secrétaire d’Etat, et elle-même ? C’est ce que les enquêteurs essayent de comprendre.

Lire la suite

La Côte d'Ivoire n'a pas voté


02 nov, 2016 Leslie Varenne

Dimanche 30 octobre 2016, les Ivoiriens étaient appelés à s’exprimer lors d’un référendum pour accepter ou refuser la nouvelle constitution proposée par le Président Alassane Ouattara. Ce dernier s’inscrivant ainsi dans la tendance actuelle, suivie par les chefs d’Etat d’Afrique francophone, qui consiste à modifier les lois fondamentales de leur pays respectif à des fins de convenance personnelle. Les changements proposés : création d’un Sénat et d’un poste de vice-président, abrogation de la limite d’âge pour se porter candidat à l’élection présidentielle, nationalité du Président, ne font pas partie des préoccupations majeures d’une population confrontée à une misère galopante, un chômage massif et au manque d’accès aux besoins primaires. En revanche, un article de cette nouvelle constitution concernant la propriété foncière est possiblement porteur de troubles, le problème de l’appartenance des terres n’ayant jamais été réglé dans ce pays. Toute l’opposition s’est alliée au sein d’un « Front du refus » qui a appelé au boycott des urnes et leur mot d’ordre a été suivi bien au-delà de leur camp, elle a annoncé une participation oscillant entre 3 et 5%. De son côté, la Commission Nationale Indépendante a rendu son verdict : 93,42% de oui et 42,42 % de votants. La Côte d’Ivoire joue toujours avec la vérité des chiffres, comme l’a prouvé la dernière élection présidentielle. Néanmoins, ce chiffre officiel de participation doit être interprété pour ce qu’il est : une défaite pour le Président Ouattara qui, devant le taux réel d’abstention, n’a pas été en mesure de porter ce chiffre au-delà d’un honorable 60%, les contorsions arithmétiques ayant parfois des limites. La campagne électorale délétère avait donné un avant-goût de ces résultats. D’une durée d’une vingtaine de jours seulement, elle n’a pas été l’occasion d’un grand débat national. Elle a, en outre, été émaillée d’incidents, les opposants au texte ont été victimes d’une répression musclée dénoncée par Amnesty International. C’est dans ce contexte que Manuel Valls a choisi d’effectuer une visite officielle en Côte d’Ivoire, le jour même du référendum, laissant ainsi penser que la France apportait son soutien au Président Alassane Ouattara et à ce changement de constitution très contesté. 

Lire la suite

Mer Noire, or bleu


30 oct, 2016 Bruno Husquinet

A l’occasion de la journée internationale de la mer Noire célébrée le 31 octobre, voici un point sur les enjeux stratégiques de la région et l’état des relations d’amicale inimitié qu’entretiennent les pays partageant cet espace maritime. Sécurité, pétrole et intérêts divergents troublent les eaux de l’un des nexus éco-stratégiques les plus complexes.

Lire la suite

« House of - Ukrainian - Cards »


07 oct, 2016 Bruno Husquinet

Près de trois ans après le début des tensions ayant amené un changement de régime en Ukraine, quelques événements clefs de ces dernières semaines nous donnent le pouls de la situation à Kiev, en Crimée et à l’Est du pays. Tout d’abord, dans le cadre de la réunion de l’assemblée générale de l’ONU, la visite du président Porochenko aux Etats-Unis a été fructueuse. D’une part, il est revenu avec les promesses de prêts du FMI et des Etats-Unis, mais aussi avec un potentiel renforcement de l’aide militaire grâce à l’Acte de Stabilité et de Démocratie pour l’Ukraine, passé par le congrès au moment de la visite présidentielle. D’autre part, le Président ukrainien a consolidé le soutien du concert des nations, hormis les non-alignés, bien entendu.

Lire la suite

Joe Biden met Bruxelles et Kiev dos à dos


26 sept, 2016 Bruno Husquinet

La conférence de Joe Biden sur « le futur de la politique étrangère américaine » est passée totalement inaperçue, pourtant le vice-président des Etats-Unis s’est livré à un exercice de franchise déconcertant. Il a exposé l’état des lieux de sa doctrine et sa vision concernant le dossier ukrainien. Devant le public du Council on Foreign Relations, Joe Biden a révélé que les Etats-Unis avaient forcé l’Europe à adopter des sanctions contre la Russie. En des termes simples, il a résumé la position européenne lors des événements de 2014 : « avant que vous [américains] ne deveniez Président [en Ukraine], le pays était dirigé par les Russes, de toute façon. Ils avaient un Président-marionnette là-bas. Quelle différence cela fait-il pour nous ? Pourquoi nous forcer à prendre des sanctions ? »

Lire la suite

Vive l'empereur !


24 sept, 2016 Pr Françoise Thibaut

Événement considérable au Japon : la famille impériale se montre, s'affiche, bavarde, rit, et sourit aux caméras... Le temps où le Nippon ordinaire devait se retourner et se voiler la face lorsque la voiture du Mikado, dieu vivant intouchable et irregardable, passait dans sa rue, est vraiment révolu.
Le Japon change dans son approche du pouvoir, son rôle international, l'image qu'il entend donner au monde, tout en restant résolument traditionnel, implanté dans sa légende millénaire, ses mystères dynastiques et son incurable sens du sacré.

Lire la suite

Libye : Londres accuse Paris


16 sept, 2016 Bruno Husquinet

La Commission des Affaires Etrangères de la Chambre des communes vient de publier un rapport sur l’intervention britannique en Libye. En termes clairs, les parlementaires affirment que la politique britannique envisageait la protection des civils, mais s’est transformée en politique de changement de régime par la force.

Lire la suite

Brexit : un coup de poignard dans le dos des Etats-Unis


02 juil, 2016 Hajnalka Vincze

Au lendemain du référendum britannique, le vice-président américain, Joe Biden s’est exprimé en disant : « Nous aurions préféré un résultat différent ».[1] Quelques jours après, le Secrétaire d’Etat Kerry estime qu’il n’est toujours pas impossible de revenir en arrière.[2] En effet, au cours des six dernières décennies, l’Amérique avait fait des pieds et des mains pour obtenir, puis perpétuer la présence de son allié préféré au sein de la construction européenne. La raison en est simple. Comme l’explique l’ambassade US à Londres, « l’Union européenne est l’organisation la plus importante du monde dans laquelle l’Amérique n’a pas de place à la table ». Pour y faire entendre sa voix, il a donc besoin d’un cheval de Troie ou, en termes diplomatiques, « l’expression dans l’UE de l’approche commune américano-britannique grâce au statut de membre du Royaume-Uni ».[3] Sauf que les électeurs britanniques viennent d’opter pour la sortie…

Lire la suite

Afrique centrale : la poudrière


04 mai, 2016 Leslie Varenne

Partie II Tchad : une élection au bout du canon...

L’incendie n’est pas éteint au Congo Brazzaville, la République Démocratique du Congo connait ses premiers soubresauts pré-électoraux et le Tchad s’enfonce dans une crise postélectorale… La Présidentielle qui a eu lieu le 10 avril dernier était jouée d’avance, Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 1990, a été réélu sans surprise dès le premier tour. Si le scrutin s’était déroulé de manière transparente et démocratique conformément à la charte de l’Union Africaine dont il est le Président en exercice depuis janvier 2016, le Président sortant n’aurait pas réussi le fameux « coup K.O », tant le mécontentement social est fort. Il doit sa victoire à la position géographique du Tchad - ce pays est un état tampon entre l’Afrique centrale, l’Afrique de l’Ouest, de l’Est et du Nord - et à son armée qui combat AQMI et Boko Haram. Principale partenaire de la France et des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme, l’armée tchadienne est la seule au Sud du Sahara à être organisée et efficace, même si elle méconnaît dramatiquement le droit international humanitaire et les règles sur la conduite des hostilités. Persuadé d’être un allié incontournable des Français comme des Américains, donc de bénéficier d’une totale impunité, Idriss Déby Itno tente de juguler toutes révoltes postélectorales par une sévère répression.

Lire la suite

Triste Syrte


27 avril, 2016 Bruno Husquinet

La bataille de Syrte a eu lieu début octobre 2011 et c’est dans cette ville que Muammar Khadafi a été assassiné le 20 octobre 2011. L’Otan avait déployé des moyens colossaux et les milliers de frappes aériennes ont eu raison du régime en quelques mois à peine. Au front, il y avait certes toute une génération enthousiaste pour la révolution libyenne, mais à leurs côtés œuvraient des combattants islamistes qui avaient leurs propres objectifs. Leur alliance de fait avec les révolutionnaires et la communauté internationale n’était qu’opportuniste et temporaire, ils ont ensuite profité du vide et du chaos pour s’imposer. En 2012, la Libye incarnait un système à haute entropie. La criminalité florissait et les conflits tribaux se multipliaient. Dès lors, les combattants islamistes saisirent l’occasion pour gagner du terrain politique.

Lire la suite

Le "niet" néerlandais : un nouveau coup dur pour l'Ukraine...


09 avril, 2016 Bruno Husquinet

Le 6 avril, un référendum embarrassant sur l’accord d’association Europe-Ukraine a été organisé aux Pays-Bas, occupant actuellement la présidence tournante du Conseil européen. En vigueur depuis janvier 2016, cet accord politique et de libre-échange, refusé par l’ancien président ukrainien Viktor Yanukovich, est à l’origine des manifestations sur la place Maidan et de l’histoire tragique de l’Ukraine des deux dernières années. Après avoir bouté dehors Viktor Yanukovich, les nouvelles autorités de Kiev ont signé l’accord avec Bruxelles. Nonobstant cet état de fait, plus de 400 000 signataires néerlandais ont lancé une double campagne. D’une part, ils ont montré que le peuple d’un pays européen se réservait le droit de s’exprimer sur des questions internationales sans se soumettre à Bruxelles; d’autre part, ils ont manifesté leur opinion négative sur un accord avec un pays où malgré tout, la guerre continue et dont la corruption entache sa réputation de partenaire commercial.

Lire la suite

Afrique centrale : la poudrière


19 mars, 2016 Leslie Varenne

Partie I
Congo Brazzaville : une élection à huis clos

Alors que la campagne pour l’élection présidentielle qui aura lieu le dimanche 20 mars 2016 se déroule dans un climat électrique et s’annonce à hauts risques, aucune institution internationale n’a jugé utile d’envoyer des d’observateurs. Ni l’Union européenne, ni l’Organisation internationale de la Francophonie, ni les Nations Unies ne veilleront au bon déroulement et à la transparence de ce scrutin. Pourtant, le bilan de la dernière consultation électorale en République du Congo, le 25 octobre dernier, a été lourd : 46 morts, 69 blessés et 4 disparus… L’Union africaine dépêche une mission mais elle ne sera composée que de 35 personnes chargées de surveiller 5400 bureaux de votes. Les Congolais seront donc seuls. D’un côté, le Président Denis Sassou Nguesso, qui bat campagne avec tous les moyens de l’Etat, argent, presse, télévision, forces de l’ordre. De l’autre, l’opposition avec cinq candidats, tous venus d’horizons différents, mais unis, lors de cette échéance cruciale, afin de se donner la possibilité de détrôner un chef d’Etat au pouvoir depuis 32 ans...

Lire la suite

Introduction - Afrique centrale : la poudrière


17 mars, 2016 Leslie Varenne

En 2016, dans les neuf pays que compte l’Afrique centrale[i], cinq organisent des élections présidentielles. Au Congo Brazzaville en mars ; au Tchad en avril ; au Gabon, le scrutin est prévu au second semestre de cette année ; en Guinée équatoriale en novembre ; en République Démocratique du Congo (RDC) également en novembre. Un sixième scrutin pourrait également avoir lieu au Cameroun en raison des velléités de son Président Paul Biya d’organiser une élection présidentielle anticipée afin de se représenter après 33 ans de pouvoir.

Lire la suite

Le pape François et le patriarche russe Kirill : entre spirituel et politique


10 mars, 2016 Bruno Husquinet

 « Le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas. » André Malraux

L’entrevue du pape François et du patriarche orthodoxe russe Kirill à Cuba le 12 février dernier est une première dans l’histoire. Quoique les détracteurs puissent en dire, ce tête à tête et leur déclaration commune furent un moment fort tant dans la substance que dans la symbolique. Par ailleurs, les deux Eglises travaillent depuis longtemps sur ces questions de rapprochement. Avec un jésuite réformateur à sa tête, l’Eglise catholique s’est repositionnée sur le devant de la scène. Depuis le début de son pontificat le pape François a multiplié les gestes forts : réforme de la banque du Vatican ; reconnaissance des scandales de pédophilie ; nombreuses prises de positions politiques, notamment sur les conflits en cours, sur l’écologie et l’économie. Le patriarche Kirill occupe, lui aussi, le devant de la scène en Russie, continuant à faire sortir son Eglise du carcan athéiste soviétique qui avait disséminé les rangs des religieux. Outre le travail de reconstruction de son Eglise, il se positionne également sur les questions de société, sur la défense des chrétiens d’Orient et sur l’Ukraine. 

Lire la suite

Les Eparses : des îles aux trésors…


05 mars, 2016 Jean-Pierre Numa

Depuis plus de quarante ans, un litige oppose les autorités malgaches et mauriciennes à la France concernant le statut des îles Eparses. Malgré ces différends, ces atolls ont été intégrés en 2007 comme des territoires d’Outre-mer appartenant aux Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF). Ces îlots de l’autre bout du monde sont précieux à plus d’un titre. Ils concourent à faire de l’Hexagone la deuxième puissance maritime mondiale ; ils sont situés dans le très stratégique canal du Mozambique, une route par laquelle transite 30% de la production mondiale de pétrole ;  ils assurent une présence au cœur de l’Océan Indien ; ils regorgent de matières premières encore non exploitées, pétrole, gaz, minerais. En prime, ils sont une zone de ressources halieutiques exceptionnelle. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que les îles Eparses soient l’objet de lutte d’influence entre Etats. 

Lire la suite

Le statut très spécial du Royaume-Uni


23 févr, 2016 Hajnalka Vincze

A l’issue du sommet de l’UE des 18-19 février, destiné à trouver un arrangement qui satisfasse les exigences posées par Londres, en vue du référendum sur la sortie britannique de l’Union, le Premier ministre Cameron s’est targué d’avoir arraché un accord qui « allait donner un statut spécial » au Royaume-Uni. Au même moment, le président français a rappelé que, de par ses nombreuses exemptions, l’Angleterre « a toujours eu une place particulière en Europe ». C’est exact. Toutefois, la vraie spécificité des Britanniques à l’intérieur de l’UE aujourd’hui réside dans la prédominance idéologique de leur ligne résolument atlantiste et libre-échangiste. 

Lire la suite

Au-delà de la question du Brexit


18 févr, 2016 Hajnalka Vincze

En 1975, au moment du premier référendum britannique sur la question de savoir si l’Angleterre devait rester ou pas dans ce qui était alors les Communautés européennes, une caricature du Canard enchaîné dessina le Premier ministre Harold Wilson au lit, sur une Europa manifestement ennuyée qui l’implorait : « Entrez ou sortez, mon cher Wilson, mais cessez ce va-et-vient ridicule ». C’était il y a plus de quarante ans… Quatre décennies durant lesquelles l’Angleterre a soigneusement gardé sa position « semi-détachée de l’Europe », pour citer l’ancien Commissaire britannique, Chris Patten.

Lire la suite

Libye : une guerre holistique


12 févr, 2016 Bruno Husquinet

La chronologie de la guerre en Libye démontre que le concept d’ « approche globale » a été mis en œuvre avec la précision d’une horloge suisse tant les décisions et actions se sont imbriquées de manière fluide. Si l’accent a été mis sur l’intervention militaire internationale en soutien à une armée révolutionnaire libyenne, cette guerre holistique dont le scénario a été révélé au cours du mois de mars 2011, s’est menée concomitamment sur six fronts : médiatique, diplomatique, militaire, économique, judiciaire et humanitaire. 

Lire la suite

CPI : chronique d’un désastre


06 févr, 2016 Leslie Varenne

Compte rendu de la première semaine d’audience
retransmise en direct sur le site de la CPI[i].

Cette première semaine d’audience à la Cour Pénale Internationale (CPI) où comparaissaient Laurent Gbagbo et son éphémère ministre de la jeunesse, Charles Blé Goudé, a démontré, à l’excès, l’amateurisme de cette Cour. Le dossier Côte d’Ivoire est ouvert depuis cinq ans, l’institution a donc eu le temps de se préparer. Pourtant la Procureur, Fatou Bensouda, son premier substitut, Eric MacDonald et la représentante des victimes, Paolina Massidda ont démontré leur méconnaissance de ce pays. Longtemps le débat sur la CPI s’est porté sur sa légitimité, sur le fait qu’elle ne juge que des Africains et qu’elle soit un instrument de politique internationale au service de l’Occident au même titre que la diplomatie, les sanctions ou les embargos. Après cette semaine d’audience, un pas a été franchi. La question centrale qui se pose désormais est celle de sa capacité à rendre la justice. Si ce procès arrive à son terme, ce qui n’est pas certain, il n’y aura que des vaincus. La justice internationale, les inculpés et leur défense, enfin et surtout toutes les victimes ivoiriennes. Aucune vérité ne peut sortir de cette Cour.

Lire la suite

L’islam politique n’est pas monolithique


02 févr, 2016 Dr Marcin Styszynski

Les groupes djihadistes comme al-Qaida ou l’organisation de l’Etat islamique (EI) se réfèrent au Coran, les hadiths (des paroles et des actes attribués au Prophet Mahomet), la charia et à la tradition musulmane afin de perpétrer et de justifier leurs attentats terroristes, les exécutions des otages et la brutalité du combat en Syrie et en Irak. A cause de ces groupes, l’Occident amalgame trop souvent l’islam comme une religion de violence, de persécution et d’intolérence. Les dernières attaques contre des migrants et des mosquées montrent l’augmentation du populisme, des stérotypes et de l’islamophobie. Il est donc important de déterminer et de préciser le sens de l’islam dans la politique et son rôle dans l’activité des organisations comme l’EI ou al-Qaida. Il faut souligner que l’exploitation de l’islam par des groupes et partis politiques s’appuyent sur trois facteurs essentiels.

Lire la suite

Ouagadougou : qui sont les véritables commanditaires ?


19 janv, 2016 Leslie Varenne

L’attentat terroriste qui a fait 29 morts et 30 blessés à Ouagadougou et dans le Nord du Burkina est la première attaque djihadiste d’envergure dans ce pays. Dans l’après-midi du 15 janvier les assaillants ont tiré sur une gendarmerie, puis dans la soirée, ils se sont lancés à l’assaut de deux cibles : le Splendid Hôtel et le café Cappuccino situés, eux, dans le centre de la capitale. Immédiatement, ces attentats ont été revendiqués  par al-Quaeda au Maghreb islamique (AQMI) en précisant que c’était sa « filiale » al-Mourabitoune qui était passée à l’action. Cette organisation est dirigée par le djihadiste Moktar Belmoktar. Le drame survient quinze jours après l’investiture du nouveau Président Roch Marc Christian Kaboré et quatre mois après la tentative de coup d’Etat manqué du général Gilbert Diendéré. Compte tenu de certains faits troublants en provenance de Côte d’Ivoire et des liens qu’entretenaient l’ancien Président Blaise Compaoré et quelques hommes de son clan avec certains chefs djihadistes, il parait légitime de s’interroger sur les véritables commanditaires de ces attentats meurtriers.  

Lire la suite

Ariane 6 : le début de la fin pour l’industrie spatiale européenne ?


01 janv, 2016 Hajnalka Vincze

Atout stratégique par excellence, le lanceur Ariane est le symbole même de l’Europe spatiale. Fait plutôt rare, c’est un succès à la fois politique, technologique et commercial. Or il risque aujourd’hui d’être détricoté, suite à un transfert inédit de contrôle et de compétences de l’Etat vers des industriels privés. 

Lire la suite

Les différences essentielles entre al-Qaida et l’Etat islamique


29 déc, 2015 Dr Marcin Styszynski

Afin de mieux comprendre les risques représentés par l’Etat islamique (EI), il est important de confronter et de comparer les capacités militaires et opérationnelles de cette organisation avec sa rivale, al-Qaida, qui jouait, avant l’apparition de l’EI, un rôle essentiel dans le djihad global. Les différences concernent trois critères fondamentaux : l’idéologie, la stratégie et l’économie. 

Lire la suite

Le FMI, un acteur de la guerre en Ukraine ?


25 déc, 2015 Bruno Husquinet

Depuis le début de la drôle de guerre en Ukraine, les observateurs restent pantois devant les actions du Fonds Monétaire International (FMI). Dans ce pays, l’institution dirigée par Christine Lagarde s’est montrée particulièrement souple. Le FMI a accordé un prêt à un gouvernement de transition ; à un pays qui n’a pas les moyens de rembourser ; à un pays en guerre ; et n’a pas contrôlé la véritable destination de ces fonds. Toutes choses absolument contraires à ses statuts.

Lire la suite

La chaolition saoudienne


21 déc, 2015 Leslie Varenne

Le 15 décembre dernier, l’Arabie Saoudite formait une « alliance militaire islamique », comprenant 34 pays, pour lutter contre… l’Etat Islamique ! Dès l’annonce de cette coalition, avec sa verve et son humour habituels, Philippe Grasset, fondateur du site Dedefensa, a relevé le côté ubuesque de cette alliance : « Il serait temps qu’ils songent à demander à Hitler-Berlin, homme politique local qui n’est jamais mort comme chacun sait puisqu'il ressuscite régulièrement, d’organiser une coalition mondiale de lutte contre l’antisémitisme.» Au fil des jours, cette nouvelle ligue devient de plus en plus grotesque puisque plusieurs Etats, et non des moindres, comme le Pakistan qui avait déjà refusé de faire partie de l’autre coalition saoudienne en guerre contre les Chiites du Yémen, s’étonnent de figurer dans ce catalogue. Avec l’arrivée surprenante de pays africains francophones prêts à combattre le terrorisme aux côtés du royaume wahhabite, la bouffonnerie de cette entreprise atteint des sommets. 

Lire la suite

Les vents tournent


28 nov, 2015 Bruno Husquinet

Partie 2: Azerbaïdjan, pas de changement et détérioration des relations

La relation entre l'UE et l'Azerbaïdjan débute en 1999 lors de la signature d'un Accord de Coopération et de Partenariat. Ensuite, l’UE lance sa politique européenne de voisinage (PEV) en 2004 afin de tisser des liens avec les pays au sud et à l’est de l’UE. Cette politique a été révisée la semaine dernière, sans changement notable. C’est dans ce cadre que l'Union signe un accord avec l’Azerbaïdjan en 2004, suivi d’un plan d'actions ambitieux en 2006. Au sein de la PEV, un partenariat spécial est inauguré en 2009 pour les voisins de l'Est, c’est le partenariat oriental, au sein duquel se retrouve l'Azerbaïdjan avec 5 autres pays. Ce cadre d'accord régional vise à renforcer les échanges commerciaux et la démocratie dans ces pays. L’Euronest en est l’Assemblée parlementaire.

Lire la suite

Suite aux attentats de Paris, l’Europe de la défense renaîtra-t-elle de ses cendres ?


18 nov, 2015 Hajnalka Vincze

En évoquant à Versailles, pour la première fois dans l’histoire, la clause de défense mutuelle de l’UE, le Président François Hollande a donné un coup de fouet formidable à la défense européenne. Au vu de l’extraordinaire emprise des Etats-Unis et de l’OTAN sur la sécurité en Europe, il s’agit d’un véritable coup de force. Dans la foulée, la Haute Représentante de l’Union européenne lui a emboîté le pas sans hésiter.

Lire la suite

Les vents tournent


12 nov, 2015 Bruno Husquinet

 Partie 1 : L’Union Européenne courtise le Bélarus et lève les sanctions

Le régime de Minsk est souvent qualifié de dernière dictature d’Europe. Certes, le régime est indéniablement fort, mais depuis la fin de l’union soviétique, il tente avant tout de trouver sa voie. Depuis son indépendance il y a 25 ans, le Bélarus est présidée par M. Loukachenko qui promeut un socialisme de marché. Situé entre le passé et le futur mais aussi entre les différentes forces qui l’entourent au Nord, au Sud et à l’Est, le Bélarus a développé un système qui lui est propre au sein de l’Europe. Sur son flanc Est, la Russie lui rappelle encore et toujours qu’elle est sa seule amie proche sur les plans culturel, économique et militaire. D’ailleurs, la lecture des événements internationaux faite par le Bélarus et la Russie se rencontrent souvent.

Lire la suite

Les réactions du groupe Wilayat Sinaï suite au crash de l'avion russe


10 nov, 2015 Dr Marcin Styszynski

Le groupe djihadiste Wilayat Sinaï (Province du Sinaï) a publié une déclaration revendiquant la responsabilité de l’accident du vol CR 9628 dans le Sinaï. Wilayat Sinaï est le nouveau nom de l’organisation djihadiste Ansar Bayt al-Maqdis (Les Partisans de Jérusalem) qui opère depuis 2011 dans la péninsule du Sinaï et qui est responsable de plusieurs actions terroristes, notamment des attentats perpétrés au Caire et au sud de l’Egypte. En 2014 le groupe a fait allégeance à l’organisation de Etat Islamique (EI) et a adopté le nom Wilayat Sinaï. Après chaque attaque terroriste en Egypte, Wilayat Sinaï publie de courts rapports de guerre qui contiennent généralement les dates des attentats, le type d’attaques ainsi que les pertes parmi les forces de sécurité et les civils.

Lire la suite

Une OTAN très combative à la Conférence de Riga


07 nov, 2015 Hajnalka Vincze

Le premier panel de discussion de la Conférence de Riga, intitulé « L’OTAN défenseur de la stabilité globale », n’a laissé aucun doute sur les préférences des participants. Que ce soit un général britannique ancien Commandant suprême adjoint de l’Alliance, le M. Sécurité de la Fondation Adenauer en Allemagne, un ancien ambassadeur américain à l’OTAN, ou le Secrétaire d’Etat du ministère de la Défense de la Lettonie, ils sont tous pour une approche dure vis-à-vis de la Russie. Leur unique réserve par rapport à la politique actuelle des Etats-Unis et de l'OTAN est qu’elle ne s’affirme pas avec une fermeté suffisante.

Lire la suite

L'Afrique de l'Ouest dans l'oeil du cyclone


28 oct, 2015 Leslie Varenne

Partie V : Conclusion : les coups d’Etat électoraux

Après le coup d’Etat manqué du 16 septembre au Burkina Faso - dont il est encore impossible de mesurer les conséquences notamment en ce qui concerne l’implication de plusieurs pays étrangers dans cette affaire-, l’Afrique de l’Ouest vient de réaliser deux magistraux coups d’Etat électoraux. Le premier s’est déroulé le 11 octobre en Guinée Conakry, avec un passage en force d’Alpha Condé, élu en bourrant les urnes et en s’octroyant 60% des voix dès le premier tour. Le second vient d’avoir lieu en Côte d’Ivoire où Alassane Ouattara a violé, non seulement les lois du code électoral, mais aussi celles de l’arithmétique !

Lire la suite

Les groupes djihadistes réagissent à l’offensive russe


20 oct, 2015 Dr Marcin Styszynski

Après les premières semaines de l’engagement militaire russe en Syrie, les principaux groupes djihadistes tels que le Front al-Nosra (affilié à al-Qaida) et l’organisation de l’Etat islamique (EI) ont diffusé des manifestes officiels. Dans ces documents, ils expriment leurs réactions, leurs sentiments et leurs positions politiques vis-à-vis des derniers événements dans la région.Tout d’abord, ces manifestes se réfèrent aux questions traditionnelles présentées dans la propagande djihadiste, menaces contre les gouvernements locaux et occidentaux, sans oublier la glorification des combattants et la justification des actes terroristes. Mais cette fois-ci, l’hostilité la plus forte concerne la Russie et son engagement militaire en Syrie.

Lire la suite

L'Afrique de l'Ouest dans l'oeil du cyclone


17 oct, 2015 Philippe Evanno

 Partie IV : Élection présidentielle guinéenne : le trou d’air

Le second tour de la présidentielle ivoirienne de 2010 continue à planer sur les élections en Afrique francophone : sans second tour, pas de guerre civile et Laurent Gbagbo serait toujours au pouvoir. La peur du second tour, chez ceux qui n’ont pas opté pour un tour unique, comme le Togo et le Gabon où une majorité relative suffit, doivent donc désormais « bourrer les urnes » au-delà des limites du raisonnable. C’est ce qui se passe en ce moment en Guinée, et ailleurs demain… L’annonce d’une victoire d’Alpha Condé au premier tour, avec environ 60 % des voix, n’empêchera pas forcément des troubles mais permettra, si les troubles ont lieu avant que les recours légaux aient été épuisés, d’accuser les opposants d’être antidémocrates. La politique sarkozienne en Afrique a des conséquences durables…

Lire la suite

L'Afrique de l'Ouest dans l'oeil du cyclone


09 oct, 2015 Leslie Varenne

Partie III : Le Mali et l'éternel recommencement

Ni guerre, ni paix, c’est ainsi que pourrait se résumer la situation de ce pays aujourd’hui. L’accord d’Alger signé, sous la pression de la médiation internationale et après des mois de tractations, par toutes les parties maliennes le 20 juin 2015, n’est toujours pas mis en œuvre. Mieux, cet accord est devenu un prétexte à des alliances contre nature, des marchandages, des attaques, des réconciliations factices où chaque partie au conflit essaye de tirer son épingle du jeu. Les Nations Unies présentes au Mali depuis avril 2013 se révèlent incapables de faire respecter le cessez-le-feu et par conséquent de remplir leur mission première qui consiste à contribuer au rétablissement de l’autorité de l’Etat dans tout le pays. La force française Barkhane ne s’implique plus aux côtés de la Minusma et se contente d’opérations ponctuelles et ciblées. L’Union européenne, premier bailleur de fonds du Mali, qui ne vit que sous perfusion de l’aide internationale, se tait et continue de payer...

Lire la suite

Les Balkans, nouveau front du combat djihadiste


02 oct, 2015 Dr Marcin Styszynski

Dans les dernières parutions publiées par l'organisation de l'État islamique (EI), les Balkans sont considérés comme l’un des objectifs essentiels des organisations extrémistes. La région est citée à plusieurs reprises dans le dernier numéro de leur revue Dabiq ainsi que dans une vidéo diffusée par Al-Hayat TV, la chaine officielle de l’EI.  

Lire la suite

L’Amérique craint pour « son » ordre mondial


29 sept, 2015 Hajnalka Vincze

Un récent rapport du Service de recherche du Congrès américain (CRS) se penche sur le « Changement dans l’environnement international de sécurité et les potentielles implications pour la défense ». Les formules de prudence cachent à peine que, d’après le rapport, une mutation a bel et bien eu lieu, marquée par la « tactique du salami » (tranche après tranche) pratiquée par Pékin en Mer de Chine orientale et la « guerre hybride » menée par la Russie en Ukraine. Cette nouvelle donne sécuritaire se caractérise par « le renouvellement de la compétition entre les grandes puissances » et « la remise en cause de certains éléments de l’ordre mondial dominé par les Etats-Unis ».

Lire la suite

L'Afrique de l'Ouest dans l'oeil du cyclone


19 sept, 2015 Leslie Varenne

  PARTIE II : Le Burkina Faso

Le Burkina Faso était, certes, dans l’œil du cyclone à la veille de l'élection présidentielle du 11 octobre, néanmoins personne n’a vu venir la tornade qui s’est abattue sur le pays. Le coup d’Etat du 16 septembre a pris tout le monde de court, le peuple burkinabé, les autorités de la transition, les candidats, mais également les Français et les Américains qui disposent de bases militaires et d’unités de forces spéciales dans ce pays. Sans aucun doute possible, l’opération a été minutieusement préparée et l’ancien Président Blaise Compaoré est à la manœuvre, même si le Général Diendéré, qui a pris les rênes du pouvoir à Ouagadougou, s’en défend.

Lire la suite

Hausse du budget militaire aux Pays-Bas… et davantage de surcoûts prévus pour leurs F-35


18 sept, 2015 Hajnalka Vincze

Depuis des années déjà, les arbitrages budgétaires se font aux Pays-Bas en fonction de l'achat prévu de leurs nouveaux avions de chasse, un achat qui n’a pourtant pas cessé de faire débat. Jusqu’en mars dernier en tout cas, lorsque la signature du contrat pour les huit premiers appareils US a marqué, selon la ministre de la Défense, un « point de non-retour », censé clore ledit débat une fois pour toutes.

Lire la suite

L'Afrique de l'Ouest dans l'oeil du cyclone


14 sept, 2015 Leslie Varenne

Partie I : La Côte d'Ivoire

En octobre 2015, trois pays d’Afrique de l’Ouest organisent des élections présidentielles : le Burkina Faso, la Guinée Conakry et la Côte d’Ivoire. Les Maliens devraient également se rendre aux urnes pour élire leurs maires. Si tous ces rendez-vous sont potentiellement à risques, c’est sans conteste en Côte d’Ivoire, où les présidentielles se tiendront le 25 octobre, que la situation est la plus délétère. Une nouvelle déflagration dans ce pays pourrait embraser toute la sous-région.  

Lire la suite

Le rôle de la contrebande dans la crise des migrants


06 sept, 2015 Dr Marcin Styszynski

L’escalade de la crise des migrants en Europe est à rapprocher des derniers événements au Proche-Orient et des frappes aériennes contre des bases de l’Etat Islamique (EI) en Irak et en Syrie. Paradoxalement l‘engagement de la Turquie dans la lutte contre le terrorisme a intensifié les problèmes politiques, sociaux et humanitaires dans la région, ce qui a contraint les groupes djihadistes et les trafiquants à changer leurs objectifs économiques. 

Lire la suite

Les pays pauvres non pollueurs vont-ils financer l’organisation de la COP 21 ?


05 sept, 2015 Leslie Varenne

Après son entretien avec le Président congolais, le 7 juillet à l'Elysée,  François Hollande a : « salué la mobilisation de la République du Congo en faveur du succès de la Conférence de Paris sur le climat ». Mais de quelle manière Sassou Nguesso s’est-il donc mobilisé pour être ainsi salué ?

Lire la suite

L’OTAN cherche à contourner la règle du consensus


25 aout, 2015 Hajnalka Vincze

Le jour s'approche-t-il où l’Amérique pourra, de son seul fait, entraîner l’ensemble de l’OTAN dans une guerre ? La question n’est hélas pas aussi surréelle qu’elle n’y paraît. A la réunion ministérielle de l’Alliance, fin juin, le SACEUR (commandant suprême) « a reçu l’autorité d’alerter, de mobiliser et de préparer les troupes » de son propre chef, en attendant le feu vert du Conseil pour le déploiement sur le terrain. Mais soyons réalistes : les troupes déjà sur le tarmac, les avions prêts à décoller, les tambours battants – difficile d'imaginer comment un Etat membre réticent oserait, à ce stade, monter au créneau pour arrêter la machine de guerre de l’Alliance.

Lire la suite

L'Arabie saoudite pourrait accéder à la technologie nucléaire grâce à la Russie. Qui l'eut cru ?


24 juil, 2015 René Naba

Le prince Mohamad, ministre de la défense et vice prince héritier du Royaume, a supervisé la conclusion d'un protocole de coopération entre ROSATOM et la «Cité Roi Abdallah pour la recherche atomique». Cet accord vise à la mise en place de structures afférentes au développement de la recherche atomique à des fins pacifiques en Arabie saoudite. Il porte également sur la coopération dans le domaine de la recherche spatiale.*

Lire la suite



Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. J'accepte