Traduire

Dons

L'IVERIS est une institution à but non lucratif, elle ne perçoit ni subvention ni financement.

Pour soutenir l'IVERIS


OIF : quatre ans de malheurs
Leslie Varenne - Note d'analyse - 14 oct, 2018

Kirghizistan retour sur 27 ans d’indépendance
Bruno Husquinet - Entretien - 09 oct, 2018

De la crise de 2008 à celle de 2020
Jean-Luc Baslé - Note d'analyse - 08 oct, 2018

Le Sahel est-il une zone de non-droit ?
Leslie Varenne - Note d'analyse - 06 oct, 2018

CPI : le film n'est pas fini...
Leslie Varenne - Note d'analyse - 27 sept, 2018
Notes d’Analyse
14 oct, 2018 Leslie Varenne - Note d'analyse

Le 5 octobre dernier, Denis Mukwege reçoit le prix Nobel de la Paix, c’est une grande nouvelle, c’est une bonne nouvelle. Ce médecin congolais est trop souvent réduit à son activité de gynécologue : « l’homme qui répare les femmes », alors que son action s’inscrit dans un contexte plus large, celui de la reconstruction des blessés d’une guerre qui se déroule dans l’Est du Congo depuis 24 ans. Ce prix est donc une reconnaissance, certes tardive, de toutes les victimes de la République Démocratique du Congo (RDC), ce pays dont la chair est à vif depuis de trop longues années. Mais les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Le 12 octobre, Louise Mushikiwabo, ministre des Affaires Etrangères du Rwanda, de décembre 2009 à octobre 2018, est nommée à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Cette désignation est une gifle infligée à tous les Congolais. Personne n’ignore ou ne peut ignorer, il suffit de lire les rapports de l’ONU, le rôle central qu’a joué et que joue encore le Rwanda dans la déstabilisation et les crimes perpétrés en RDC. Ce n’est pas le moindre des paradoxes que d’offrir le siège de la francophonie à un petit Etat, devenu anglophone, en insultant le plus grand pays francophone au monde (la RDC compte 80 millions d’habitants). Mais cet affront ne concerne pas uniquement les Congolais, il touche également tous les Africains avides d’alternance, de liberté et de développement. Comment expliquer une telle bourde de la diplomatie française qui a œuvré à cette nomination ? Sûrement pas par l’exemplarité supposée de Kigali en matière de droits de femmes ou de nouvelles technologies, comme Emmanuel Macron le déclare à l’envi.

Lire la suite


Voir toutes les Notes d’Analyse;
Entretiens
09 oct, 2018 Bruno Husquinet - Entretien

Vingt-sept ans se sont écoulés depuis que le Kirghizistan a accédé à son indépendance. Durant ces trois dernières décennies, ce pays, au cœur de l’Asie centrale, a traversé des heures sombres tant économiquement que politiquement. Bruno Husquinet a dialogué avec Talant Sultanov, directeur du Centre pour les Initiatives Stratégiques et ancien conseiller auprès de l’ex-Premier ministre, Sapar Isaakov. Dans cet entretien passionnant, Talant Sultanov revient sur la situation de son pays ; sur les liens de Bichkek avec ses voisins Russes et Chinois et sur les relations avec les Etats-Unis et l’Europe. Il évoque également la radicalisation de certains jeunes kirghizes partis rejoindre les rangs de l’Etat Islamique.   

Lire la suite


Voir tous les Entretiens
Tribunes Libres
26 sept, 2018 Général Dominique Delawarde - Tribune libre

Où que se tourne aujourd'hui le regard du géopoliticien, il ne peut que constater un retour en force du nationalisme dans les relations internationales à l'échelle de la planète. Constat ? Causes ? Conséquences ? Telles sont les trois questions auxquelles les élites dirigeantes du monde entier devraient s'efforcer de répondre avec pertinence et précision pour affiner leur gouvernance et sauvegarder la paix.

Lire la suite


Voir toutes les Tribunes Libres
Notes de Lecture
09 juil, 2018 Leslie Varenne - Note de lecture

Le dernier livre de Loik Le Floch-Prigent, consacré à l’industrie, s’intitule « Il ne faut pas se tromper ». Pour l’ancien PDG d’Elf, de la SNCF et de Gaz de France, cette formule est devenue un leitmotiv, une manière diplomatique d’alerter et de prévenir : l’heure est grave, arrêtons les bêtises. Tout au long de cet essai, l’auteur pointe les erreurs, les incohérences, les balivernes et les frivolités en vogue dans ce domaine. L’industrie, la science, les technologies, sont des choses sérieuses, c’est l’avenir du pays et celui de nos enfants qui se joue, « il ne faut pas se tromper » ! 

Lire la suite


Voir toutes les Notes de Lecture
Notes de Voyage
27 mai, 2018 Leslie Varenne - Note de voyage

Si Emmanuel Macron se rendait en Iran, notamment à Abadan et Khoramsharh, il mesurerait à quel point ses propositions pour « aménager » l’accord sur le nucléaire iranien (JCPoA) sont irréalistes.
Ces deux villes situées à la frontière irano-irakienne ont été en premières lignes de la tentative d’invasion de l’Iran par l’Irak en 1980. En huit ans, cette guerre a engendré 500 000 mille morts dans chaque camp. A Abadan, ce conflit est omniprésent avec ses statues à la gloire des héros, les mémoriaux en hommages aux martyrs et ses milliers de palmiers aux troncs secs et noircis, à cause des produits chimiques déversées (1). 

Lire la suite


Voir toutes les Notes de Voyage